Marc Eichinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Eichinger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité

Marc Eichinger est un expert comptable, espion et lanceur d'alerte de nationalité française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Eichinger né en 1962 à Neuilly-sur-Seine. Il est fils de résistant et a grandi dans la culture protestante[1].

Il obtient un bac B à 16 ans. Il poursuit ses études et obtient un BTS DESCS mais n'est pas inscrit à l'ordre des experts comptables. Il réalise son service militaire dans les forces de gendarmerie mobile[2].

Il a des enfants élevés en Suisse. Il dit avoir été trésorier pendant 10 ans de l'Armée du salut et être amateur d'art martiaux[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, il est trader (opérateur de marché) et directeur de salle de marché. En 1986, il est cambiste à la BIAO, la « banque de la Françafrique », puis chef de la salle des marchés à Mitsubishi Bank et BBL à Paris. Il participe notamment à l'attaque de George Soros contre la banque d'Angleterre[3]. Après le 11 septembre 2001, il voyage dans divers théâtres d'opération militaires. Depuis 2004, il dirige sa société d’enquêtes et de sécurité, APIC (Assistance Petroleum International Capital)[1],[4].

En 2006, il enquête sur le détournement des fonds étrangers consacrés à la reconstruction de l’Irak, vivant dans une ancienne forteresse de Saddam Hussein[1]. Il se présente alors comme un investisseur français domicilié en Suisse : « Personne ne se méfie d’un Français qui se balade en demandant comment reconstruire et en attirant toutes les mafias du coin. Et quand vous dites que vous êtes basé à « Genève, Suisse », les voyous vous ouvrent leurs portes, car vous n’êtes pas une menace, et ils ne peuvent pas garder leur cash. »

En 2010, il affirme dans un rapport que l’achat par Areva de mines d'uranium est surfacturée et constitue une fraude[5],[6],[7],[8]. Anne Lauvergeon réplique en parlant d'« imposture » et de document « inintelligible, indigent et inepte ». A nouveau en 2014 et 2016, il pointe la défaillance de la gestion des mines d'UraMin (société) par Areva[9], notamment dans l'émission Pièces à conviction. Il affirme ainsi qu'Areva s'est « fait enfler de 1,8 milliard d’euros » lors de l'achat de mines sans valeurs. A la suite, entre autres, de ces révélations, Areva est démantelée en 2016[1],[4]. Par ailleurs, il semble avéré que les pertes d'Areva atteignent plusieurs milliards d'euros[10].

Toujours concernant Areva, il dénonce au FBI un possible pacte de corruption lors du rachat de la start-up américaine Ausra, impliquant notamment l'ancien vice-président américain Al Gore[11].

Il affirme avoir passé 7 ans au Niger, de 2013 à 2020, à travailler sur la sécurité d’une installation pétrolière. Il dénonce une corruption et un détournement de fond sur le budget français et nigérien de la défense[12].

Marc Eichinger intervient régulièrement dans les médias, notamment pour parler des affaires financières sur lesquelles il a enquêté[13],[14].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le système bancaire japonais, Economica, 1992
  • (préface de Jean-François Hénin) La machine spéculative : psychologie des marchés financiers, Economica, 1996
  • (avec Thierry Gadault) L'homme qui en savait beaucoup trop - Révélations d'un agent au coeur des secrets d'Etat, MASSOT EDITIONS, 2020[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sylvain Besson, « Marc Eichinger, tombeur d’Areva et chasseur de scandales », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 4 décembre 2020)
  2. « Révélations d'un agent secret qui en sait beaucoup trop | Marc Eichinger | Le Média », sur www.lemediatv.fr (consulté le 4 décembre 2020)
  3. « Marc Eichinger : « La spéculation est un mal nécessaire » », sur Les Echos, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. a et b BENOÎT SOURD, « Sciez : l’enquêteur Marc Eichinger raconte ses trois opérations en zone de guerre », Le Messager,‎ (lire en ligne)
  5. https://www.lalettrea.fr/C%5Cdc%5CLLA%5C1531%5CAPIC_%20Rapport_Areva_Uramin.pdf
  6. « Marc Eichinger : « Areva a fait l'objet d'une escroquerie » », sur leparisien.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  7. « Areva aurait peut-être été escroqué lors du rachat d'Uramin », sur LExpansion.com, (consulté le 4 décembre 2020)
  8. « Achat d'UraMin par Areva : pourquoi une enquête a-t-elle été ouverte ? », sur Franceinfo, (consulté le 4 décembre 2020)
  9. Sébastien Pommier, « Affaire Areva-Uramin: l'étau se resserre autour de Wouters et Lauvergeon », sur LExpress.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  10. Le JDD, « Uranium : la mauvaise mine d'Areva au Niger », sur lejdd.fr (consulté le 4 décembre 2020)
  11. Thierry Gadault, « Affaire Areva : la monstrueuse amende qui menace la France », sur Capital.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  12. La redaction de Mondafrique, « Niger, Marc Eichinger, mi barbouze, mi lanceur d'alerte », sur Mondafrique, (consulté le 4 décembre 2020)
  13. « La Grande Interview : Marc Eichinger », sur RT en Français (consulté le 4 décembre 2020)
  14. « Révélations d'un agent secret qui en sait beaucoup trop | Marc Eichinger | Le Média », sur www.lemediatv.fr (consulté le 4 décembre 2020)
  15. Marc Eichinger, L'homme qui en savait beaucoup trop - Révélations d'un agent au coeur des secrets d'Etat, MASSOT EDITIONS, (ISBN 978-2-38035-261-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]