Malais du Cap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malais du Cap
Description de cette image, également commentée ci-après
Chœur malais lors d'une cérémonie au District Six en 2001
Populations significatives par région
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 200 000
Autres
Langues afrikaans
Religions islam
Ethnies liées Malais

Les Malais du Cap sont un groupe ethnique sud-africain descendant d'esclaves amenés d'Indonésie en Afrique du Sud à partir de 1667, mais aussi de déportés politiques venus d'Indonésie et de Malaisie, comme Sheikh Abdurahman Matebe Shah, le dernier sultan de Malacca. Jusqu'au début du XIXe siècle, la colonie du Cap, comme l'Indonésie, étaient à cette date sous contrôle des Pays-Bas, plus exactement de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (ou VOC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Marchande de fleurs portant le voile.

Origines[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du XVIIe siècle, l'établissement forcé de populations originaires du sud-est asiatique – principalement d'Indonésie, de la région de Malacca, mais aussi en provenance de Madagascar et du sud-est de l'Afrique, avec lesquelles elles se sont mélangées –, dite des « Malais du Cap », est motivé par les besoins en main d'œuvre pour l'édification des infrastructures de la colonie du Cap fondée par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, comme étape vers leurs colonies des Indes orientales.

Sous l'Apartheid[modifier | modifier le code]

Sous le gouvernement de l'apartheid, les Malais du Cap étaient juridiquement considérés comme des métis (« coloured »), l'une des quatre subdivisions ethniques officielles de la population.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Maisons colorées typiques du quartier malais de Bo-Kaap au Cap.

La population actuelle est estimée à 166 000 au Cap et 10 000 à Johannesburg. Le quartier malais du Cap se situe à Signal Hill, et est appelé Bo-Kaap[1]. Avant la démolition du District Six[2], de nombreux Malais y habitaient. Ils furent alors forcés d'emménager dans un township métis.

Aujourd'hui, certains Malais du Cap tendent à se redéfinir comme musulmans[réf. nécessaire], et ne recourent plus à l'autodéfinition en tant que « Malais ». Cette évolution (minoritaire) est à la fois liée à la volonté de mettre en avant le fait religieux, et à la conscience du caractère artificiel du terme « malais » pour une population largement métissée et de langue afrikaan.

Culture[modifier | modifier le code]

Malgré l'esclavage, les Malais du Cap ont maintenu leur foi musulmane, ce qui est une exception dans l'histoire de l'esclavage. Outre l'islam, les Malais ont introduit certains éléments de leur culture en Afrique du Sud. Ainsi, ils parlent principalement l'afrikaans, avec un accent particulier, utilisant certaines expressions ou mots d'origine indonésienne. Leur influence est toujours perceptible de nos jours au sein de la société sud-africaine. Les plats malais comme le bredie, le bobotie, et les sosaties sont communs dans de nombreux foyers sud-africains.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Germain, « Les Malais du Cap existent-ils ? », in Archipel (Paris), 2002, no 63, pp. 173-210.
  • Auguste Haussmann, Souvenirs du Cap de Bonne-Espérance, Challamel aîné, 1866, 348 p. (nombreuses références aux Malais)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Hutchinson, Bo-Kaap: the colourful heart of Cape Town, South Africa David Philip, 2006 (ISBN 9780864866936).
  2. Mozama Mamodaly, Le « District six » du Cap : défi à la politique d'apartheid, symbole de la nouvelle Afrique du Sud ?, Université de la Réunion, 2004, 2 vol., 747 p. (thèse)