Martin Bashir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un journaliste image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un journaliste britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Martin Bashir
Image illustrative de l'article Martin Bashir

Naissance (53 ans)
Wandsworth, Londres, England,
Royaume-Uni
Profession Journaliste
Années d'activité Depuis 1986

Martin Bashir, né le à Wandsworth, est un journaliste controversé d'origine Pakistanaise Ancien journaliste et présentateur de l'émission Nightline sur ABC, il est aujourd'hui journaliste pour NBC News et l'un des journalistes phare de la chaîne d'information en continu MSNBC .

Michael Jackson[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 2003, Bashir demande à être reçu par le chanteur Michael Jackson à Neverland, dans le cadre d'un documentaire pour ITV "LIVING WITH MICHAEL JACKSON". Au moment du tournage, il avait déclaré que des choses « étranges » se passaient à Neverland. Peu de temps après la diffusion du reportage controversé et confus à la télévision américaine, Gavin Arvizo prétendait avoir subi des attouchements. En réponse, Jackson et son cameraman personnel réalisent un documentaire, qui montre Bashir approuver le spirituel et la qualité de l'accueil au ranch. Bashir décrit également Jackson comme un père merveilleux et dit que la relation de Michael Jackson avec ses enfants « fait presque pleurer ».

Dieter Wiesner, directeur de la pop star de 1996 à 2003, a déclaré :

« Il l'a brisé. Il l'a tué. Il a fallu du temps pour mourir, mais il a commencé cette nuit-là. Auparavant, les drogues étaient une béquille, mais après qu'ils sont devenus une nécessité. »

Bashir a dit plus tard dans une déclaration publique :

« Quand j'ai fait le documentaire, il y avait un passage qui contenait une controverse au sujet de sa relation avec les jeunes. Mais la vérité est qu'il n'a jamais été reconnu coupable d'aucun crime, et je n'ai jamais vu aucun acte répréhensible moi-même. »