Micropuce implantée (humain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un chirurgien insère un implant sous-cutané à un scientifique Britannique, le Dr Mark Gasson, dans sa main gauche avec une puce RFID (16 mars 2009)

L'implantation d'une micropuce à destination humaine est un circuit intégré ou un transpondeur RFID encapsulé dans un tube de verre de silicate et implanté dans le corps d'un être humain. Un implant sous-cutané contient généralement un numéro d'identification unique qui peut être lié à l'information contenue dans une base de données externe, telles que l'identification personnelle, les antécédents médicaux, les médicaments, les allergies et les informations de contact.

Les origines et le développement dans le monde universitaire[modifier | modifier le code]

Les premières expériences d'implants RFID à avoir été rapportées ont été réalisées en 1998 par le scientifique Britannique Kevin Warwick[1]. Son implant a été utilisé pour ouvrir les portes, allumer les lumières ainsi que déclencher différents sons au sein d'un bâtiment. Après neuf jours, l'implant a été enlevé et se trouve depuis dans le Science Museum (Londres).[réf. nécessaire]

Le 16 mars 2009, le scientifique Britannique Mark Gasson s'est fait implanté chirurgicalement dans sa main gauche un dispositif RFID avancé au sein d'une capsule de verre. En avril 2010, l'équipe de Mark Gasson démontra comment un virus informatique pourrait infecter sans contact son implant et ensuite être transmis à d'autres systèmes[2]. Mark Gasson établit donc qu'en implémentant de la technologie, la séparation entre l'homme et la machine devient alors théorique, celle-ci étant alors perçue par l'organisme comme faisant partie intégrante du corps. En raison de cette évolution dans notre compréhension de ce qui constitue notre corps et ses limites, il est alors crédité comme étant le premier homme infecté par un virus informatique. Il n'a pas l'intention de retirer son implant[3].

Les bricoleurs amateurs[modifier | modifier le code]

Une étiquette RFID visible sous la peau juste après avoir été implantée.

Plusieurs bricoleurs amateurs ont décidé de s'implanter des implants RFID. Cette insertion peut se réaliser de manière autonome ou avec l'aide d'un tiers (souvent un pierceur). 

Amal Graafstra, auteur du livre RFID Toys, demanda à des médecins de lui poser des implants dans ses mains en mars 2005. Un chirurgien esthétique utilisa un scalpel dans le but de placer une puce dans sa main gauche et son médecin de famille injecta une puce dans sa main droite à l'aide d'un kit d'injection vétérinaire Avid. Amal Graafstra utilise ses implants pour avoir accès à son domicile, ouvrir la porte de sa voiture ainsi qu'ouvrir une session sur son ordinateur. À la suite d'un intérêt public croissant, il créa en 2013 un site web, Dangerous Things, qui vend des puces RFID encapsulées dans des tubes en Bioglass ainsi que d'autres ressources. Ces puces ont pour but d'être implantées au sein d'humains.[réf. nécessaire]

Mikey Sklar s'est fait implanter une puce dans la main gauche et a filmé la procédure[4].

Jonathan Oxer s'est auto-implanté une puce RFID dans le bras à l'aide d'un kit vétérinaire[5].

Martijn Wismeijer, un marketing manager néerlandais travaillant pour Général Octets, fabricant de distributeurs de Bitcoin ATM, s'est fait implanter des puces RFID dans ses deux mains pour y stocker ses clefs privées Bitcoins ainsi que sa carte de visite[6].

Patric Lanhed effectua un « bio-paiement » d'un euro en Bitcoin à l'aide d'une puce dans sa main[7].

Marcel Varallo avait une puce NXP enfermée dans du Bioglass 8625 insérée dans sa main entre son index et son pouce. Cette puce lui permettait d'ouvrir de façon sécurisée les ascenseurs et les portes au sein de son lieu de travail, d'effectuer des impressions à partir d'imprimantes sécurisées, débloquer son téléphone mobile et fixe et stocker sa carte de visite numérique pour les transférer vers des téléphones portables intégrant la technologie NFC[8].

Le biohacker Hannes Sjöblad expérimenta les implants utilisant la technologie NFC (Near Field Communication) depuis 2015. Lors de son discours à l'Echappée Volée en 2016 à Paris, Hannes Sjöblad révéla qu'il s'était également fait implanter un implant entre son index et le pouce et qu'il l'utilise pour déverrouiller les portes, effectuer des paiements, ainsi que déverrouiller son téléphone (lui permettant de remplacer essentiellement tout ce que l'on peux mettre dans nos poches)[9]. En outre, Hannes Sjöblad a organisé plusieurs « implant parties », où les personnes intéressées peuvent également se faire implanter une puce[10].

Implants commerciaux[modifier | modifier le code]

En 2002, la VeriChip Corporation (connue comme la « PositiveID corporation » depuis novembre 2009) a reçu l'approbation préliminaire de la Food and Drug Administration (FDA) pour la commercialisation de son implant aux États-Unis à condition de respecter les recommandations édictées. L'appareil a reçu l'approbation de la FDA en 2004, et a été commercialisé sous le nom de VeriChip ou VeriMed.

En 2007, certaines sources indiquent qu'il aurait été possible que ces implants auraient pu être responsables de cancers chez certains animaux de laboratoire[11]. La révélation a eu un impact dévastateur sur le prix de l'action de l'entreprise.[réf. nécessaire] Par la suite, entre mai et juillet 2010, la Positive ID corporation arrête la commercialisation d'implants à destination humaine[12].

En janvier 2012, la VeriTeQ Acquisition Corporation a acquis le brevet de la micropuce implantable VeriChip, des technologies connexes ainsi que le dossier personnel Health Link de PositiveID Corporation. VeriTeQ est majoritairement détenue et dirigée par Scott R. Silverman, ancien Président du conseil et chef de la direction de PositiveID et VeriChip Corporation. PositiveID a conservé des parts dans l'entreprise VeriTeQ[13].

L'usage au sein des dossiers médicaux[modifier | modifier le code]

La PositiveID Corporation (auparavant connu sous le nom VeriChip Corporation; Applied Digital Solutions, Inc.; et Digital Angel Corporation), a distribué la micropuce implantable connue sous le nom de VeriChip ou VeriMed jusqu'à ce que la production de ce produit soit interrompue au deuxième trimestre de 2010. La société suggérait que l'implant pouvait être utilisé pour récupérer des informations médicales en cas d'urgence de la façon suivante :

  1. Chaque implant VeriChip contenait un numéro d'identification de 16 chiffres. 
  2. Lorsque la puce est scannée à une distance de quelques centimètres à l'aide d'un scanner Verichip, ce numéro est transmis. 
  3. Grâce à ce numéro, les hôpitaux participants et les intervenants d'urgence pourraient alors accéder aux renseignements médicaux du patient via un page sécurisée liée à une base de données stockée chez VeriChip.

Selon certains rapports, en 2006, 80 hôpitaux avaient convenu acquérir un scanner VeriChip fourni par la société et 232 médecins avaient convenu d'injecter les implants dans les patients volontaires[14]. Cependant, la VeriChip Corporation/Applied Digital Solutions, fut alors poursuivi par ses actionnaires, pour avoir effectué « des déclarations sensiblement fausses et trompeuses » concernant le taux d'acceptation des hôpitaux. Selon Glancy & Binkow, le cabinet d'avocats qui a déposé le recours collectif:

« ...le 9 Mai 2002, les défendeurs [à l'époque Applied Digital Corporation] affirmait que presque chaque grand hôpital dans le West Palm Beach, Floride, serait équipée de scanners VeriChip, une composante indispensable de la technologie de la société VeriChip. Cependant, un jour plus tard, le 10 Mai 2002, il fut révélé qu'aucun hôpital n'avait accepté de scanner, un dispositif essentiel à la récupération de l'information incluse dans l'implant VeriChip. À la suite du 10 Mai 2002, jour de la divulgation, le court de l'action d'Applied Digital chuta à nouveau, ayant perdu près de 30 % en une seule journée. »[15]

Accès et sécurité[modifier | modifier le code]

La VeriChip Corporation communiqua autour de la possibilité d'utiliser l'implant comme un moyen de restreindre l'accès et accroître la sécurité d'installations telles que les centrales électriques. Les scanners de Microchip serait installé à l'entrée afin que les serrures fonctionnent exclusivement lors de la présentation d'implant. Deux employés de la CityWatcher, une entreprise de vidéo surveillance en Ohio, disposaient d'implants RFID injecté dans leurs bras en 2007. L'accès aux locaux sécurisés de l'entreprise (locaux vidéo) nécessitait la présentation de l'implant, comme expliqué dans l'article de USA Today[16]. Depuis, l'entreprise a fermé ses portes. Aucune information concernant les deux employés ou leurs implants respectifs n'est disponible.

Un inconvénient majeur de ces systèmes est la relative facilité avec laquelle les 16 chiffres du numéro d'identification contenues dans une puce de l'implant peuvent être obtenus et clonés à l'aide d'un appareil de relative petite taille, un problème qui a été démontré publiquement par le chercheur en sécurité Jonathan Westhues[17] et documenté dans le numéro de mai 2006 de Wired magazine[18], entre autres.

  • Le Baja Beach Club, une boîte de nuit à Rotterdam, aux Pays-Bas, utilisa une fois les implants VeriChip pour l'identification des clients VIP[19].
  • Le centre de congrès et Fablab Epicentre de Stockholm, en Suède, utilise des implants RFID pour la validation des accès de ses employés, l'ouverture des portes de sécurité, l'accès aux copieurs / imprimantes ainsi que pour effectuer les paiements des repas[20].

Applications futures possibles[modifier | modifier le code]

Théoriquement, une puce GPS pourrait un jour permettre aux individus d'être physiquement géolocalisé par latitude, longitude, altitude, vitesse et direction du mouvement. Ces implants GPS ne sont pas techniquement réalisables à ce jour. Cependant, déployées à grande échelle dans le futur, les implants GPS pourraient théoriquement permettre aux autorités de localiser des personnes disparues et / ou des fugitifs ou ceux qui ont fui la scène d'un crime. Les critiques dénoncent la possibilité de répression politique que pourrait rendre possible cette technologie dans les mains de gouvernements rendant en effet possible l'utilisation de ces implants pour le suivi quotidien, la persécution de militants syndicaux, dissidents, opposants, criminels, domestiques et autres profiles...

Cette technologie rend aussi possible à des sociétés privées de profiler les habitudes de consommation de personnes ou, via un accès non désirés, la persécution, l'agression et les enlèvements par des différents types de personnes (abuseurs d'enfants, employeurs, criminels, ... )

Un autre discours suggère le suivi de personnes infectés par différentes maladies infectieuses comme le VIH (cas examiné en 2008 par la législature de l'Indonesia's Irian Jaya. Ceci viserait à réduire leurs chances d'infecter d'autres personnes[21],[22]. L'article concernant le microchipping n'a cependant pas été inclus dans la version finale de la provincial HIV/AIDS Handling bylaw adopté par l'assemblée législative en décembre 2008[23]. Ceci ne serait pas réalisable en l'état avec la technologie actuelle, aucun dispositif implantable muni d'une puce GPS n'existant sur le marché.

Depuis l'avènement des méthodes de paiements modernes basées sur les normes RFID/NFC, il devient évident que l'utilisation de puces implantables, si elles devaient devenir populaires, permettrait l'avènement d'une société sans numéraire[24]. Les imlpants Verichip ont déjà été utilisés dans des boîtes de nuit comme le Baja club à Rotterdam dans le but de permettre aux usagers d'acheter des boissons avec leur puce implantable.

Problèmes potentiels[modifier | modifier le code]

Cancer[modifier | modifier le code]

Dans un rapport anti-RFID auto-publié[25], l'avocat Katherine Albrecht, appelant les dispositifs RFID comme étant des « puces espions », cite des études vétérinaires et toxicologiques menées de 1996 à 2006. Ces études auraient décelées que certains rongeurs de laboratoire ayant subi l'injection d'un implant en tant qu'accessoire sans rapport avec les expériences menées auraient développés des cas de cancer au niveau du site d'injection (sarcomes sous-cutanée). Des cas similaires seraient à noter avec des chiens de compagnie. Cette publication veux démontrer la preuve d'une implantation humaine à haut risque[26].

Cependant, le lien entre corps étranger et la tumorigenèse chez les animaux de laboratoire et l'implantation chez l'homme a été publiquement réfuté comme erronée et trompeuse[27] et l'auteur du rapport a été critiqué pour l'utilisation de termes « provocateurs » et « n'étant pas basés sur des faits scientifiques »[28]. Notamment, aucune des études sur le risque de cancer lié à l'implantation de puces ayant servies à Katherine Albrecht n'ont été citées. De plus, aucune de ces études ne disposaient un groupe de contrôle d'animaux n'ayant pas subit l'implantation de puce.

Alors que ce problème est toujours considéré comme étant digne de complément d'enquête, l'une des études citées mis en garde contre « un saut dans l'inconnu en matière de risques de tumeurs qui devrait être évitée »[29],[30],[31].

Autres complications médicales[modifier | modifier le code]

Selon la FDA, l'implantation du VeriChip pourrait poser des inconvénients médicaux potentiels[32]. Les risques électriques, des incompatibilités sur les effets indésirables sur les réactions des tissus avec l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la migration du transpondeur implanté sont quelques-uns des risques potentiels associés à l'implant Verichip ID, selon une lettre délivrée le 12 octobre 2004 par la FDA[33].

Selon la FDA concernant les interactions avec l'Imagerie par Résonance Magnétique des Systèmes[34], « des courants électriques peuvent être induits dans les implants métalliques conducteurs qui peuvent entraîner de graves brûlures chez les patients ».

Toutefois, lorsque l'émission de télévision MythBusters, dans l'épisode 18 de la saison 2005, le Mythe de l'Évolution, testa l'interaction d'une micro-puce implantée avec un appareil d'IRM, le sujet de test ne montra aucun signe de douleur. Cependant, comme les différents appareils d'IRM permettent diverses puissances, il est probable qu'une énergie plus importante génère de plus grandes problématiques. Le modèle et la marque de la puce pourrait aussi affecter les résultats possibles.

Risques de sécurité[modifier | modifier le code]

Depuis quelque temps, presque toutes les micro-puces implantables ne sont pas cryptées, elles sont donc extrêmement vulnérables en lecture par des scanners tiers indésirables. En numérisant secrètement la puce, un tiers pourrait voler les informations sur une puce et cloner son signal, permettant à la personne d'emprunter l'identité d'une personne implanté. Cela pourrait créer des problèmes de sécurité pour l'accès physique, l'accès à un ordinateur ou potentiellement accéder à un dossier médical détenu par le propriétaire de la puce. La puce pourrait aussi être facilement[pas clair] retirée physiquement de la personne via une opération ou une amputation. Le Conseil de l'Éthique et des Affaires Judiciaires (CEJA) de l'American Medical Association a publié un rapport en 2007, allégeant que les implants RFID pourraient compromettre la vie privée, aucune assurance ne permettant d'invalider actuellement la copie non-sollicitée des informations contenues dans la puce[35].

Critiques sociétales et religieuses[modifier | modifier le code]

L'implantation d'une micropuce dans des êtres humains a soulevé de nombreuses discussions sur l'éthique par des groupes académiques[36], les organisations des droits de l'homme, des ministères gouvernementaux et des groupes religieux.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Dans le Christianisme, certains pensent que l'implantation de puces serait l'accomplissement de la prophétie de la Marque de la Bête, marque indispensable aux transactions financières[37] , et élément clé du Livre de l'Apocalypse[38],[39].

« And he causeth all, both small and great, rich and poor, free and bond, to receive a mark in their right hand, or in their foreheads: And that no man might buy or sell, save he that had the mark, or the name of the beast, or the number of his name. »

Législation[modifier | modifier le code]

Après le Wisconsin et le Dakota du Nord, la Californie émis le projet de loi Senate Bill 362 en 2007, qui rend illégal le fait de forcer une personne à avoir une puce implantée et fournit une évaluation des sanctions civiles contre les violateurs de la loi[40].

En 2008, l'Oklahoma passa 63 OK Stat § 63-1-1430 (2008 S. B. 47), qui interdit l'implantation involontaire de puces sous-cutanées chez les humains[41],[42].

Le 5 avril 2010, le Sénat de Géorgie passa le projet de loi Senate Bill 235 qui interdit l'implantation forcée de puces sous-cutanées chez les humains, rendant délictuel l'action d'exiger par quiconque d'eux cette implantation, y compris par les employeurs[43]. Le projet de loi permettrait aux implantés volontaires, tant qu'elles sont effectuées par un médecin et réglementée par le Georgia Composite Medical Board. L'état de la Chambre des Représentants ne validèrent pas le projet de loi.

La Californie, le Dakota du Nord et le Wisconsin avait déjà interdit l'implantation obligatoire d'une micropuce.[réf. nécessaire]

Le 10 février 2010, la Chambre des Délégués de Virginie a également adopté un projet de loi qui interdit aux entreprises de forcer leurs employés à être implantées avec des dispositifs de suivi[44].

Le projet de lois 1142-2009-10 de l'État de Washington commande une étude sur l'implantation de puces radio fréquences sur certaines personnes de différents profils (délinquants sexuels et d'autres criminels)[45].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Is human chip implant wave of the future? », CNN,‎ (lire en ligne)
  2. (en) M. N. Gasson, 2010 IEEE International Symposium on Technology and Society, , 61 p. (ISBN 978-1-4244-7777-7, DOI 10.1109/ISTAS.2010.5514651), « Human Enhancement: Could you become infected with a computer virus? »
  3. http://www.personal.reading.ac.uk/~sis04mng/research/ FAQ: Could you become infected with a computer virus?
  4. (en) [vidéo] RFID Implant - Fox News - Mikey Sklar sur YouTube
  5. (en) « Jondo the Mandroid is RFID enabled »
  6. (en) Liat Clark, « Hand-implanted NFC chips open this man's bitcoin wallet », (consulté le 15 février 2015)
  7. (en) Jordan Pearson, « This Guy Implanted His Bitcoin Wallet and Made a Payment With His Hand », (consulté le 2 novembre 2015)
  8. http://www.heraldsun.com.au/news/victoria/it-expert-marcel-varallo-inserts-microchip-in-hand-for-technology-experiment/news-story/0a809c0bc341a3a22ea30cc46d353cff?sv=b559f5b6a1ca4df5f4ac431ce12409da
  9. « Au pays des espèces en voie de disparition », sur lesechos.fr, (consulté le 7 juillet 2016)
  10. (en) « The rise of the Swedish cyborgs - BBC News » (consulté le 7 juillet 2016)
  11. (en) Todd Lewan, « Chip Implants Linked to Animal Tumours », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  12. Jim Edwards, « Down With the Chip: PositiveID Axes Its Scary Medical Records Implant », bNET, (consulté le 17 juillet 2010)
  13. « VeriTeQ Acquisition Corporation Acquires Implantable, FDA-Cleared VeriChip Technology and Health Link Personal Health Record from PositiveID Corporation », Business Wire, (consulté le 14 juillet 2012)
  14. Byles, Ileiren (2006).
  15. http://www.globenewswire.com/ca/news.html?d=28620 Glancy & Binkow LLP Filed the First Class Action Lawsuit Against Applied Digital Solutions, Inc.
  16. Lewan, Todd.
  17. Westhues, Jonathan.
  18. (en) Annalee Newitz, « The RFID Hacking Underground », Wired,‎ (lire en ligne)
  19. http://www.baja.nl/vipform.aspx
  20. Lucas Mearian, « Office complex implants RFID chips in employees' hands », Computerworld, (consulté le 15 février 2015)
  21. "Indonesia's Papua plans to tag AIDS sufferers", Mon Nov 24, 2008.
  22. Jason Tedjasukmana, Papua Proposal: A Microchip to Track the HIV-Positive, (lire en ligne)
  23. Government Of Indonesian Province Rejects Plan To Implant Microchips In Some HIV-Positive People, 2008-12-08
  24. "Cashless Society"
  25. http://www.antichips.com/cancer/ Microchip-Induced Tumors in Laboratory Rodents and Dogs: A Review of the Literature 1990–2006
  26. Todd Lewan, Chip Implants Linked to Animal Tumours, (lire en ligne)
  27. RFID Journal, « VeriChip Defends the Safety of Implanted RFID Tags », rfidjournal.com, sur rfidjournal.com (consulté le 13 avril 2016)
  28. https://www.youtube.com/watch?v=CS13kFWQIYM#t=60m53s Tumours, Tracking, and Tyranny: The Downside to Implantable Microchip
  29. K. T. Blanchard, C. Barthel, J. E. French et H. E. Holden, « Transponder-Induced Sarcoma in the Heterozygous p53+/- Mouse », Toxicologic Pathology, vol. 27, no 5,‎ , p. 519 (DOI 10.1177/019262339902700505)
  30. Lewan, Todd.
  31. Studies Linking Microchips and Cancer
  32. http://www.spychips.com/press-releases/verichip-fda.html FDA LETTER RAISES QUESTIONS ABOUT VERICHIP SAFETY, DATA SECURITY: Implantable RFID device "poses potential risks to health"
  33. http://www.spychips.com/devices/verichip-fda-report.html CASPIAN Special Report, October 19, 2004: FDA Letter Raises Questions about VeriChip Safety, Data Security
  34. Primer on Medical Device Interactions with Magnetic Resonance Imaging Systems
  35. CEJA of the American Medical Association , CEJA Report 5-A-07, Radio Frequency ID Devices in Humans, presented by Robert M. Sade, MD, Chair. 2007
  36. « 20th WCP: Ethical Assessment of Implantable Brain Chips », bu.edu, sur bu.edu (consulté le 13 avril 2016)
  37. « Revelation 14:9-11 », Bible Gateway (consulté le 3 juillet 2010)
  38. Katherine Albrecht et Liz McIntyre, The Spychips Threat: Why Christians Should Resist RFID and Electronic Surveillance, Nelson Current, (ISBN 1-59555-021-6)
  39. Mark Baard, « RFID: Sign of the (End) Times? », Wired.com, (consulté le 13 octobre 2009)
  40. California Bans Forced RFID Tagging of Humans, Government Technology website, October 17, 2007
  41. Tim Talley.
  42. "Radio Frequency Identification (RFID) Privacy Laws". 2015.
  43. « Georgia SB 235 - Ban on Required Human Microchip Implantation - Key Vote - The Voter's Self Defense System - Vote Smart », Project Vote Smart, sur Project Vote Smart (consulté le 13 avril 2016)
  44. Virginia delegates pass bill banning chip implants as ‘mark of the beast’, The Raw Story, By Daniel Tencer, Wednesday, February 10, 2010 retrieved April 23, 2010
  45. HB 1142-2009-10 to study requiring the use of implanted RFID in certain felons.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stephen Haag, Cummings, Maeve, et McCubbrey, Donald, Management Information Systems for the Information Age, New York City, New York, McGraw-Hill, (ISBN 0-07-281947-2)
  • Katherine Albrecht et Liz McIntyre, Spychips: How Major Corporations and Government Plan to Track your Every Move with RFID, Nashville, Tennessee, Nelson Current, (ISBN 1-59555-020-8)
  • Amal Graafstra, [1] RFID Toys: 11 Cool Projects for Home, Office and Entertainment, New York City, New York, (ExtremeTech) Ziff Davis Publishing Holdings Inc., (ISBN 0-471-77196-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]