Michèle Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Michele Bernard)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
Michèle Bernard
Naissance (69 ans)
Lyon, Rhône-Alpes,
Drapeau de la France France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Années actives depuis 1974

Michèle Bernard est une auteur-compositrice-interprète française née le 26 octobre 1947 à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Collectif Azergues composé de : de haut en bas Michel Grange - André Tavernier - Michel Roger - Alain Meilland - Isabelle Fontana - Michèle Bernard en juin 1978.

En mai 1968, durant les événements, elle a 20 ans et elle est étudiante en lettres[1]. Elle s'engage dans le mouvement, et rejoint un groupement de musiciens. Elle délaisse alors le piano familial pour la pratique de l'accordéon, « un instrument à claviers qui y ressemblait mais qui me permettait d'aller dans la rue. C'était assez symbolique[1]. ». Elle suit ensuite des études au Conservatoire d'art dramatique[2], et commence sa carrière au théâtre avant de se lancer dans la chanson : « J'ai commencé par faire du théâtre, puis j'ai découvert ma voix chantée. J'ai éprouvé alors la magie du chant. J'ai ressenti une forme de délivrance : les inhibitions tombaient. On parle pour régler des problèmes, mais on chante pour le plaisir[3]. »

Au milieu des années 1970, avec une troupe de comédiens, la Compagnie de la Satire, elle participe à « un spectacle qui raconte l'histoire de France à travers la chanson populaire »[4], puis, à la suite de ce spectacle, enregistre son premier vinyle Le temps des crises. L’histoire de France à travers les chansons, où elle n'est qu'interprète.

Dans les années 1970 et 80, elle partage la scène avec des artistes comme Alain Meilland, au sein, entre autres regroupements, du « Collectif d'Azergues » qui regroupe de jeunes auteurs-compositeurs-interprètes.

En 1978, avec ses créations propres, elle est « la révélation - découverte de l'année »[5],[6],[7] au Printemps de Bourges : le directeur du festival, Daniel Colling, lui alors fait enregistrer un album[1] ; elle sort la même année le premier album de sa composition, Le Kiosque[8]. Elle s'accompagne à l'accordéon et au piano. Nomade est une de ses chansons les plus connues[7], comme Maria Szusanna.

En 1980, elle compose la musique du film La Chanson du mal-aimé de Claude Weisz.

Elle commence sa carrière dans un style réaliste des années 1930, puis évolue vers une écriture généreuse, parfois intimiste, parfois politique. Pour Frank Tenaille, dans Le Monde de la musique, en 1997, Michèle Bernard parvient à « bâtir des chansons philosophiques aux allures de rengaine populaire[9]. »

Elle obtient par trois fois le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros[6],[10], en 1980, 1988 et 2002. Pour elle, « L'art doit faire partie des choses qui rendent à l'individu sa dignité et son envie de vivre[11] ».

Après plusieurs disques en solo, elle réalise aussi des compositions pour ensembles polyphoniques[12].

En 1999, elle est artiste en « résidence chansons »[6] au Théâtre d'Ivry-sur-Seine (Seine-et-Marne), pour y monter un spectacle et des ateliers, succédant à cette place aux artistes comme Juliette, Sarclo, Allain Leprest ou Éric Lareine[6]. En 2012, elle y retourne en « résidence de création » et crée le spectacle Sens dessus dessous, qui obtiendra l'année suivante le Grand Prix Musique Jeune Public ADAMI[13], et le Coup de cœur de l’Académie Charles-Cros[14].

En 2001, elle crée un spectacle musical consacré à la militante Louise Michel[12],[15] (1830-1905).

Ses compositions ont connu diverses reprises[4], comme Maintenant ou jamais par Yvette Théraulaz et par Louis Capart, Le rideau de fer par Christiane Stefanski, ou encore Quand vous me rendrez visite et Nomade par Pierre Soyer, ce qui pour elle « est un des plus grands plaisirs pour quelqu'un qui écrit. C'est le sentiment que, tout d'un coup, quelque chose qu'on a écrit va se transmettre et se répandre au-delà de soi. [...] Comme moi-même j'ai pu reprendre des chansons elles-mêmes issues de la tradition[4]. »

Elle est amie de longue date avec une autre auteure-compositeur-interprète, rencontrée lorsqu'elle assurait la première partie d'un de ses spectacles : Anne Sylvestre[16], dont elle avait, à ses débuts dans les années 1970, fait des reprises de chansons[4]. Pour Michèle Bernard « Elle m’a sans doute permis de décoller. Je lui dois beaucoup[17]. » Anne Sylvestre lui coproduira plusieurs albums[1],[4], et l'invitera en 1993 à participer à son conte musical pour enfants Lala et le cirque du vent, en tant que chanteuse-comédienne. En 2012, elle dira de Michèle Bernard qu'elle est « sa sœur de scène »[16].

Depuis 1980[1], elle habite un petit village du département de la Loire[11],[6], dans le parc régional naturel du Pilat : « Je vis dans une ancienne fabrique textile. Pour moi qui suis très sensible à la chanson populaire, au thème du travail ouvrier et des luttes, c'est un lieu qui m'inspire[3] ». Elle y a créé l'association « Musiques à l'usine » en 1995[1], ainsi que des ateliers, et un festival[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Vinyles :
    • 1973 : Le temps des crises. L’histoire de France à travers les chansons avec Michel Grange et Paul Castanier
    • 1978 : Le Kiosque Prix de l'Académie Charles-Cros 1980
    • 1980 : Sur ces routes grises
    • 1982 : Bar du grand désir
    • 1987 : Pleurez pas
  • CD :
    • 1988 : Michèle Bernard en Public Prix de l'Académie Charles-Cros[18]
    • 1992 : Des nuits noires de monde
    • 1997 : Nomade (Chansons pour les petits et les grands)
    • 1997 : Quand vous me rendrez visite Dont un traditionnel gallois adapté en français[19], deux poèmes de René-Guy Cadou et un poème de Pablo Neruda[2].
    • 1999 : Voler...
    • 2002 : Mes premiers vinyls : édition en CD de ses 4 derniers vinyles
    • 2002 : Une fois qu'on s'est tout dit[8] Prix de l'Académie Charles-Cros[18]
    • 2004 : Poésies pour les enfants
    • 2004 : L'oiseau noir du champ fauve, cantate pour Louise Michel
    • 2006 : Le nez en l'air
    • 2008 : Piano Voix [10] (avec Jean-Luc Michel)
    • 2008 : Monsieur je m'en fous ; album pour enfants : 12 chansons pour la planète
    • 2010 : Des nuits noires de monde Live (nouvelle version avec le groupe Evasion)
    • 2012 : Sens dessus dessous [20]
    • 2016 : Tout' Manière

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Les nuits noires de monde
  • 2001 : Les jumeaux de la nuit, avec Rémo Gary
  • 2001 - 2002 : L'Oiseau noir du champ fauve, cantate pour Louise Michel[12],[15], création Théâtre de la Renaissance d'Oullins (Rhône). Plusieurs reprises du spectacle[21] : au Théâtre Toursky de Marseille (13), au Théâtre de Vénissieux (69), au Dôme Théâtre d'Albertville (73), au Théâtre de Bourg-en-Bresse (01), au Théâtre Antoine Vitez à Ivry-sur-Seine (94), à l'Allégro de Miribel (01), au Théâtre de Langres (52).
  • 2002 : Une fois qu'on s'est tout dit[5], Le Fanal, Scène Nationale de Saint-Nazaire en co-réalisation avec Kiron Association.
  • Spectacle en duo, textes et chant : Michèle Bernard ; piano : Jean-Luc Michel
  • 2006 : Le nez en l'air
  • 2008 : Les nuits noires de monde (recréation) (après sa création en 1991), avec le groupe Evasion, et Patrick Mathis ; coproduction Vocal 26, Le Quai à Angers, le Théâtre de St Lô
  • 2012 - 2014 : Sens dessus dessous, avec les musiciens Sandrine de Rosa et Michel Sanlaville ; coproduction Théâtre d’Ivry Antoine Vitez – Vocal 26 ; résidence de création Théâtre d'Ivry, 2012 Grand Prix Musique Jeune Public ADAMI 2013[13] - Coup de cœur de l’Académie Charles-Cros 2013[14]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Quelques reprises de ses titres[modifier | modifier le code]

Plusieurs chansons de sa composition ont été réinterprétées[4] :

  • Maintenant ou jamais par Yvette Théraulaz et par Louis Capart
  • Le rideau de fer par Christiane Stéfanski
  • Quand vous me rendrez visite et Nomade par Pierre Soyer
  • Je t'aime par le groupe Blaze.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Les combats de Michèle Bernard », article journal La Croix du 8 février 2002
  2. a et b « Les Gris-Gris de Michèle Bernard », article journal Le Monde du 22 mars 1997
  3. a, b et c « Les chemins de traverse de Michèle Bernard », article journal Le Monde du 12 février 2002
  4. a, b, c, d, e et f « Entretien avec Michèle Bernard », article de la revue Notes, revue de la SACEM, 1999
  5. a et b « L'échappée belle de Michèle », article journal Libération, du 21 février 2002
  6. a, b, c, d et e « Michèle Bernard, l' "anti-show-biz" », article journal La Croix , du 25 janvier 1999
  7. a et b « Une voix Nomade », article journal Libération des 16 et 17 janvier 1999
  8. a et b critique de l'album Une fois qu'on s'est tout dit, article magazine Chorus, février 2002
  9. « Choc », article Le Monde de la Musique, juin 1997.
  10. a et b Critique ƒƒƒƒ de l'album Piano Voix, magazine Télérama, du 31 mai 2008.
  11. a et b « Michèle Bernard s'envole », article journal La Tribune - Le Progrès, du 28 août 1999
  12. a, b et c « Michèle Bernard chante Louise Michel au théâtre d'Oullins », article journal Le Monde, du 17 mars 2001.
  13. a, b et c Lauréats 2013, site de l'Adami.
  14. a, b et c Article France Culture, du 21 mai 2014.
  15. a et b « Un lumineux hommage à Louise Michel », article journal La Provence du 17 janvier 2002
  16. a et b « Michèle Bernard vue par Anne Sylvestre », article journal La terrasse, du 10 janvier 2012.
  17. « Anne Sylvestre. Témoignage de Michèle Bernard », article journal Je chante magazine, du 10 janvier 2010.
  18. a, b, c et d Biographie de Michèle Bernard, sur le site du Groupement artistique et culturel Rhônes-Alpes
  19. « Splendeur », critique ƒƒƒƒ de l'album Quand vous me rendrez visite, magazine Télérama du 22 mars 1997
  20. « Michèle Bernard », sur www.michelebernard.net (consulté le 30 mai 2016)
  21. Le spectacle et ses différentes reprises, site Résonance Contemporaine.

Liens externes[modifier | modifier le code]