Milo Moiré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moiré.
Milo Moiré
Description de cette image, également commentée ci-après
Milo Moiré en 2016
Naissance
Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Artiste
Site internet http://www.milomoire.com

Milo Moiré est une artiste et modèle suisse. Performeuse et peintre, elle utilise souvent sa propre nudité dans ses œuvres et dans celles d’autres artistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Suisse le 9 mai[réf. nécessaire] 1983[1], d'origine slovaque et espagnole[2], Milo Moiré est diplômée en psychologie à l’Université de Berne et vit et travaille à Düsseldorf, en Allemagne, avec son compagnon et agent, le photographe allemand Peter H. Hergarten (alias Peter Palm), dont elle est aussi muse et modèle[3].

Durant l'été 2017 elle participe à la 5e saison de l'émission allemande Promi Big Brother, lors de laquelle elle termine deuxième.

Œuvres et performances principales[modifier | modifier le code]

  • The Script System (2013) : performance vidéo.
    Milo Moiré voyage et évolue, nue, sur le réseau de tramway de Düsseldorf, avec peint sur sa peau, en noir, en lettres capitales et en anglais[4], sur différentes parties du corps, les noms des vêtements qui s’y seraient trouvés si elle avait été habillée[5] (tandis que les autres voyageurs, de simples usagers, semblent prêter peu d’attention à sa nudité). Du fait du montage, chaque scène se répète, avant de laisser place à la suivante, alors que sur la bande son domine le bruit d’une machine à écrire en cours d’utilisation.
  • The Split Brain (La bruja de nieve) (2013) : vidéo, filmée par le photographe Peter Palm.
    Milo Moiré danse et se déplace nue dans une rue enneigée de Düsseldorf, dans le district d'Oberkassel[6].
  • PlopEgg #1 - A Birth of a Picture (2014) : performance réalisée lors de la foire d'art contemporain de Cologne.
    Milo Moiré « pond » sur une toile des œufs remplis de colorants qu’elle a auparavant insérés dans son vagin[5], réalisant ainsi une peinture abstraite avec une technique proche du dripping.
  • The Naked Life - "How little abstraction can art tolerate?" (2015) : vidéo filmée au LWL-Museum für Kunst und Kultur (de) de Münster (Allemagne) pour la clôture de l'exposition The Naked Life
    Milo Moiré évolue nue au milieu des œuvres, tenant un bébé dans ses bras[7].
  • Le 8 janvier 2016, en signe de protestation contre les agressions sexuelles de la nuit de la Saint-Sylvestre, elle se poste nue devant la cathédrale de Cologne avec une pancarte sur laquelle on peut lire « Nous ne sommes pas du gibier, même lorsque nous sommes nues ».
  • Mirror Box (juin 2016) : performance réalisée à Düsseldorf, Amsterdam et Londres.
    Partiellement cachée par une boîte faite de miroirs, Milo Moiré se promène avec un porte-voix et propose à des inconnus, hommes et femmes (majeurs), de toucher, durant 30 secondes, ce qui est caché par la boîte, c'est-à-dire ses seins ou sa vulve[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Lena Rittmeyer, « Manche empfinden schon eine Brustwarze als pornografisch. », sur Basler Zeitung, (consulté le 22 août 2014)
  2. Valérie Duponchelle, « Milo Moiré : "Depuis le début, je suis nue." », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 août 2014).
  3. http://www.milomoire.com/?page_id=1553
  4. Donc, en ceci, selon un code visuel proche de celui d’une Femen en action.
  5. a et b Clémence Quemin, « Bon à savoir : Milo Moiré : elle pond des œufs sur une toile avec son… vagin ! », sur hitek.fr, (consulté le 17 avril 2014).
  6. (de) Gerhard Altenhofen, « Nackt-Künstlerin sorgt für heiße Abkühlung. », sur bild.de, (consulté le 17 avril 2014).
  7. (de) « Das Nackte Leben. » (consulté le 15 mars 2015)
  8. « L’artiste controversée Milo Moire s’est fait arrêter à Londres », sur Le Journal de Montréal (consulté le 10 août 2016)