Maison de Montefeltro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montefeltro
Armes de la famille.
Armes de la famille : Montefeltro

Blasonnement bandé d'or et d'azur, au chef d'or chargé d'une aigle bicéphale de sable, becquée, membrée et couronnée d'or
Période XIe au XVIe siècle
Pays ou province d’origine Carpegna
Fiefs tenus Urbino puis le duché d'Urbino
Fonctions militaires Condottière

La famille de Montefeltro est une famille marchesane qui gouverna la cité d'Urbino puis le duché d'Urbino, un État qui comprenait la partie septentrionale de l'actuelle région des Marches.
Leur ascendance est celle des comtes de Carpegna. La famille a donné son nom à la région italienne éponyme du Montefeltro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le lignage apparait au XIe siècle, d'abord comme comte de Carpegna et de Pietrarubbia avec Oddantanio Ier, puis il prend le titre de comte de Montefeltro sous Antoine Ier (1150-v. 1184). Ce dernier domine les Marches en s'emparant de petits centres urbains comme Cagli et Gubbio[1].

Comtes d'Urbino[modifier | modifier le code]

Le premier Montefeltro à porter le titre de comte d'Urbino est Bonconte (1202-1242). Ses successeurs Montefeltrano II (1242-1248), Guido Ier (1258-1298) et Frédéric Ier (1305-1322) doivent résister aux nombreuses tentatives de la papauté de réinstaurer son pouvoir à Urbino. Grâce au départ de la papauté en Avignon, Nolfo Ier (1323-1364) parvient à asseoir sa seigneurie. Il obtient le titre de vicaire impérial en 1348, puis de vicaire pontifical en 1355 ce qui confirme sa légitimité. Une carrière de condottiere au service des Visconti et de Venise lui assure une certaine richesse. Son neveu, Antoine II (1364-1404) perd temporairement le contrôle de la ville au profit de la papauté de 1369 à 1376. Il la récupère, et à sa mort la seigneurie des Montefeltro sur Urbino et Gubbio semble désormais acquise[1].

Son fils qui lui succède, Guidantonio (1404-1443) doit aussi sa richesse à une carrière de condottiere au service du pape en tant que capitaine général des armées pontificales et comme grand connétable du royaume de Naples en 1411[1].

Duché d'Urbino[modifier | modifier le code]

Afin de sceller l'alliance entre la papauté et les Montefeltro[1], le pape Eugène IV, en 1443, nomma Oddantonio II de Montefeltro duc d'Urbino, cité qui devint la capitale de l'État et qui allait devenir l'un des centres majeurs de la Renaissance italienne. Fréderic, fils naturel de Guidantonio, s'empare du pouvoir en 1444 après l'assassinat de son demi-frère et après avoir concédé à la population révoltée une charte en vingt articles pacifiant les rapports entre le seigneur et sa ville[1].

Son déclin commença avec le transfert de la capitale à Pesaro en 1523.

Lignée dynastique[modifier | modifier le code]

carte de Montefeltro

Comte souverain de Carpegna et Pietrarubbia[modifier | modifier le code]

Comtes de Montefeltro[modifier | modifier le code]

Comtes d'Urbino[modifier | modifier le code]

Seigneurs d'Urbino[modifier | modifier le code]

Ducs d'Urbino[modifier | modifier le code]

de 1502 à 1506 le duché est envahi et occupé par César Borgia
En 1508, le duché devient possession de la famille Della Rovere.

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sophie Cassagnes-Brouquet, Bernard Doumerc, Les Condottières, Capitaines, princes et mécènes en Italie, XIIIe-XVIe siècle, Paris, Ellipses, , 551 p. (ISBN 978-2-7298-6345-6), Este de Ferrare et Gonzaga de Mantoue (page 179)
  2. Protagoniste du Chant XXVI de la Divine Comédie de Dante Alighieri

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]