Anne Lauvergeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anne Lauvergeon, née le à Dijon, est une dirigeante d'entreprises française[1].

Ancienne « sherpa » du président François Mitterrand, elle est nommée en 1999 à la tête de la Cogema, transformé après la fusion avec Framatome et les sociétés du groupe CEA industries en groupe nucléaire public, sous le nom d'Areva. Elle préside le directoire d'Areva de 2001 à 2011[2]. Elle termine sa présidence dans le climat post accident nucléaire de Fukushima et le fiasco du rachat de la mine canadienne UraMin. De 2001 à 2010, elle est également membre du Conseil Mondial des affaires pour le développement durable[3] et administratrice du Pacte Mondial des Nations Unies[4].

Anne Lauvergeon fonde ensuite ALP, structure de conseil et d'investissements dont elle est présidente depuis 2011[1]. Elle se consacre à l'innovation, notamment par sa présidence de la commission gouvernementale "Innovation 2030"[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et vie familiale[modifier | modifier le code]

Son père, Gérard Lauvergeon, fils de menuisier, est professeur agrégé d'histoire. Il enseigne en khâgne à Orléans[6]. Sa mère, Solange, est assistante sociale[7]. Aînée de trois enfants[6], Anne Lauvergeon passe son enfance et son adolescence à Orléans[6], où elle fait ses études secondaires au lycée Voltaire[8].

Divorcée de Jean-Éric Molinard, un ingénieur d'Elf Aquitaine qu'elle avait épousé en octobre 1986, elle se remarie en 2004 à Olivier Fric, consultant en énergie[9], qu'elle a connu dans sa jeunesse à Orléans. Ils ont une fille, née en 2000 et un fils, né en 2003[10]. Olivier Fric est présenté par les détracteurs de l'ex-patronne d'Areva comme un homme qui jouait un rôle de conseil officieux auprès d'Areva et de sa présidente dans l'affaire UraMin[11].

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après des classes préparatoires scientifiques au lycée Lakanal de Sceaux (ses deux frères feront également des classes préparatoires, Christophe intégrant l'École polytechnique, Antoine intégrant Centrale[6]), elle entre en 1978 à l’ENS Ulm-Sèvres. Elle est reçue à l’agrégation de sciences physiques à 21 ans[12] avant de rentrer au Corps des mines[7],[note 1].

En 1983, elle effectue son premier stage de formation dans la sidérurgie, comme ingénieur, puis comme chargée d'études économiques chez Usinor[7]. Son deuxième stage, en 1984, se déroule à l'Institut de protection et de sûreté nucléaire du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), où elle étudie les problèmes de sûreté chimique en Europe[13].

De 1985 à 1988, elle a la charge de l'Inspection générale des carrières (IGC)[14] à la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire) Île-de-France.

De 1988 à 1989, elle est adjointe du chef de service au Conseil général des mines (fusionné en janvier 2009 avec le Conseil général des technologies de l'information pour créer le Conseil général de l'industrie, de l'énergie et des technologies).

Sherpa du Président de la République François Mitterrand (1991-1995)[modifier | modifier le code]

En février 1990, elle est nommée chargée de mission pour l’économie internationale et le commerce extérieur à la Présidence de la République, auprès de François Mitterrand[7], pour remplacer Marc Boudier. En novembre 1990[2], elle en devient secrétaire général adjointe, Jean-Louis Bianco étant secrétaire général de la présidence, puis, en décembre 1990[2], « sherpa » du président, c’est-à-dire sa représentante personnelle, chargée de préparer les sommets internationaux comme ceux du G7 puis G8. Par la suite, elle est présentée comme proche du Parti socialiste[15],[16].

Le magazine Time la classe alors parmi les cent personnes les plus influentes dans le monde[7].

Chez Lazard Frères puis à Alcatel[modifier | modifier le code]

En 1995, Anne Lauvergeon devient associée-gérante de la banque franco-américaine Lazard Frères. Rapidement en conflit avec le gendre et dauphin du PDG, Édouard Stern, notamment parce qu'elle prend au conseil d'administration de Pechiney un siège qu'il convoitait[2], elle démissionne à peine deux ans plus tard[17].

Entre-temps, elle intégra la promotion 1996 des « Young Leaders » de la French-American Foundation[18].

En mars 1997, Serge Tchuruk recrute Anne Lauvergeon dans le Groupe Alcatel pour son carnet d'adresses[19]. Elle y est nommée directrice générale adjointe, avant d’entrer au Comité Exécutif du groupe en 1998. Elle supervise l'ensemble des activités internationales du Groupe et est en charge du secteur des Participations Industrielles du Groupe dans la défense, l'énergie, les transports et le nucléaire[13],[20]. Elle y restera aussi moins de deux ans, étant appelée à la tête de la Cogema.

Dans le nucléaire : Présidente du Directoire d'Areva[modifier | modifier le code]

En juin 1999, Dominique Strauss-Kahn étant ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie du gouvernement de Lionel Jospin, Anne Lauvergeon est nommée présidente-directrice générale du groupe Cogema, en succession de Jean Syrota.

Avec le slogan « Nous n'avons rien à vous cacher », Anne Lauvergeon instaure une culture de communication grand public dans une structure plus habituée au secret[17]. Dans le cadre de cette politique de transparence, elle fait installer des webcams dans l'usine de retraitement de la Hague, accessibles depuis un site internet créé en novembre 1999[21].

Deux visions concurrentes s'affrontaient quant à la stratégie future de Framatome : se concentrer sur sa nouvelle activité de connectique[22] ou cultiver son activité industrielle historique[2]. En 2001, l'État donne son aval à Anne Lauvergeon[2] qui proposait de construire un groupe nucléaire intégré, de l'exploitation au retraitement en passant par la fabrication de réacteurs, en rachetant à Alcatel ses participations dans Framatome[23]. Elle fonde en la nouvelle entité qu'elle baptise Areva. Les Échos avaient écrit que la construction de la nouvelle entité industrielle avait la rigueur et la simplicité des abbayes cisterciennes[2]. Gérard Lauvergeon, son père, suggère ainsi le nom de l'abbaye espagnole Arevalo[17], « Areva » par apocope. Elle en est nommée présidente du Directoire, entrant ainsi dans le cercle restreint des dirigeantes de groupes d’envergure internationale.

Surnommée « Atomic Anne[24] » par la presse américaine[25], elle entraîne son groupe dans un développement énergique hors de France. Areva devient numéro un mondial du nucléaire[26]. Pour mener à bien son expansion dans un secteur international très concurrentiel[27], elle s'appuie sur un réseau influent, constitué notamment de membres du corps des mines[23], de puissants appuis au Parti socialiste[28], de personnalités françaises et étrangères rencontrées lors de son passage à l'Élysée et au sein de laboratoire d'idées internationaux[29], mais aussi sur les syndicats, notamment la CFDT[23].

Elle reproche à l'État, actionnaire de référence, son manque de vision stratégique. Son indépendance passe difficilement parmi les autorités de tutelle, par exemple quand on[Qui ?] lui refuse en 2004 de surenchérir pour le rachat du fabricant d'éoliennes, le danois Bonus, devenu filiale de Siemens, puis pour l'allemand REpower Systems acquis par l'indien Suzlon Energy, ou quand l'introduction en bourse d'Areva est repoussée en 2005.

En 2006, Jacques Chirac reconduit Anne Lauvergeon, malgré l'avis du ministre de l'Economie et des Finances Thierry Breton[27]. L'année suivante, au lendemain de l'élection présidentielle française de 2007, elle refuse de Nicolas Sarkozy un poste de ministre, préférant rester chez Areva[2]. Cela expliquerait ses relations tendues avec le nouveau président de la République[27]. Celui-ci la nomme néanmoins à la Commission pour la libération de la croissance française, dite Commission Attali, en 2008, en qualité de personnalité qualifiée dans le domaine scientifique et industriel.

Elle résiste également au projet présidentiel de prise de contrôle de la partie « réacteurs » du numéro 1 du nucléaire par Bouygues et Alstom[27]. Henri Proglio, nommé à la tête du premier client d'Areva, EDF, s'oppose régulièrement à elle[30]. Anne Lauvergeon se voit d'ailleurs reprocher l'échec de la vente de quatre réacteurs nucléaires à Abou Dabi[31], imputable selon elle au manque de vision stratégique d'EDF[32]. Invoquant d'autres priorités, le PDG d'EDF Pierre Gadonneix refuse de s'associer à Areva pour cet appel d'offre[2]. Areva se tourne alors vers GDF Suez. Seulement, début 2009 l'exécutif décide de confier la construction du deuxième EPR français à EDF[33], un camouflet pour GDF Suez. Dès lors, les Emiratis demandent à ce qu'EDF rejoigne le consortium, ce qui fera perdre plusieurs mois au projet français[32] qui ne remportera finalement pas l'appel d'offre.

Elle doit en revanche accepter la cession d'Areva T&D[27] devant la dégradation des comptes du groupe, conséquence des retards de l'EPR finlandais construite en consortium avec TVO à partir de 2003, et des besoins de financement des investissements du groupe. Ces oppositions en série renforcent les rumeurs d'éviction du groupe nucléaire, qui alternent avec les spéculations d'une reconduction pour un troisième mandat[29].

Les axes stratégiques suivis par Anne Lauvergeon à la tête d’Areva[29] et son manque d'écoute sont critiqués par certains [27]. Parmi les reproches qui lui sont adressés se trouvent la gestion du départ de Siemens, l'un des actionnaires principaux d’Areva[34] et le positionnement haut de gamme de l'entreprise. En effet, Anne Lauvergeon se positionne contre un nucléaire « low cost, low safety »[2]. Les accidents de Three Mile Island, Osirak, Tchernobyl puis Fukushima la confortent dans cette volonté de rechercher la plus grande sécurité pour les réacteurs d'Areva[2]. Ainsi, les réacteurs de génération III cherchent à réduire la probabilité d'accidents grave avec fusion du cœur et à éviter tout impact sur les populations autour des sites en cas de catastrophe. Par ailleurs, les enceintes résistent à des tirs de missiles et à des crashs d'avions de ligne, y compris de gros porteurs[35].

Anne Lauvergeon développe la position de pure player du groupe Areva sur le marché du sans CO2. Elle défend un modèle alliant nucléaire et énergies renouvelables[2]. En 2010, les énergies renouvelables représentent 10% des prises de commandes d'Areva[36].

Le reproche principal est la faiblesse juridique du contrat signé en 2003 pour la réalisation clés en main du premier réacteur EPR, tête de série vendue à l'électricien finlandais TVO à un prix ferme et dont le surcoût (de l'ordre de 4 milliards d'euros dont une partie est liée aux six ans de retard sur le chantier d'Olkiluoto[37]) a dû être largement provisionné par AREVA. Le contrat en question est long de 11 000 pages.

En juin 2011, quelques mois après l'accident nucléaire de Fukushima, Nicolas Sarkozy ne la reconduit pas à la direction d'Areva, contre l'avis du président du conseil de surveillance Jean-Cyril Spinetta[30]. Cela arrive alors qu'Areva enregistre sa première perte opérationnelle (423 millions d'euros en 2010) et malgré la vente de quatre réacteurs EPR, dont plus aucun ne sera vendu par la suite[27]. Anne Lauvergeon a dirigé pendant dix ans ce groupe dont elle a fait le numéro un mondial du nucléaire[26].

Son ministre de tutelle Éric Besson lui déclare un « bon bilan » et voit en son remplaçant, Luc Oursel une continuité des options stratégiques[27]. De 2001 à 2010, le chiffre d'affaires du groupe passe de 6,8 à 9,1 milliards d'euros, soit un croissance de 30%. En 2010, 95% des électriciens nucléaires mondiaux sont clients d'Areva[38].

Luc Oursel et Philippe Knoche, successeurs d'Anne Lauvergeon affichent des pertes estimées à 10 milliards d'euros en cinq exercices entraînant des besoins en recapitalisation. Même si la présidente n'est plus aux commandes, l'OL3, les investissements catastrophiques dans les gisements d'UraMin ou dans les énergies renouvelables, commencés sous sa présidence, sont pour beaucoup dans ce déficit opérationnel. En 2017 les actionnaires se voient proposer par l’Etat un prix de rachat à 4,50 euros les titres émis à 32,50 euros au moment de son départ[39]. Le groupe Areva est démantelé en 2017[40].

En sus d'indemnités de fin de contrat et de non-concurrence, Anne Lauvergeon perçoit 319 045  pour couvrir ses dépenses du second semestre 2011 de « secrétaire, garde du corps et agent de sécurité »[41].

L'affaire UraMin[modifier | modifier le code]

Rachat d'UraMin[modifier | modifier le code]

Anne Lauvergeon a été soupçonnée en janvier 2012 d'avoir tiré profit du rachat de la start-up minière canadienne UraMin en 2007. Areva rachète à prix d'or (1,82 milliard d'euros) cette société, dont le prix en bourse quadruple entre la signature du calendrier de l'OPA et l'OPA elle-même[42]. Ce prix est alors justifié par Areva par le cours élevé de l'uranium[43]. UraMin n'a alors pas démarré ses activités d'extraction[44]. Toutefois, les mines se révèlent difficilement exploitables. Anne Lauvergeon aurait décidé l'achat malgré les avis contraires de ses collaborateurs. Cette acquisition se révèle être un désastre financier : suite à la crise financière de 2008 et à la catastrophe de Fukushima en 2011, la valeur réelle chute, selon les estimations, à un cinquième du prix d'achat[42].

Son mari Olivier Fric est suspecté de recel et blanchiment de délit d'initié pour avoir acheté à très bon compte une grande quantité d'actions de la start-up minière en 2007, juste avant qu'Areva ne l'achète[45].

En juillet 2017, Anne Lauvergeon est finalement innocentée et placée sous le statut de témoin assisté. Les juges considèrent qu'il n'existe pas à ce stade « d'indices graves ou concordants » justifiant sa mise en examen[46].

Elle est entendue en 2018, à titre de témoin assisté, dans une enquête sur des pots-de-vin et des rétro-commissions versés à des hommes politiques des pays d'Afrique où se situent les mines, notamment l'Afrique du Sud[47].

Comptes d'Areva[modifier | modifier le code]

Rapidement, en février 2012, un audit interne confirme « la sincérité et la régularité » des comptes 2009 et 2010[48] tout en pointant certains « dysfonctionnements ».

En 2014, dans un pré-rapport non public transmis aux Echos, la Cour des comptes critique la personnalité et les actions d'Anne Lauvergeon, l'évolution de sa rémunération, notamment une augmentation de salaire « fondée pour une large part sur des taux de réussite faussement précis »[49], l'échec de la centrale d'Olkiluoto et l'achat d'UraMin, ces deux seuls dossiers coûtant 5,5 milliards d'euros à l'État, à cause de mauvaises études de la part d'Areva et d'une « fuite en avant »[50]. Le rapport final n'a jamais été publié par la Cour des Comptes, contrairement à tous les usages[51]. Dans une conférence de presse faisant suite à cela, Jean-Cyril Spinetta, président du conseil de surveillance d'Areva et ancien PDG d'Air France-KLM, apporte sa caution morale à Anne Lauvergeon et réaffirme que l'acquisition d'UraMin « se justifiait stratégiquement »[52]. L'ancienne présidente précise que les comptes d'Areva ont été validés par plusieurs cabinets d'audit.

En 2016, le parquet met Anne Lauvergeon en examen pour présentation et publication de comptes inexacts et diffusion de fausses informations, les provisions pour constater la perte de valeur d'Uramin n'ayant été passées que très tardivement[53]. En juin 2019, elle est également mise en examen pour entrave aux missions des commissaires aux comptes, plusieurs membres d'Areva étant eux aussi mis en examen pour les mêmes motifs dont Sébastien de Montessus qui se présentait comme accusateur initial[54].

Innovation et conseils d'administration[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, Anne Lauvergeon dirige ALP, structure de conseil et d'investissement qu'elle a fondée[1]. D'une part, ALP conseille de grands groupes et des gouvernements. D'autre part, ALP investit dans des PME innovantes comme Sigfox, dont elle guide le développement[55].

En juillet 2011, sur proposition du baron Édouard de Rothschild, alors actionnaire du quotidien, elle est nommée présidente du conseil de surveillance du journal Libération[56]. Elle est également nommée en 2011 présidente du fonds « Agir pour l'insertion dans l'industrie »[6] créé par l'UIMM.

Alors que des rumeurs démenties la font intégrer un gouvernement socialiste en cas de victoire de François Hollande à l'élection présidentielle[57], les éditions Plon publient en avril 2012 son livre La Femme qui résiste où elle fait son propre récit de ses années chez Areva, de sa création et de son développement. À cette occasion, elle réitère ses critiques contre l'État actionnaire dirigé par Nicolas Sarkozy et les méthodes d'Henri Proglio à la tête d'EDF[58].

Elle est nommée en novembre 2012 par le gouvernement Ayrault membre du comité de pilotage du futur débat national sur la transition énergétique[59]. Elle participe également à une mission commandée par le gouvernement français sur la création d'une communauté européenne de l'énergie[60]. Elle est également nommée en novembre 2012 présidente du fonds de dotation du futur mémorial de Rivesaltes en hommage aux populations ayant séjourné dans le camp Joffre[61].

Depuis mars 2013, elle est membre du conseil d'administration d'EADS[62]. Certains avançaient que l'ancienne PDG d'Areva pourrait par la suite obtenir la présidence d'EADS, mais il n'en sera rien[63].

En avril 2013, elle est nommée, par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, présidente de la Commission Innovation 2030[64], une « commission sur l'innovation[65] », composée de scientifiques, d'économistes et d'entrepreneurs, chargée de « préparer » le pays, « sur les plans technologique et industriel, aux nouveaux besoins qui naîtront dans les vingt prochaines années ». Elle devient également la même année coprésidente de l'Institut du Bosphore, en tandem avec Kemal Derviş.

En février 2014, elle démissionne du conseil de surveillance du quotidien Libération[66].

Le , l'entreprise minière Rio Tinto annonce son entrée au sein de son conseil d'administration. Elle occupe, à partir du , le poste d'administrateur non-exécutif[67].

Fin avril 2014, elle est nommée présidente du conseil d'administration de Sigfox, startup fondée en 2009 et opérateur de réseau cellulaire voué à l'Internet des objets[68],[69].

En août 2015, elle entre au conseil d'administration de la start-up minière Alliance minière responsable, fondée par Romain Girbal et Thibault Launay, et qui exploite un gisement de bauxite en République de Guinée[70],[71].

En 2018, elle est nommée co-chairman du Comité de l'Innovation du MEDEF[72].

En 2020, elle fait partie de la commission Spéciale Relance du MEDEF chargée de préparer la reprise post-Covid-19.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Elle est également présidente du conseil d'administration de l'École nationale supérieure des mines de Nancy. En 2014, elle est nommée membre du Conseil stratégique de la recherche[75].

Anne Lauvergeon a participé à une conférence de la Nouvelle Action royaliste[76] dont le directeur général, Bertrand Renouvin, est un ancien soutien de François Mitterand.

Influence[modifier | modifier le code]

Bien que ces classements soient très contestés, notamment par Anne Lauvergeon elle-même[77], le Fortune 500 de 2006, édité par le magazine américain Fortune, la classe no 2 des femmes d'affaires les plus puissantes au monde (États-Unis exceptés) derrière Patricia Russo, future présidente d'Alcatel-Lucent. En 2006, elle reste la femme dirigeant le plus d’employés au monde. Elle entre en 2004 dans le classement des femmes les plus puissantes du monde du magazine Forbes, et est classée au 24e rang en 2010. Elle ne figure plus dans les classements ultérieurs :

Évolution au classement Forbes des femmes les plus puissantes du monde
Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Rang 53 en augmentation 11 en augmentation 8 en diminution 14 en augmentation 9 en stagnation 9 en diminution 24 en diminution > 100

Mandats sociaux[modifier | modifier le code]

Anciens mandats

Mandats actuels

  • Présidente d'ALP depuis 2011[1]
  • Présidente du Conseil d'Administration de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Nancy depuis 2004[94]
  • Membre du Board et Actionnaire du Women's Forum for the Economy and Society depuis 2005[95]
  • Membre du Comité de parrainage et du Conseil d'Orientation du Collège des Bernardins depuis 2007[96]
  • Adviser de Tikehau depuis janvier 2013
  • Administratrice et membre du Comité d'Audit depuis 2013, membre du Risk Committee et de l'Audit and Compliance Committee depuis septembre 2019, chezAmerican Express[97]
  • Présidente du Fonds de dotation du mémorial de Rivesaltes depuis 2014[98]
  • Présidente du conseil d'administration et du Comité des Nominations et Rémunérations de Sigfox depuis avril 2014[99]
  • Administratrice de Suez depuis 2014[20], Présidente du Comité RSE, Innovation, Ethique, Eau et planète durable ainsi que membre du Comité d'Audit et des Comptes de Suez depuis mai 2019[100]
  • Administratrice d'Avril depuis décembre 2014[101]
  • Représentante d'ALP au conseil de l'Alliance Minière Responsable depuis juillet 2015[102]
  • Administratrice de Koç Holding depuis avril 2016[103]
  • Administratrice de Workwell depuis 2016
  • Administratrice de Bloom depuis 2017[20]
  • Chairman d'IB2 depuis 2018[104]
  • Administratrice de Verelec depuis 2018
  • Co-Chairman de l'Innovation Committee du MEDEF depuis septembre 2018[72]

Siégeant à son premier conseil d'administration avant ses quarante ans[2], Anne Lauvergeon est jeune pour les mandats qu'elle se voit confier[20]. De plus, elle siège dans un nombre important de conseils d'administration de groupes internationaux.

Rémunération[modifier | modifier le code]

Dès 2002, Les Échos dévoile un rapport de la Cour des comptes qui critique sa rémunération (305 000 euros de salaire fixe et 122 000 euros de part variable) lorsqu'elle prend la tête d'Areva, jugée supérieure à celle des dirigeants d’autres entreprises publiques, et son « parachute doré » de deux ans de salaires. Face à ces constats, elle dénonce une tentative de déstabilisation[23]. En 2010, sa rémunération est de 1 070 036 euros[105], soit le 79e plus haut salaire de patrons français, et une rémunération totale de 1,12 million d'euros selon L'Expansion[106].

À la suite de sa non-reconduction chez Areva, elle reçoit des indemnités de départ d'un montant de 1,5 million d'euros[107].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications personnelles[modifier | modifier le code]

Publications à son sujet[modifier | modifier le code]

  • Anne Lauvergeon, le pouvoir à tout prix, Jean-Louis Pérez, éditions du Seuil, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. À sa demande, elle est radiée du corps des mines (cadres), en juillet 2004. Source : Arrêté du 12 octobre 2004 portant radiation (corps des mines).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Malgré les affaires, Anne Lauvergeon reste au coeur de l'establishment », sur Challenges (consulté le 19 juin 2020)
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o Anne Lauvergeon, La Femme qui Résiste, Plon, , 240 p. (ISBN 978-2-259-21863-4)
  3. a et b Anne LAUVERGEON et Michel-Hubert JAMARD, La troisième révolution énergétique, Place des éditeurs, (ISBN 978-2-259-21367-7, lire en ligne)
  4. a et b « World’s Business Leaders, in New York Declaration, Vow to Strengthen Efforts to Build Sustainable, Inclusive Economy, as Global Compact Summit Concludes | Meetings Coverage and Press Releases », sur www.un.org (consulté le 1er juillet 2020)
  5. « Anne Lauvergeon présidera la commission «Innovation 2030» », sur www.economie.gouv.fr (consulté le 17 juillet 2020)
  6. a b c d et e Annie Kahn, « Solange la discrète - Cherchez la mère... », M, le magazine du Monde,‎ , p. 24-27
  7. a b c d et e Véronique Brocard, « Anne Lauvergeon. La femme du bureau d'à côté », Libération, 7 février 1995
  8. C. Bidault, « Gérard Lauvergeon, l'Orléanais qui a "inventé" Areva », La République du Centre, 27 février 2008, p. 3
  9. Bruna Basini, Quand Olivier Fric travaillait avec Areva, JDD, 25 décembre 2011
  10. Hervé Gattegno et Philippe Vasset, « Un mari gênant », Vanity Fair n° 26, août 2015, pages 116-121 et 156-157.
  11. Olivier Fric, l'époux d'Anne Lauvergeon, au cœur de possibles conflits d'intérêts par Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans Le Monde du 16 mai 2014.
  12. « L'atomique Anne Lauvergeon, celle qui a pulvérisé le plafond de verre », sur TV5MONDE, (consulté le 30 juin 2020)
  13. a et b Anne Lauvergeon dans Les Échos du 10 novembre 1998.
  14. Les débuts d'Anne Lauvergeon à l'IGC, Lazar Kunstmann, La Culture en clandestins. L'UX, Paris, Hazan, , 198 p. (ISBN 978-2-7541-0341-1, notice BnF no FRBNF42033766), p. 153
  15. Lauvergeon à la présidence d'EADS ?, lepoint.fr, 27 janvier 2013
  16. Anne Lauvergeon entre au conseil d'administration d'American Express, lemonde.fr, 22 février 2013
  17. a b et c Charles-Emmanuel Haquet, « Anne Lauvergeon, l'électron libre », L'Expansion, 1er janvier 2008
  18. (en) « Past Classes », sur French American Foundation,
  19. « Anne Lauvergeon, l'électron libre », sur LExpansion.com, (consulté le 1er juillet 2020)
  20. a b c d e f et g Suez, « Anne Lauvergeon - Biographie », sur suez.com
  21. Nicolas Antheaume, « La diffusion volontaire d'informations environnementales : le cas de la Cogema »,
  22. « La connectique, deuxième métier de Framatome », sur Les Echos, (consulté le 3 juillet 2020)
  23. a b c et d Marie-Caroline Lopez, « Les secrets de la longévité d'Anne Lauvergeon », La Tribune.fr, 12 février 2011
  24. Surnommé "Atomic anne", La Dépêche du Midi le 18 juin 2011
  25. (en-US) Roger Cohen, « Opinion | America Needs France’s Atomic Anne », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  26. a et b « Les cinq défis d'Areva », sur Les Echos, (consulté le 3 juillet 2020)
  27. a b c d e f g et h Jean-Michel Bezat, « Anne Lauvergeon, l'insoumise », Le Monde, 19 juin 2011
  28. Nicolas Stiel, Areva : un scandale d'Etat qui couve depuis 20 ans, challenges.fr, 20 mars 2015
  29. a b et c « Anne Lauvergeon veut sauver sa place à la tête d'Areva », Reuters.com, 8 février 2011
  30. a et b Jean-Michel Beza, « Areva : l'Élysée pousse Anne Lauvergeon dehors », Le Monde, 17 juin 2011
  31. Julie de la Brosse, EPR français, les raisons de l'échec d'Abou Dhabi, L'Expansion, 28 décembre 2009
  32. a et b « Nucléaire : "La Corée était prête à tout à Abou Dhabi" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  33. « Nicolas Sarkozy veut faire des EPR la vitrine du savoir-faire nucléaire français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  34. Alexandra Schwartzbrod et Grégoire Biseau, Lauvergeon sous pression, Libération, 29 janvier 2009
  35. « Rapport sur la durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs », sur http://www.assemblee-nationale.fr/
  36. « Areva - Document de référence 2010 »
  37. EPR finlandais : Areva à vau-l’eau, Libération, 20 novembre 2009
  38. Ludovic Dupin, « Anne Lauvergeon s'appuie sur son bilan chez Areva pour séduire », sur usinenouvelle.com
  39. « L’Etat solde l’héritage Lauvergeon chez Areva », sur lopinion.fr,
  40. « 2017, l’année du démantèlement d’Areva », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  41. Document de référence Areva 2011 (lire en ligne), p. 177.
  42. a et b « Soupçons d'escroquerie lors du rachat d'Uramin par Areva », lemonde.fr, 13 janvier 2012
  43. « L'achat controversé d'UraMin par Areva tourne au scandale financier », sur France 24, (consulté le 7 juillet 2020)
  44. Alain Deneault et William Sacher, « L’industrie minière reine du Canada : la Bourse de Toronto séduit les sociétés de prospection et d’extraction », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  45. Scandale Areva-Uramin : le rôle obscur du mari d'Anne Lauvergeon, capital.fr
  46. « Rachat d'Uramin: Anne Lauvergeon placée sous le statut de témoin assisté », sur FranceSoir, (consulté le 9 juillet 2020)
  47. Le Point magazine, « Affaire Uramin: les juges sur la piste des intermédiaires d'Areva en Afrique », sur Le Point, (consulté le 24 juillet 2020)
  48. (« Uramin: Lauvergeon disculpée par Areva », L'Expansion.com, 15 février 2012.
  49. Areva: la Cour des comptes accable la gestion Lauvergeon, lemonde.fr, 13 mai 2014
  50. Areva : le procès des années Lauvergeon, lesechos.fr, 12 mai 2014
  51. « Affaire Areva : un rapport de la Cour des comptes aussi mystérieux qu'invisible », sur leparisien.fr, (consulté le 17 juillet 2020)
  52. « Areva : Jean-Cyril Spinetta prend la défense d'Anne Lauvergeon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020)
  53. « Affaire UraMin : Anne Lauvergeon mise en examen », lemonde.fr, 13 mai 2016.
  54. « Rachat d'Uramin par Areva: nouvelles mises en examen de dirigeants, dont Anne Lauvergeon », sur leparisien.fr,
  55. « Sigfox change de dimension avec Anne Lauvergeon », sur Les Echos, (consulté le 15 juillet 2020)
  56. Nicolas Demorand, « À nos lecteurs », Libération, 13 juillet 2011.
  57. L'Expansion.com avec AFP, « Violent retour de bâton pour Anne Lauvergeon », sur lexpansion.com, (consulté le 13 avril 2012).
  58. Thierry Lévêque et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse, « Passe d'armes entre Nicolas Sarkozy et Anne Lauvergeon », sur news.yahoo.com, (consulté le 13 avril 2012).
  59. Lauvergeon pilotera le débat sur l'énergie, Le Figaro, le 10 novembre 2012, consulté le 19 novembre 2012
  60. Lauvergeon décroche une mission du gouvernement sur l'Europe de l'énergie, La Tribune, le 9 novembre 2012, consulté le 19 novembre 2012
  61. Anne Lauvergeon présidente du fonds de dotation du mémorial de Rivesaltes, L'Indépendant, le 15 novembre, consulté le 19 novembre
  62. « Conseil d'administration / membres :Anne Lauvergeon », sur airbus-group.com
  63. Anne Lauvergeon en piste pour la présidence d'EADS, Challenges.fr, le 28 janvier 2013, page consultée le 28 janvier 2013
  64. « Accueil », sur Direction Générale des Entreprises (DGE) (consulté le 22 juin 2020)
  65. a et b Anne Lauvergeon à la tête d'une commission sur l'innovation dans Le Monde du 8 avril 2013.
  66. Le Figaro.fr avec AFP, « Libération : Lauvergeon démissionne, Nicolas révoqué », sur lefigaro.fr, (consulté le 19 février 2014).
  67. Anne Lauvergeon entre au conseil d'administration de Rio Tinto, Challenges, 5 mars 2014
  68. Communiqué de presse de SIGFOX du 29 avril 2014.
  69. Sigfox connecte les objets de la planète, La Dépêche, 7 juillet 2014
  70. « La start-up minière qui fait chavirer le Tout-Paris », sur Les Echos, (consulté le 8 août 2019)
  71. « AMR, la start-up financée par Niel et Lauvergeon accélère en Afrique », sur Challenges (consulté le 8 août 2019)
  72. a et b « Medef : Une nouvelle organisation resserrée et paritaire », sur www.medef.com (consulté le 2 juillet 2020)
  73. « Annuaire de l'Académie Royale de Belgique »
  74. (en) « Rector of Imperial College addresses record number of students | Imperial News | Imperial College London », sur Imperial News (consulté le 25 juin 2020)
  75. Décret du 3 février 2014 portant nomination au Conseil stratégique de la recherche
  76. [1]
  77. Anne Lauvergeon : L'Art de dire non, documentaire de Mohamed Ulad. France Télévision, 2012.
  78. Anne Lauvergeon va quitter GDF Suez, Le Figaro, 5 mars 2012.
  79. Rapport de développement durable 2010 Gdf Suez
  80. « Lauvergeon quitte le conseil de surveillance de Safran », sur Challenges (consulté le 1er juillet 2020)
  81. « RFI - L'UIMM fait peau neuve », sur www1.rfi.fr (consulté le 1er juillet 2020)
  82. « Anne Lauvergeon devient administrateur de Vodafone », sur LExpansion.com, (consulté le 1er juillet 2020)
  83. « Anne Lauvergeon et Michel Pébereau entrent au conseil exécutif du Medef », sur Les Echos, (consulté le 1er juillet 2020)
  84. « La commission Attali réfléchit en toute liberté - REFORMES », sur Challenges (consulté le 1er juillet 2020)
  85. « Anne Lauvergeon en visite dans le Gard rhôdanien », sur La Tribune (consulté le 1er juillet 2020)
  86. Aude Zieseniss de Thuin, Osons la France: Et si le meilleur était devant nous ?, Eyrolles, (ISBN 978-2-212-55588-2, lire en ligne)
  87. « American Express Company Elects Anne Lauvergeon to Board of Directors | American Express », sur about.americanexpress.com (consulté le 1er juillet 2020)
  88. republicoftogo.com, « Une femme de bon conseil », sur République Togolaise (consulté le 1er juillet 2020)
  89. « Libération : Anne Lauvergeon, présidente du conseil de surveillance », sur www.terrafemina.com (consulté le 1er juillet 2020)
  90. « Anne Lauvergeon claque la porte de Libération », Le Figaro,‎
  91. « Conseil d'Administration de la FCS | PSL », sur www.psl.eu (consulté le 1er juillet 2020)
  92. « Anne Lauvergeon rejoint la lutte contre le sida », sur https://www.lequotidiendumedecin.fr/,
  93. « Conseil stratégique de la recherche », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le 2 juillet 2020)
  94. « AG Mines Nancy », sur mines-nancy.org
  95. Françoise Lazare, « Le Women's Forum 2007 », Le Monde,‎
  96. « Comité de parrainage de la Fondation des Bernardins », sur Collège des Bernardins (consulté le 2 juillet 2020)
  97. « American Express accueille Anne Lauvergeon », sur Les Echos, (consulté le 25 juin 2020)
  98. « Anne Lauvergeon présidente du fonds de dotation du mémorial de Rivesaltes », sur lindependant.fr (consulté le 2 juillet 2020)
  99. « Sigfox change de dimension avec Anne Lauvergeon », sur Les Echos, (consulté le 2 juillet 2020)
  100. « Conseil d’Administration et Comités - SUEZ Groupe », sur www.suez.com (consulté le 2 juillet 2020)
  101. Que reprochent ses détracteurs à Xavier Beulin, patron de la FNSEA ?, Le Monde.fr, 28 juillet 2015
  102. « AMR, la start-up financée par Niel et Lauvergeon accélère en Afrique », sur Challenges (consulté le 2 juillet 2020)
  103. « Board of Directors », sur www.koc.com.tr (consulté le 2 juillet 2020)
  104. (en-US) Céline Petit, « Our People », sur iB2 - Solution for Low grade Bauxite (consulté le 30 juin 2020)
  105. 85e, Anne Lauvergeon, Areva : 1,1 million € en 2010, Journal du Net
  106. Les plus gros salaires de l'État actionnaire, L'Expansion.com, 14 octobre 2010
  107. « Anne Lauvergeon recevra finalement 1,5 million d'euros », Le Monde, 3 avril 2012

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]