Monarchie lituanienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roi de Lituanie
(lt) Lietuvos karalius
Grand-duc de Lituanie
(lt) Lietuvos didysis kunigaikštis
Image illustrative de l’article Monarchie lituanienne
Armoiries royales

Image illustrative de l’article Monarchie lituanienne
Mindaugas I, premier roi de Lituanie

Création 1236 (grand-duc de Lituanie)
1253 (roi de Lituanie)
1386 (grand-duc de Lituanie et rois de Pologne)
1918 (roi de Lituanie)
Titre Roi de Lituanie (1253–1263), grand-duc de Lituanie (titre incohérent) (1263–1795), roi de Lituanie (1918)
Durée du mandat 1253–1795; 1918
Abrogation (territoires de Lituanie occupés par le royaume de Prusse et l'empire russe)
Premier titulaire Mindaugas (grand-duc de Lituanie)
Mindaugas (roi de Lituanie)
Ladislas II Jagellon (grand-duc de Lituanie et rois de Pologne)
Dernier titulaire Mindaugas II
Titulaire actuel aucun

La monarchie lituanienne était une monarchie héréditaire en Lituanie et dans ses territoires officiellement contrôlés. Tout au long de l'histoire de la Lituanie, trois dynasties ducales ont réussi à rester au pouvoir : la maison de Mindaugas, la maison de Gediminas et la maison de Jagellon. Malgré cela, le seul et unique dirigeant qui ait jamais été couronné souverain de Lituanie était le roi Mindaugas I[1],[2], bien qu'il y ait eu deux autres cas de nobles royaux qui n'ont pas été officiellement couronnés en raison de circonstances politiques malheureuses, mais de jure a reçu la reconnaissance à l'étranger en tant que rois de Lituanie de la part du pape ou de l'empereur romain germaniqueVytautas le Grand par Sigismond de Luxembourg[3] et Mindaugas II par le pape Benoît XV[4]. D'autres étaient considérés comme des rois de Lituanie même s'ils l'avaient seulement envisagé et n'avaient jamais pris d'autres mesures pour revendiquer le trône, comme dans le cas de Ghédimin (Gediminas) qui a été reconnu comme roi de Lituanie par le pape Jean XXII[5]. La monarchie héréditaire en Lituanie a été établie pour la première fois au XIIIe siècle sous le règne de Mindaugas I et officiellement rétablie le 11 juillet 1918, pour être abandonnée peu après le 2 novembre 1918.

La Lituanie d'aujourd'hui est une démocratie représentative dans un régime semi-présidentiel basé sur la souveraineté populaire, telle que définie dans la Constitution actuelle de la Lituanie, et n'a pas de monarchie.

Titres[modifier | modifier le code]

Roi[modifier | modifier le code]

Le titre complet du roi lituanien de 1253 à 1263 était[6] :

En lituanien : Iš Dievo malonės, Lietuvos karalius

En latin : Dei Gratia Rex Lettowiae

En français : Par la grâce de Dieu, Roi de Lituanie

Au fur et à mesure que le territoire de la Lituanie s'étendait vers l'est, d'autres grands-ducs à titre de roi qui dirigeaient le pays ont adopté des titres similaires pour se présenter à l'international. Par exemple, le grand-duc de Lituanie Vytenis était parfois considéré comme Rex Lethowinorum (roi des Lituaniens) tandis que son successeur Ghédimin prenait le titre latin de Rex Lithuanorum et Multorum Ruthenorum (roi des Lituaniens et de nombreux Ruthènes)[7]. Les chevaliers teutoniques ont qualifié Olgierd (Algirdas) et son épouse Juliana de Tver (Uliana) de « grand roi de Lituanie » et de « grande reine de Lituanie »[8].

Grand-duc[modifier | modifier le code]

Officiellement, le titre de grand-duc de Lituanie a été introduit après l'Union de Horodło (en lituanien : Horodlės unija) en 1413[8]. Jusque-là, les monarques précédents étaient appelés par différents titres, y compris le titre de roi. En effet, en Lituanie, contrairement à la majorité des autres monarchies européennes, le grand-duc était un monarque souverain qui n'avait de comptes à rendre à personne[8]. Le titre complet du grand-duc de Lituanie était :

En lituanien : Lietuvos didysis kunigaikštis

En latin : Magnus Dux Lituaniee

En français : Grand-duc de Lituanie

À la suite de l'Union de Krewo (en lituanien : Krėvos unija) avec la Pologne en 1385, le titre latin complet a été changé en Dei Gratia Rex Poloniae Magnus Dux Lithuaniae (Par la grâce de Dieu, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sužiedėlis, Simas, ed. (1970–1978). "Mindaugas". Encyclopedia Lituanica. Vol. III. Boston, Massachusetts: Juozas Kapočius. pp. 538–543. LCC 74-114275.
  2. Vauchez, Andre; Richard Barrie Dobson; Adrian Walford; Michael Lapidge (2000). Encyclopédie du Moyen Âge. Routledge. p. 855. (ISBN 1-57958-282-6).
  3. Nadveckė, Ineta (6 juillet 2019) Trys Lietuvos karaliai: vienas tikras, vienas nelabai ir vienas beveik [Trois rois de Lituanie : un vrai, un peu et un presque] (en lituanien) LRT.
  4. Archives de Stuttgart, HStA. GU 117, fichier 847: copie de la lettre de Benoît XV (24 juilliet 1918).
  5. Gediminas (en lituanien). Visuotinė lietuvių enciklopedija.
  6. Dalijamės sielos džiaugsmu, tautine didybe ir sveikiname visus bendrapiliečius su Valstybės diena – Lietuvos karaliaus Mindaugo karūnavimo iškilmėmis! (en lituanien). Cour administrative suprême de Lituanie.
  7. Gedimino laiškai [Lettres de Ghédimin] (PDF) (en lituanien). Vilnius: Université de Vilnius, Institut de littérature et de folklore lituaniens. p. 2.
  8. a b et c Savukynas, Virginijus (2 juin 2019) Kas buvo mūsų valdovai – karaliai ar kunigaikščiai? [Qui étaient nos dirigeants — rois ou ducs?] (en lituanien) LRT.