Miguel Martinez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martinez.
Miguel Martinez
Importez l’image de cette personne
Informations
Nom Miguel Martinez
Date de naissance 17 janvier 1976 (39 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipes amateurs
1999
2004
2010
Team VTT Full Dynamix
Commencal-Oxbow
G-Skin-Deforge
Équipes professionnelles
1997-1998
2002
2003
2008
2013
Sunn-Nike (VTT)
Mapei-QuickStep
Phonak
Amore & Vita - McDonald's FRM Factory Racing Team (VTT)
Principales victoires
médaille d'or, Jeux olympiques Champion olympique de cross-country (2000)
Jersey rainbow.svg Champion du monde de cross-country (2000)
Vainqueur de la Coupe du monde de VTT en 1997 et 2000

Miguel Martinez, né le 17 janvier 1976 à Fourchambault (Nièvre) est un coureur cycliste français connu surtout pour ses nombreuses victoires en VTT. En 2000, il réalise le doublé Championnat du monde et Jeux olympiques. Il est le frère de Yannick Martinez (champion de France de cyclo-cross et VTT), le fils de Mariano Martinez et le neveu de Martin Martinez.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille de cycliste, Miguel Martinez commence très tôt le cyclisme.

Il remporte la médaille de bronze en 1993 lors de la course juniors des championnats du monde de cyclo-cross. Lors des championnats du monde de VTT 1995 à Kirchzarten, il s'adjuge la médaille d'argent dans la course cross-country. En 1996, il est champion du monde de cyclo-cross espoirs. La même année, il gagne trois manches de la Coupe du monde de cross-country, qu'il termine à la deuxième place du classement général. Sélectionné pour les Jeux olympiques de Atlanta, il s’octroie la médaille de bronze. En 1997, il remporte à nouveau trois manches de la Coupe du monde de cross-country et s'adjuge le classement général. Deux ans plus tard, il remporte la médaille d'argent du championnat du monde de cross-country en 1999 à Åre, en Suède. En 2000, il réalise le triplé Jeux olympiques, championnat du monde et Coupe du monde.

En 2002, Martinez décide de se tester sur la route. Il rejoint l'équipe Mapei-Quick Step. Il s'adjuge une étape du Tour de Navarre. Pour son unique participation au Tour de France en 2002, il se classe 44e[1], terminant notamment huitième d'une étape.

La saison suivante, en 2003, il signe avec l'équipe Phonak. Il remporte le classement du meilleur grimpeur du Tour méditerranéen qu'il termine à la huitième place du général. Il termine 85e de Liège-Bastogne-Liège, la seule grande classique à laquelle il participe. Après deux saisons sur route décevantes, il décide en 2004 de terminer sa carrière dans le VTT[2]. En octobre 2006, il met un terme à sa carrière à l'issue du Roc d'azur[2].

Après de vaines tentatives de retour, à la fin de l'année 2012, il décide de mettre un terme à sa retraite sportive, entamée en 2006. S'entraînant régulièrement avec Mirko Pirazzoli et des professionnels italiens, il retrouve sa discipline de prédilection, le VTT. À 37 ans, il reprend la compétition de haut niveau, et alors qu'il n'est que 800e mondial, il dispose, en début de saison 2013, de l'Italien Fontana, médaillé de bronze aux Jeux de Londres. De nouveau impliqué à 100 % dans son sport, il réintègre l'équipe de France et termine dix-neuvième des championnats d'Europe, le 23 juin. Trois semaines plus tard, il arrive aux championnats de France avec la ferme intention de s'illustrer[3]. Julien Absalon domine la course mais Miguel Martinez réussit à fausser compagnie au duo Maxime Marotte et Stéphane Tempier, pour conquérir la médaille d'argent[4]. Il participe, également, à plusieurs manches de la coupe de France de VTT[5] et de Coupe du monde, comme à Vallnord[6] et à Hafjell[7], où il s'immisce dans le Top 10. En fin de saison, il s'impose dans la trentième édition du Roc d'Azur[8],[9] puis lors de la Sea Otter Classic[10]. Malgré les suspicions qui entourent son retour au plus haut niveau[5], il envisage de participer aux Jeux de Rio en 2016, après avoir signé un contrat de trois ans avec l'équipe FRM Factory Racing Team[9].

Palmarès en VTT[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Coupe du monde de cross-country (2)
    • 1996 : 2e, vainqueur de 3 manches
    • 1997 : 1er, vainqueur de 3 manches
    • 1998 : 2e
    • 1999 : 2e, vainqueur d'une manche
    • 2000 : 1er, vainqueur d'une manche
    • 2001 : 3e, vainqueur de 2 manches
    • 2013 : 23e
    • 2014 : 53e
  • Coupe du monde de cross-country contre-la-montre
    • 2001 : vainqueur d'une manche

Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès par années[modifier | modifier le code]

Résultat sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Polémique[modifier | modifier le code]

En 1999, il aurait volontairement laissé échapper le titre de champion de France de cross-country au bénéfice de Jérôme Chiotti contre la somme de 50 000 francs[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miguel Martinez: une saison pour se déterminer sur ladepeche.fr
  2. a et b Edito du 11 octobre 2006 sur velo101.com
  3. « Martinez revient à la compétition », article de Frédéric Machabert, publié dans le quotidien L'Équipe du samedi 13 juillet 2013.
  4. « Championnats de France 2013 XC Hommes : Et de onze pour Absalon ! », sur www.velovert.com,‎ 13 juillet 2013 (consulté le 28 février 2014)
  5. a et b « Miguel Martinez : «Oui, je pense à l’équipe de France» », sur www.velovert.com,‎ 7 mai 2013 (consulté le 28 février 2014)
  6. « Coupe du Monde Mountain Bike UCI 2013 - Vallnord (AND) », sur www.uci.ch (consulté le 28 février 2014)
  7. « Coupe du Monde Mountain Bike UCI 2013 - Hafjell (NOR) », sur www.uci.ch (consulté le 28 février 2014)
  8. « Roc d'Azur / Miguel Martinez pose la cerise », sur www.velovert.com,‎ 13 octobre 2013 (consulté le 28 février 2014)
  9. a et b « Victoire de Miguel Martinez », sur www.lequipe.fr,‎ 13 octobre 2013 (consulté le 28 février 2014)
  10. (en) « Martinez, Vos win cross-country titles at Sea Otter Classic », sur velonews.competitor.com,‎ 5 novembre 2013 (consulté le 28 février 2014)
  11. Jérome Chiotti, "T'aurais pas 50 000 balles ?" in De mon plein gré!, Calmann-Lévy

Liens externes[modifier | modifier le code]