Marc Chervel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marc Chervel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
OiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marc Eugène Lucien Chervel[1]
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Conflit

Marc Chervel, né le à Lille (Nord) et mort le [2] à Beaumont-les-Nonains (Oise), est un économiste du développement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un professeur de mathématiques, Marc Chervel passe son enfance à Aix-en-Provence. Il est en classe préparatoire au lycée Thiers de Marseille et intègre l’École polytechnique[2],[1] en 1952.

Volontaire pour s'inscrire dans une SAS (section administrative spécialisée) lors de la guerre d'Algérie, et nommé capitaine, il dénonce l'usage de la torture[3], avant d'être mis en cause par la Sécurité militaire et renvoyé après le putsch d'Alger du [4].

En 1960, il est à l’origine de l’équipe qui travaille pour le ministère de la Coopération sur l’évaluation de projets et l’élaboration des programmations nationales de développement (méthode des effets). Cette méthode propose une approche de calcul économique et de programmation de développement alternative à celle de la Banque mondiale.

Chervel a travaillé plus de trente ans sur l’économie du développement : planification nationale et des études de projets en pays en développement.

Il a aussi dispensé de nombreux enseignements sur les méthodes d’évaluation de projets dans les universités et les grandes écoles en France et dans plus de trente-cinq pays étrangers. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur ces problématiques et notamment sur la méthode des effets.

Il est le frère du linguiste et historien de l'enseignement André Chervel.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • De la résistance aux guerres coloniales : des officiers républicains témoignent, en collaboration avec Georges Alziari, Jean Brugié, Michel Herr, Léon Horard, René Paquet, L'Harmattan, collection Mémoires du XXe siècle, 2001. Lire préface
  • Mondialisation des marchandises et marchandisation du monde. Matériau de pensée économique pour le nouveau siècle, préface collective rédigée par Michel Le Gall, Michel Levante, Jean-Hubert Moulignat, Gustavo Saldarriaga. Introduction de Guirec Delanoë et Pierre Salama, Paris, Publisud, collection : Le développement dans les faits, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau (consulté le 21 février 2016), sélectionner l’onglet « Catalogues » puis cliquer sur « Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Marc Chervel », résultat obtenu : « Chervel, Marc Eugène Lucien (X 1952) ».
  2. a et b De la promotion X1952, cf. « Fiche de Marc Chervel », sur le site de l’association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l’AX), Paris (consulté le 21 février 2016) ; y est notamment indiqué le grade de Marc Chervel dans la fonction publique : « commissaire de l’air ».
  3. Jean-Charles Jauffret (professeur à l'IEP d'Aix-en-Provence), « Entendre et enseigner l’expérience du combattant français de la guerre d’Algérie », in Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain - actes de la DESCO Université d'été octobre 2001, p. 21-33.
  4. Voir nécrologie de Florence Beaugé : « Marc Chervel, Un combat permanent pour la justice » dans le numéro du Monde daté du , qui fournit des précisions sur son combat pour faire reconnaître la vérité sur cette sanction sans fondement. « Ce qui lui vaut cette sanction ? Ses supérieurs ne le lui diront jamais en face. Chervel apprendra seulement, par la bande, qu'on le soupçonne d'entretenir des contacts avec le FLN et de militer au sein d'un parti « antinational », autrement dit le Parti communiste. S'estimant atteint dans son honneur d'officier, ce républicain convaincu demande la constitution d'un jury d'honneur. En vain. Il démissionne de l'armée en , mais, de cet épisode, il gardera une blessure à vie. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cabanel, « Marc Chervel », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 677-678 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]