Marc Fiorentino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Fiorentino
Description de cette image, également commentée ci-après
Marc Fiorentino au Salon du livre de Paris en mars 2009.
Naissance (61 ans)[1]
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

Marc Fiorentino, né à Paris le , est un spécialiste des marchés financiers, banquier d'affaires, et essayiste[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Issu d'une ancienne famille de courtiers et négociants italiens de confession juive installés en Tunisie[3], Marc Fiorentino naît à Paris dans le 15e arrondissement, il est le benjamin d'une fratrie de trois.

En arrivant en France, son père est contraint de devenir trieur de nuit à la Poste, métier qu'il exercera toute sa vie et que Marc Fiorentino exercera lui-même aux côtés de son père pour payer une partie de ses études (remarque qu'il adressera à Olivier Besancenot dans l'émission Salut les Terriens)[4].

Marc Fiorentino grandit dans une HLM de Vincennes[1],[5] et suit des études au lycée Hector Berlioz.

Formation académique[modifier | modifier le code]

Admis en prépa au lycée Louis-le-Grand à Paris, il intègre HEC Paris promotion 1982[5],[1].

Au sein de cette école il y est décrit comme « un étudiant cultivé et sérieux, assez sportif, qui ne faisait pas de grandes fêtes, mais qui lisait beaucoup… Sa vision est toujours très intéressante, car différente de la pensée des autres »[6].

Marc Fiorentino a exercé dans de nombreux domaines liés à l'économie (trading, investissement, entreprenariat, conseil en entreprise, conseil en gestion de patrimoine) aux côtés de ses activités d'analyste et essayiste.

Carrière[modifier | modifier le code]

Trader en salle de marchés[modifier | modifier le code]

De 1983 à 1986, Marc Fiorentino travaille dans la salle des marchés de la Bank of America Paris en tant que responsable des équipes de ventes sur le marché des changes[7]. De 1986 à 1990, il codirige le département produits dérivés chez Drexel Burnham Lambert[7]. En , il dirige une équipe de 25 personnes dans une des principales banques d’affaires américaine, PaineWebber[7] où il a la responsabilité mondiale des produits dérivés.

En 1994, il rejoint Sandy Weill et Jamie Dimon chez Salomon Smith Barney pour diriger la branche parisienne de la banque d’affaires et, au niveau mondial, les produits dérivés[7].

Entreprenariat et conseil en entreprise[modifier | modifier le code]

En , Marc Fiorentino devient entrepreneur en créant Euroland Finance une banque d’affaires spécialisée dans le conseil aux petites et moyennes entreprises cotées et non cotées dénommée EuroLand Corporate[7] notamment dans le cadre d'opération d'introduction en bourse.

Au début des années 2000 Marc Fiorentino créée un groupe d'investissement tourné vers l'hôtellerie, la restauration et la distribution qu'il revend quelques années plus tard[8].Parallèlement a l'automne 2005, il se risque à la reprise de la Télévision française juive (TFJ), qu'il fait entrer en bourse pour lever des fonds. L'expérience ne durera pas un an et la chaîne a mis définitivement la clé sous la porte[9].

De à 2012, Marc Fiorentino est administrateur d'Ubisoft[10].

En 2018, EuroLand Corporate accompagne les dirigeants plus de 40 sociétés dites small et mids caps.

Création et revente de MonFinancier[modifier | modifier le code]

En 2006, il crée un site de conseil financier, Allofinance.com[7], qui fusionne en 2011 avec le conseiller en gestion de patrimoine Monfinancier[11].

Le site propose des analyses macroéconomique et structurelles des secteurs qui ont une incidence sur les placement et l'épargne (marchés, taux, immobiliier, matières premières ...) ainsi qu'une gamme de contrats d'assurance vie labellisés et des SCPI, indique avoir « séduit plus de 12.000 clients qui lui ont confié 700 millions d'euros d'épargne à la fin avril 2019 ».[12]

Outre l'activité digitale, le site de conseil en investissements MonFinancier compte des agences à Paris, Rennes et Cannes et a également développé un réseau de 310 agences (en franchise).

En 2019, le groupe MeilleurTaux rachète la société MonFinancier pour devenir MeilleurPlacement. Marc Fiorentino continue d'animer la communauté avec une newsletter "Le Morning Zapping de Marc Fiorentino" envoyée chaque matin à 200 000 abonnés.

Animateur et analyste[modifier | modifier le code]

Marc Fiorentino anime une chronique économique tous les matins sur BFM Business[13] chaine au sein de laquelle il anime aussi C’est votre argent[14], une émission hebdomadaire patrimoniale.

En 2013, il était également chroniqueur sur Canal+ dans la Nouvelle Édition émission qu'il quitte après quelques saisons [15].

Il intervient également dans le débat économique en qualité de spécialiste des marchés tant dans la presse écrite (Challenge, Les Echos, L'Express) que dans de nombreuses émissions radiophoniques ou télévisuelles (c dans l'air ) où certaines de ses analyses sont prisées pour leur singularité et leur franchise.

Controverses judiciaires et intellectuelles[modifier | modifier le code]

En , il est condamné aux côtés d'Euroland par l'AMF pour avoir prétendument « agi contre l'intérêt d'un de ses clients », et «  exercé sans agrément une activité de placement », il est relaxé en appel puis définitivement relaxé en cassation malgré l'appel du parquet[16],[17].

En , il prévoit que la France sera attaquée par les marchés financiers à la suite de l'élection de François Hollande[18].

Dans son ouvrage publié en 2012 intitulé Les imposteurs de l'économie[19], pamphlet qui dénonce la mainmise de certains économistes sur l'idéologie actuelle Laurent Mauduit dénonce une liste de 78 économistes et hommes d'affaires dont Christine Lagarde Nicolas Baverez, Bernard Arnault, Jean Tirole ... évoquant une prétendue « martingale de Marc Fiorentino » dans un chapitre qui lui est consacré : « plus la presse l'invite: plus ses livres se vendent, plus Euroland Finance prospère, et... plus il gagne encore de l'argent »[20]

Des critiques de l'ouvrage tant sur le contenu que sur la méthode employée ont été éditées. Certains intéressés, nominativement impliqués ont répondu aux analyses de Laurent Mauduit[21].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marc Fiorentino est marié et a deux enfants : Samuel, né en 1991, et Laura, née en 1994.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Luc le Vaillant, Krach-bulle-hue, Libération, 6 janvier 2009
  2. Corinne Scemama, Marc Fiorentino, le camelot de la finance, L'Express, 10 février 2012
  3. « Marc Fiorentino, le camelot de la finance », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017).
  4. https://www.liberation.fr/futurs/2010/12/01/un-moyen-efficace-de-faire-sauter-le-systeme_697479/?outputType=amp
  5. a et b Erwan Guého, « J'ai explosé deux fois en vol », Nord Eclair, 31 mars 2009
  6. Marie de Greef-Madelin et Frédéric Paya, « Confessions d'un golden boy assagi », sur Valeurs actuelles (consulté le 10 novembre 2020).
  7. a b c d e et f Biographie de Marc Fiorentino, Easybourse, 23 novembre 2009
  8. « Les restos branchés, un placement à haut rendement », sur LExpansion.com, (consulté le 9 novembre 2020).
  9. [1]
  10. Ubisoft annonce la nomination d'un nouvel administrateur, Pockett, 18 juillet 2006
  11. Allofinance intègre Monfinancier, ABC Bourse, 5 juillet 2011
  12. « Le site Meilleurtaux va racheter la société de conseil MonFinancier », sur La Tribune (consulté le 9 novembre 2020).
  13. L'émission Good Morning Business, BFM
  14. L'émission C'est votre argent, BFM
  15. David Abiker, Marc Fiorentino… sur le Bloc Notes de David Abiker, Cardemploi, 26 novembre 2012
  16. Euroland Finance : 50 000 euros d'amende pour Marc Fiorentino, Boursier.com, 10 juin 2008
  17. Cour de cassation, criminelle, Chambre criminelle, 13 juin 2019, 17-82.470, Publié au bulletin, (lire en ligne).
  18. Marc Fiorentino : le 7 mai, la France sera attaquée !, latribune.fr, 6 février 2012
  19. Mauduit 2012.
  20. Mauduit 2012, p. 32.
  21. « Les économistes sont-ils des imposteurs ? », sur L'Obs (consulté le 21 juillet 2020).

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]