Sirenia (mammifère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sirénien)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sirène (homonymie) et Sirenia.

Les siréniens (Sirenia) sont un ordre de mammifères aquicoles compris dans les afrothériens . Les siréniens vivants sont :

Ce sont de paisibles animaux aquatiques herbivores, qui broutent les plantes aquatiques, et que l'on trouve essentiellement dans les zones tropicales et dans l'hémisphère sud.

Description[modifier | modifier le code]

Sans pattes postérieures, ils possèdent une nageoire caudale horizontale à l'extrémité postérieure de leur corps.

Les siréniens, comme les cétacés, sont recouverts d'une épaisse couche de lard juste en dessous de leur cuir qui leur sert d'isolant. L'eau conduit en effet la chaleur 25 fois mieux que l'air à même température[1] et surtout a une capacité thermique volumique bien plus élevée, ce qui facilite le refroidissement des animaux à sang chaud. La graisse étant un excellent isolant, elle est présente chez la plupart des animaux marins à sang chaud.

Proches parents des éléphants, ils partagent bon nombre de caractéristiques anatomiques avec eux, comme le nombre de vertèbres et l'absence de clavicule[2].

On distingue facilement les lamantins, à la nageoire caudale ronde, du dugong (et du rhytine, éteint), à la nageoire caudale concave, comme les cétacés.

Systématique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire évolutive des siréniens.

L'ordre Sirenia est créé par Illiger en 1811, en référence aux sirènes des mythologies grecque et scandinave (il semble bien, cependant, qu’inversement, des navigateurs tels que Christophe Colomb aient donné corps à la légende des sirènes à partir d'observations de lamantins)[2]. En 1997, McKenna et Bell proposent, dans un cadre phylogénétique, de donner à ce taxon le rang d'infra-ordre dans le sous-ordre Tethytheria McKenna, 1975 et l'ordre Uranotheria McKenna et Bell, 1997.

Lamantins[modifier | modifier le code]

La famille de l'ordre des siréniens la plus représentée est celle des trichéchidés, qui comprend trois espèces :

Certains auteurs considèrent que ces deux sous-espèces sont en fait deux espèces distinctes, ce qui porterait à quatre le nombre des espèces de lamantins.

La disposition du squelette de leurs pattes avant, les coudes orientés vers l'avant, ne leur permet pas de les plier.

Dugongidés[modifier | modifier le code]

L'autre famille de siréniens est celle des dugongidés, qui n'a qu'un seul représentant vivant : le Dugong. Celui-ci vit essentiellement dans l'océan Indien, près des côtes. Contrairement aux lamantins, ses pattes antérieures ont leur coude orienté vers l'arrière, ce qui lui permet de les plier et de pouvoir amener ainsi la nourriture à sa bouche. Leur cri est le chant, on dit qu’ils chantent, comme le lamantin.

Une autre espèce de dugongidé, le Rhytine de Steller (Hydrodamalis gigas), fut exterminée par l'homme quelques années après sa découverte au XVIIIe siècle. Il mesurait environ 7 mètres de long.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sara J. Iverson, « Blubber », dans William Perrin (Ed.), Bernd Wûrsig (Ed.) et J. G. M. Thewissen (Ed.), Encyclopedia of Marine Mammals, Academic Press, (ISBN 978-0-12-373553-9, OCLC 804704941), p. 115-120
  2. a et b Frédéric Ducarme, « Les dernières sirènes mahoraises : les dugongs », sur MayotteHebdo.com, .