Manina, la fille sans voiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Manina la fille sans voiles)
Aller à : navigation, rechercher
Manina... la fille sans voile
Titre original Manina... la fille sans voile
Réalisation Willy Rozier
Scénario Xavier Vallier
Willy Rozier
Acteurs principaux
Sociétés de production Sport-Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Aventures
Mélodrame
Durée 87 min
Sortie 1953

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Manina... la fille sans voile (affiche "Manina la fille sans voiles") est un film français réalisé par Willy Rozier, avec Brigitte Bardot et Jean-François Calvé, sorti en 1953.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Gérard Morère, un étudiant parisien de 25 ans, apprend, lors d'une conférence d'archéologie, que l'épave d'un navire phénicien, coulé au large des côtes corses, contiendrait un trésor, perdu par Trolius après la Guerre du Péloponnèse. Il pense en connaître l'emplacement, grâce à la découverte qu'il a faite d'un fragment d'amphore[1], cinq ans auparavant, lors d'une plongée sous-marine, près de l'île de Lavezzi. Il convainc des amis et un aubergiste d'investir dans la réalisation de son rêve de repêcher le trésor. Il se rend à Tanger, où il s'associe avec Éric, un aventurier qui fait la contrebande de cigarettes et qu'il persuade de l'emmener sur l'île. Là, il rencontre Manina, la fille du gardien de phare, âgée de 18 ans, belle et pure, qui se prélasse sur les rochers. Éric pense que Gérard l'a mené en bateau, mais la croyance de ce dernier en l'existence du trésor le pousse à prendre patience.

Le film alterne plongées le jour et scènes romantiques la nuit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Pays d'origine : Drapeau de la France France
  • Langue : Français
  • Tournage : Cannes, Nice, Golfe Juan, Bonifacio, Tanger, Paris, du 30 juin au 31 août 1952
  • Les prises de vues sous-marines ont été effectuées en Méditerranée par le metteur en scène et le chef opérateur (Michel Rocca)
  • Société de production : Sport-Films (France)
  • Distribution : Cocinor
  • Format : Noir et blanc1.33:1Son monophonique35 mm
  • Tirage : laboratoire G.T.C Nice
  • Enregistrement Western Electric - Westrex 535 magnétic - Société Recording
  • Organisation : Constantin Evangelou
  • Genre : Aventures
  • Durée : 87 minutes (Allemagne : 85 minutes, États-Unis : 76 minutes)
  • Date de sortie : 27/03/1953 en Drapeau de la France France
  • Visa d'exploitation : 12989

Acteurs[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Manina, la fille sans voiles a lieu à Cannes, Nice et Paris, durant l'été 1952. Le père de Brigitte Bardot avait signé, au nom de sa fille mineure, un contrat spécifiant que le film ne devait pas montrer d'images indécentes. Lorsqu'au cours du tournage, une série de photographies « hautement suggestives » de sa fille est publiée, il accuse la compagnie productrice de ne pas avoir respecté le contrat et demande que la pellicule ne puisse être projetée sans l'autorisation d'un tribunal. Il perd ce procès[3].

Sortie[modifier | modifier le code]

Pays Titre Date de sortie
Drapeau de la France France Manina, la fille sans voiles 27 mars 1953
Drapeau des États-Unis États-Unis Manina, the Girl in the Bikini 24 octobre 1958
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni The Lighthouse-Keeper's Daughter 1959[4]
Drapeau de l'Italie Italie Manina ragazza senza veli[5]
Drapeau de la Finlande Finlande Manina - tyttö ilman huntua[4] 19 décembre 1958[4]
Drapeau de la Suède Suède Flicka i bikini[4] 10 décembre 1959[4]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Liebesnächte mit Manina[4]
Drapeau du Venezuela Venezuela La chica del bikini[4]
Drapeau de la Grèce Grèce Manina, o gymnos thisavros[4]
Drapeau du Japon Japon ビキニの裸女[6] 13 décembre 1959

Affiches[modifier | modifier le code]

Le film sort au Maroc en 1953. Il est annoncé, à Casablanca, par des affiches présentant une jeune fille nue, avec le nom de Brigitte Bardot en grosses lettres. Un prêtre local déchire alors ostensiblement ces affiches. À Paris, ce sont l'actrice et son père qui demandent au tribunal d'interdire leur affichage, en arguant que l'affiche promet plus que le film ne montre[3].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique de Manina, la fille sans voiles est composée par Jean Yatove. En 1952, un disque vinyle longue durée est publié, sous le titre « The girl in the bikini ». En 1995, ce disque a une valeur de plus de 1 100 euros auprès des collectionneurs[7]. Ce n'est qu'en 2006 que cette musique est éditée en disque compact, avec le même titre.

DVD[modifier | modifier le code]

Manina, la fille sans voiles est édité en DVD le 5 novembre 2001, au format PAL, en 1.33:1, par KVP[8].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Manina, la fille sans voile (1952) [1].
  2. Second film de Brigitte Bardot, alors âgée de 17 ans, c'est le premier dans lequel elle tient le rôle principal. C'est aussi celui où apparaît la relation entre Brigitte Bardot et la Mer Méditerranée, qui fera ultérieurement partie du mythe de l'actrice.
  3. a et b Raymond Boyer, Ghislain Dussart, Isabelle Salmon, Brigitte Bardot, préface de Brigitte Bardot, Paris, éd. Vade Retro, 1994 (ISBN 2-909828-07-7).
  4. a, b, c, d, e, f, g et h film 1952 - Manina la fille sans voiles - brigitte bardot [2].
  5. Dailymotion - Manina, la fille sans voile (1952) - une vidéo Cinéma [3].
  6. Allcinema
  7. Record Collector, Londres, no 188, avril 1995.
  8. Manina, la fille sans voiles: Amazon.fr: Brigitte Bardot, Espanita [4].

Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) A. De Baecque, La Nouvelle Vague: portrait d'une jeunesse, éd. Flammarion, 2009.
  • (en) E. Quinn, À côté d'Azur album, éd. Power House Books, 1994.
  • (en) J. Hammerton, « Interview with Ronald Grant », dans Journal of British Cinema and, 2005.
  • (en) Vanessa R. Schwartz, « Who Killed Brigitte Bardot?: Perspectives on the New Wave at Fifty », dans Cinema Journal, vol. 49, no 4, été 2010, p. 145 à 152 (ISSN 0009-7101).
  • (it) Milena Gabanelli, Alessandra Mattirolo, Brigitte Bardot, Rome, éd. Cremese, coll. « Le stelle filanti », 1983 (ISBN 88-7605-093-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]