Martial Adolphe Thabard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martial Thabard
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ClamartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Martial Adolphe Thabard, né le à Limoges, et mort le à Clamart, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Achille de Harlay, statue sur la façade de l’hôtel de ville de Paris.

Martial Adolphe Thabard est issu d’une vieille famille d’artisans porcelainiers. C’est dans une fabrique de porcelaine où il débute en 1845 qu'il reçoit ses premières leçons de modelage.

Il entreprend d’abord des études de médecine et suit, avec assiduité, les cours d’anatomie. Il acquiert ainsi une grande maîtrise de la plastique du corps humain qu’il reproduit dans des figurines appréciées des diverses fabricants de porcelaine.

Entré à l’École des beaux-arts de Paris, il y est l’élève de Francisque Duret.

Son ambition le pousse vers des horizons lointains et il devient le modeleur et le ciseleur d'une maison d'orfèvrerie dans le Rhode Island aux États-Unis, puis à Birmingham. Revenu en France, il s’installe à Paris où il collabore avec les bronziers du Marais, tout en continuant à produire des statuettes pour Limoges.

Il débute au Salon en 1863 avec une Jeune fille portant un vase, et il y expose régulièrement jusqu’en 1901.

En 1864, il parcourt l’Italie et s’imprègne des maîtres italiens.

Il se consacre toute sa vie à la sculpture décorative et obtient de nombreuses commandes de l’État.

En 1872, il remporte une médaille de seconde classe, puis une médaille d’argent à l'Exposition universelle de Paris de 1889.

Martial Adolphe Thabard reçoit les insignes de chevalier de la Légion d’honneur le 13 juillet 1884.

Il est mort le à Clamart et est inhumé au cimetière de Saint-Mandé.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Le pont Marguerite à Budapest.
En France
En Hongrie

Sources[modifier | modifier le code]

  • Base Léonore des promus dans l’ordre de la Légion d’honneur (en ligne)
  • Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique..., T. 17, Suppl. 2 (en ligne)
  • Limoges illustré : édition du 15 juin 1906 (en ligne)
  • Exposition du Centenaire de la reconstruction de l’hôtel de ville de Paris, 1982[réf. insuffisante]

Références[modifier | modifier le code]

  1. patrimoine-de-france.com
  2. photo.rmn.fr
  3. a et b notice du musée d'Orsay.
  4. Notice no AR302658, base Arcade, ministère français de la Culture
  5. culture.gouv.fr
  6. Notice sur e-monumen.net
  7. vdujardin.over-blog.com
  8. Notice sur patrimoine.rhonealpes.fr
  9. patrimoine-religieux.fr
  10. Archives de l’Art français, vol. 13
  11. Notice no AR327419, base Arcade, ministère français de la Culture
  12. Né à Paris, en 1773, il entama une petite carrière diplomatique, en 1794, et fut nommé au Tribunat en 1801. Partisan de la proclamation de l'Empire, il entra au Conseil d’État (1808) et fut nommé chevalier (1808) puis baron (1809) de l'Empire. Préfet de Jemmapes (1810), intendant de la province de Valencia (Espagne), il fut encore préfet de la Meurthe (1812) et du Vaucluse (1813). Il poursuivit sa carrière au Conseil d’État sous la Restauration et la monarchie de Juillet. Il mourut à Paris, en 1847
  13. Notice no AR327417, base Arcade, ministère français de la Culture
  14. Notice du musée d'Orsay.
  15. Notice no AR004356, base Arcade, ministère français de la Culture
  16. [PDF] napoleonicsociety.com
  17. Notice du musée d'Orsay.
  18. Notice no AR303731, base Arcade, ministère français de la Culture
  19. Notice no AR323766, base Arcade, ministère français de la Culture
  20. http://archives.cantal.fr/ark:/16075/a011330944763Z15iBF/1/1
  21. flickr.com