Mathilde Froustey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mathilde Froustey
Naissance (31 ans)
Bordeaux, France
Activité principale Danseuse étoile
Style Danse classique
Danse contemporaine
Danse néo-classique
Lieux d'activité San Francisco
Paris
Années d'activité Depuis 2002
Formation École nationale supérieure de danse de Marseille
École de danse de l'Opéra national de Paris
Maîtres Gilbert Mayer
Patrice Bart
Laurent Hilaire
Clotilde Vayer
Enseignement Noëlla Pontois
Récompenses

Concours de Varna (medaille d'or)

Prix de l'AROP
Prix Ballet 2000
Prix Danza e Danza en Italie

Scènes principales

San Francisco War Memorial Opera House
Opéra national de Paris

Mathilde Froustey est une danseuse française, née le 8 juin 1985 à Bordeaux. Elle est danseuse étoile[1],[2] du San Francisco Ballet.

Mathilde Froustey était sujet du ballet de l'Opera national de Paris jusqu'à la saison 2012-2013.

Les débuts[modifier | modifier le code]

En 1994, à l'âge de neuf ans, Mathilde Froustey commence la danse à Dax, dans les Landes.

Elle rejoint l'École nationale supérieure de danse de Marseille en 1998.

En 1999 elle entre ensuite en troisième division à l'École de danse de l'Opéra de Paris, comme élève payante.

Dans le corps du ballet de l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

Engagée en tant que stagiaire[modifier | modifier le code]

Lors du spectacle de fin d'études, Mathilde Froustey interprète Lise dans La Fille mal gardée, et présente au concours d'admission dans le corps de ballet une variation de Minkus tirée du « Grand Pas » de Paquita.

Après une scolarité assez difficile, qui lui permettra cependant d'être l'une des dernières élèves de Christiane Vlassy, elle est engagée dans la compagnie de l'Opéra de Paris en 2002.

Mathilde Froustey travaille pendant de nombreuses années avec Noëlla Pontois et Guillaume Charlot[3]. En 2003, elle passe coryphée avec une autre variation tirée de « Paquita ».

Promue sujet[modifier | modifier le code]

Mathilde Froustey est promue sujet à l'issue du concours interne de promotion 2005, dans lequel elle a dansé des extraits de Raymonda et de La Bayadère.

Sur scène[modifier | modifier le code]

Dès 2002, sa première année au sein de la compagnie, elle est repérée par Iouri Grigorovitch en personne, venu à Paris avec sa femme Natalia Bessmertnova pour y remonter son ballet « Ivan le Terrible ».

En 2002, alors que Mathilde Froustey n'a que 17 ans, elle est sélectionnée par le chorégraphe pour danser le rôle d'Anastasia dans sa production, présentée à l'Opéra Garnier lors de la saison 2003-2004. En 2005, elle est invitée par Iouri Grigorovitch à interpréter ce rôle au Théâtre Mariinsky à St Petersburg, aux côtés du Ballet du Kremlin.

L'année suivante, en 2004, elle remporte la médaille d'or du prestigieux Concours de Varna, dans la catégorie « Senior ». La même année, elle se voit remettre le Prix public de l'AROP.

En 2007, Mathilde Froustey recevra le prix « Ballet 2000 ».

À partir de 2006, elle fait partie du groupe « Troisième étage », fondé par Samuel Murez et regroupant des danseurs de l'Opéra de Paris, notamment Muriel Zusperreguy, Josua Hoffalt, Ludmila Pagliero ou encore Florian Magnenet.

Les rôles principaux[modifier | modifier le code]

Grande technicienne également appréciée pour ses qualités artistiques[4] et grand espoir de la compagnie[5], Mathilde Froustey est régulièrement invitée dans des galas et festivals internationaux et fait partie du groupe de danseurs « Manuel Legris and friends », en plus de ses distributions récurrentes dans les tournées de l'Opéra.

Elle est ainsi conviée à participer au « Gala des Étoiles du XXIee siècle » à New York en février 2006), à Moscou en septembre 2010), au même titre que des étoiles comme Dorothée Gilbert, Svetlana Lunkina, Natalia Ossipova, Diana Vishneva ou encore Alina Cojocaru.

En 2010, Mathilde Froustey est invitée à l'occasion du Youth American Grand Prix à New York, avec Mathias Heymann, pour danser des extraits de Giselle et « Donizetti » de Manuel Legris, à Messine pour danser Coppélia avec le ballet de Turin, puis au Théâtre Bolchoï de Moscou pour y interpréter un de ses rôles fétiches, Lise[6] dans La Fille mal gardée (avec Emmanuel Thibault) ; elle danse Coppélia, « Who care's ? » et La Mort du cygne avec le ballet de Naples à Pompéi durant l'été.

En 2011, elle danse le Pas de cinq de « Suite en blanc » au Théâtre Bolchoï, à l'occasion d'une tournée du ballet de l'Opéra de Paris. Mathilde Froustey participe également au gala d'Athènes rendant hommage à Maïa Plissetskaïa, aux côtés de plusieurs étoiles d'envergure internationale ainsi qu'au premier Gala international de ballet de Buenos Aires. Durant l'été, elle retrouve ses origines en dansant Don Quichotte avec six solistes de l'Opéra dans les arènes de Vieux-Boucau le 17 juillet 2011, commune qui l'a vu grandir et dont le maire n'est autre que son propre père, Pierre Froustey.

À la rentrée 2011/2012, elle est prévue dans les premières distributions de la Phèdre de Serge Lifar dans le rôle d'Aricie[7] et travaille sur la recréation de La Source par Jean-Guillaume Bart.

En janvier 2012, elle participe à la tournée « Love from Paris » à Tokyo, tournée qui réunit dix Étoiles et solistes de l'Opéra de Paris. Au mois de mars, elle est titularisée sur certaines représentations de La Bayadère à Paris, ce qui lui permet d'ajouter à son répertoire le rôle majeur de « Gamzatti »; sa prise de rôle se passera dans des conditions particulières, puisqu'elle doit remplacer en cours de représentation l'étoile Dorothée Gilbert, victime d'une blessure musculaire.

Malgré une blessure au pied en mai/juin, Mathilde Froustey terminera la saison 2011-2012 en beauté et avec brio en interprétant un de ses rôles fétiche : Lise dans « La Fille mal gardée » de Frederick Ashton à l'Opéra.

« Sa Lise est un véritable tourbillon de bonne humeur, doublé d'une technique affûté qui l'a fait s'envoler à chaque variation. »[8]

Et c'est ainsi, que Mathilde Froustey a la chance d'intégrer le ballet de l'Opéra de Vienne, depuis la saison 2011-2012 sous la direction de Manuel Legris[3].

Manuel Legris et Mathilde Froustey en parle après une représentation de La Fille mal gardée au Palais Garnier à Paris, que Manuel Legris regarde.

Manuel Legris offre à Mathilde Froustey un poste de danseuse étoile[9] et lui conseille de se donner son temps avec sa décision de quitter le ballet l'Opéra national de Paris.

En septembre 2012, Mathilde Froustey interprète la « Jumping girl » dans « Sérénade » de G. Balanchine et en décembre incarne avec panache Kitri dans Don Quichotte de Rudolf Noureev.

Malchance aux concours annuels[modifier | modifier le code]

Dans l'opinion publique, Mathilde Froustey passe depuis longtemps pour une danseuse étoile[10],[11], qui a interprété sur la scène du Palais Garnier des premiers rôles importants comme Kitri dans Don Quichotte, le rôle-titre dans Giselle, Clara dans Casse-Noisette ou Lise dans La Fille mal gardée avec grand succès.

Paradoxalement, elle rate tous les concours internes de promotion du ballet de l'Opéra national de Paris depuis 2006[10].

Par conséquent, Mathilde Froustey n'est pas promue ni première danseuse, ni étoile, conformément aux règles très strictes du ballet de l'Opéra national de Paris.

« Mathilde Froustey s'en est aussi très bien sortie, et était tout simplement irrésistible en Carmen, diablement sexy et avec du panache[10]. »

« On ne comprenait pas pourquoi nous étions bloquées »[12], Laura Hecquet qui est de la même promotion que Mathilde Froustey dit sur ce phénomène.[13].

Benjamin Millepied, nouveau directeur de danse de l'Opéra de Paris depuis novembre 2014, dit le 4 février 2015 dans une interview [14] qu'il va aborder ce problème:

« Ce concours de promotion n'existe nulle part ailleurs, et c'est difficile pour les danseurs, en plein milieu de saison. Il ne partira pas, ce concours, mais on va l'assouplir. »

Au fait, Laura Hecquet est nommée danseuse étoile par Benjamin Millepied le 23 mars 2015.

Danseuse étoile du San Francisco Ballet[modifier | modifier le code]

À la mi-juin 2013, Mathilde Froustey annonce avoir pris un congé sabbatique d'un an pour intégrer le San Francisco Ballet (SFB), en tant que « principal danser », l'équivalent de « danseuse étoile », pour la saison 2013/2014[11].

Plusieurs entretiens qu'elle réalise avant de quitter la France permettent de saisir précisément les motivations d'une décision plutôt rare au sein de la compagnie de l'Opéra National de Paris[3],[15].

Départ pour l'Amérique[modifier | modifier le code]

Mathilde Froustey quitte le ballet de l'Opéra national de Paris le 1er juillet 2013 juste déçue, sans frustration et sans rancune : « Promue première danseuse, je serais tout de même partie[3]. »

Elle considère le San Franciso Ballet comme beaucoup plus classique et français que l'American Ballet Theatre ou le New York City Ballet[11].

À l'occasion de la tournée du San Francisco Ballet à New York en octobre 2013, Mathilde Froustey danse le pas de trois de « Suite en blanc » de Serge Lifar, le deuxième mouvement dit Italien du ballet « From Foreign Lands » d'Alexei Ratmansky ainsi que le premier mouvement de « Trio » d'Helgi Tomasson qu'elle interprète avec, pour partenaire, Joan Boada.

La dernière semaine de la saison 2013-2014, Mathilde Froustey danse neuf spectacles, deux spectacles à chaque fois. Elle danse donc dix-huit ballets en une semaine[16].

En juillet 2014, elle est sur le programme des Étés de la Danse, qui a invité pour l'année 2014 le San Francisco Ballet.

En tournée au Japon avec le Ballet de l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

C'est la nouvelle plutôt ironique.

À la demande de Brigitte Lefèvre du 21 février 2014, à l'époque directrice du ballet de l'Opéra de Paris, téléphonant chez Helgi Tomasson, directeur artistique du San Francisco Ballet, si son étoile serait disponible, Mathilde Froustey va de nouveau danser en tant qu'étoile invitée avec le Ballet de l'Opéra de Paris[17].

Remplaçante la danseuse étoile Myriam Ould-Braham, qui devait danser Kitri s'est blessée[16], Mathilde Froustey participe au tournée du Ballet de l'Opéra national de Paris en Japon entre 13 et 23 mars 2014 et y interprète le rôle de Kitri dans Don Quichotte[18] aux côtés de Mathias Heymann.

Avant la représentation de Don Quichotte au Japon, il y a pour Mathilde Froustey seulement quinze jours de répétition dans le rôle de Kitri avec son partenaire préféré, Mathias Heymann[16].

Décision finale pour le San Francisco Ballet[modifier | modifier le code]

Le 4 septembre 2015, Mathilde Froustey annonce sur sa page Facebook et son compte Twitter qu'elle a décidé de poursuivre sa carrière au San Francisco Ballet en tant que Principal Dancer. Elle n'est plus sujet du ballet de l'Opéra de Paris.

Rôles principaux en tant que Principal Dancer[modifier | modifier le code]

Dans la Saison 2014-2015 Mathilde Froustey interprète au sein du San Francisco Ballet les rôles de Kitri dans Don Quichotte[19] et Juliette dans Roméo et Juliette et reprend Giselle[16]. En outre, elle est distribuée dans la Chostakovitch trilogie de Alexeï Ratmansky[20].

Style français en regard du style américain[modifier | modifier le code]

La qualité des danseurs français est la précision. Helgi Tomasson lui demande d'accorder moins d'importance aux détails, mais de danser plus grand, plus fort, plus large[16]. Mathilde Froustey tente de concilier les deux.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Concours de Varna (médaille d'or) avec Josua Hoffalt[21]
  • 2004 : Prix de l'AROP
  • 2007 : Prix Ballet 2000
  • 2013 : Prix Danza e Danza en Italie
  • 2015: Prix de Danse Isadora Duncan pour l'interpretation de Giselle with Tiit Helimets

Répertoire[modifier | modifier le code]

  • Onéguine : Olga
  • Le Lac des cygnes : un petit Cygne, Pas de trois, Soliste napolitaine
  • La Fille mal gardée : Lise
  • Ivan le Terrible : Anastasia
  • Don Quichotte : Kitri, une amie de Kitri, Cupidon
  • La Sylphide : Pas de deux des Écossais
  • Cendrillon : Soliste Printemps, les trois chinoises
  • Proust ou les intermittences du cœur : Gilberte, Pas de deux en blanc
  • Coppélia : Swanilda, une amie de Swanilda
  • Casse-noisette : Clara, un Flocon, la Pastorale
  • Raymonda : Henriette, Clémence, Soliste espagnole
  • La Dame aux camélias : Olympia, une courtisane
  • Paquita : Pas de trois
  • Suite en Blanc : Pas de trois (sfb), Pas de cinq
  • Giselle : Giselle, Pas de deux des Paysans, une Wili
  • La Belle au bois dormant : Fée canari, Chatte blanche
  • La Bayadère : Gamzatti, Danseuse Manou, soliste Djampo, Pas d'action, une Ombre
  • Le Concert : la Ballerine
  • Phèdre : Aricie
  • Sérénade : Soliste "Jumping girl"

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ballets

Documentaires

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mathilde Froustey a attendu le grade de « Principal Dancer », l'équivalent de « danseuse étoile » du ballet de l'Opéra national de Paris. La traduction « Première danseuse» pour « Principal Dancer » est incorrecte, parce que « Première danseuse» dénomme le deuxième échelon de la hiérarchie du ballet de l'Opéra national de Paris» tandis que « Principal Dancer » dénomme le premier échelon et « soloist » le deuxième échelon de la hiérarchie du San Francisco Ballet.
  2. San Francisco Ballet's Principal dansers) sur le site du San Francisco Ballet.
  3. a, b, c et d Mathilde Froustey : « Promue première danseuse, je serais tout de même partie », article d'Amélie Bertrand du 25 juin 2013.
  4. « La fraîcheur, la beauté de son interprétation de Giselle avait transporté Varna. La technique fluide de Mathilde Froustey nous a encore enchanté dans « Delibes-Suite » de José Martinez. Armée de ses seules beauté, innocence et sincérité ainsi que de son art et de sa fidélité en son partenaire Josua Hoffalt, Mathilde Froustey s’est jouée des difficultés techniques avec grâce, aisance et assurance stupéfiantes. Dès les déboulés on a ressenti la finesse extrême de sa technique et l’émotion déjà nous vint. Puis, vint aussi toute une série de pirouettes en dehors finies en développé en équilibre sur pointe, toutes avec la même exactitude, avec le même art. » Frédéric Texier, Paris-ballet.com.
  5. « Froustey, looking very young, very innocent, danced the dead and risen Giselle with life's pulse coursing through her limbs like a gentle refrain. Alighting or ascending, a hint of plastique suffused her shifting torso and these moments were sublime. For now, this Paris Opera danseuse executes it cleanly, as a sincere promise. » George Jackson, « Dancing Times », 20 février 2006.
  6. « Mathilde Froustey est une Lise idéale de jeunesse, d’esprit, de charme, de virtuosité. Sa vision du personnage et de la manière dont il faut faire passer sa chorégraphie pour qu’elle reste brillante et spirituelle est d’une absolue exactitude. Elle est en outre l’une des très intéressantes personnalités de cette jeune génération, comme nous l’avions déjà signalé en 2007 lors de sa prise de rôle. Elle a déjà dansé des rôles importants comme Anastasia dans Ivan le Terrible, Clara dans Casse-noisette et tout récemment Gilberte dans le Proust de Roland Petit. Elle n’est pourtant toujours que Sujet dans la hiérarchie, ce qui est l’une de ces anomalies que perpétue le concours annuel. » Gérard Mannoni, « Altamusica », 29 juin 2009.
  7. « Mathilde Froustey, fine et intelligente comme toujours, était Aricie. » Gérard Mannoni, « Altamusica », 27 janvier 2011.
  8. La Fille mal gardée : épisode 3, récit d'Amélie Bertrand de la représentation du 13 juillet 2012.
  9. Erste Solotänzerin.
  10. a, b et c Concours interne de promotion 2012 du Ballet de l’Opéra de Paris : résultats des danseuses, récit d'Aurélie Bertrand du 8 novembre 2012.
  11. a, b et c Mathilde Froustey nommée Principal Dancer au San Francisco Ballet, article d'Amélie Bertrand du 21 juin 2013.
  12. "Not even her artistic director, Brigitte Lefèvre, could tell her why the jury consistently didn’t vote for her. Some ventured that her style was too extroverted and virtuosic for Paris, where restraint and purity are valued above all." from Time to Shine, article par Laura Capelle, 28 mars 2014, magazine Pointe.
  13. Laura Hecquet : « Avoir des responsabilités est quelque chose qui me plait », article par Amélie Bertrand, 27 mars 2015, extract: « Quand je suis rentrée à l'École, j'ai tout de suite beaucoup apprécié cette danseuse. Avoir Mathilde Froustey dans votre classe vous tire vers le haut. ... Nous sommes rentrées ensemble dans la compagnie. Nous avons été poussées très vite toutes les deux, avant de nous retrouver bloquées dans la classe des Sujets. Je crois que nous l'avons vécu de la même manière, même si Mathilde a dansé un peu plus que moi des premiers rôles. On ne comprenait pas pourquoi nous étions bloquées. Sans forcément que l'on en parle, ce sentiment nous a unies et nous a donné énormément de force. ... Mathilde Froustey a continué, mais ça ne marchait pas mieux pour elle, ça ne décollait pas non plus. Elle a pris cette décision de partir. J'ai trouvé qu'elle avait eu beaucoup de courage d'aller tenter sa chance ailleurs. » (Laura Hecquet).
  14. Benjamin Millepied: un vent d'Amérique au ballet de l'Opéra de Paris Benjamin Millepied, nouvel directeur du ballet de l'Opéra de Paris, ajoute: « On n'est plus en 1830, il y a des choses qui datent de cette époque comme la hiérarchie, le concours de promotion, qui permet aux danseurs de monter en grade, les concours d'entrée. », article dans Le Parisien du 4 fevriér 2015.
  15. Mathilde Froustey, l'étoile américaine, article d'Ariane Bavelier dans le Figaro du 24 juin 2013.
  16. a, b, c, d et e Mathilde Froustey : « Je reste au San Francisco Ballet… au moins pour un an de plus », interview par Aurélie Bertrand du 30 juin 2014.
  17. Mathilde Froustey invitée par l’Opéra de Paris pour danser Don Quichotte au Japon, article d'Amélie Bertrand du 22 fevriér 2014.
  18. Nouvelle tournée du Ballet de l'Opéra au Japon Don Quichotte et La Dame aux camélias, annonce du 12 mars 2014 sur le site de l'Opéra de Paris.
  19. (en) San Francisco Ballet – Don Quixote – San Francisco, récit par Claudia Bauer du 22 mars 2015 de la première de Don Quichote avec Mathilde Froustey en Kitri aux côtés de Carlos Quenedit en Basilio.
  20. (en) S.F. Ballet review: Thrilling 'Shostakovich Trilogy', article d'Allan Ulrich du 3 avril 2014.
  21. Fiche de Mathilde Froustey sur le site du San Franisco Ballet.