Madieng Khary Dieng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Madieng Khary Dieng
Fonctions
Ministre de l'Intérieur

(2 ans et 1 mois)
Prédécesseur Famara Ibrahima Sagna
Successeur Djibo Leyti Kâ
Ministre des Forces armées

(1 an et 9 mois)
Prédécesseur Médoune Fall
Successeur Cheikh Hamidou Kane Mathiara
Ambassadeur en Gambie

(2 ans)
Prédécesseur Moctar Kébé
Successeur Mamadou Diop
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Coki
Date de décès (à 88 ans)
Lieu de décès Rabat
Nationalité Drapeau du Sénégal Sénégal
Parti politique Parti socialiste (PS)
Profession Administrateur civil

Madieng Khary Dieng (1932-2020) est un homme politique sénégalais qui fut ministre de l'Intérieur et des Forces armées, puis ambassadeur en Gambie, sous la présidence d'Abdou Diouf.

Biographie[modifier | modifier le code]

Madieng Khary Dieng est né à Coki le . Il poursuit ses études à Paris où il est auditeur à l'Institut des Hautes études de 1964 à 1966, puis à Dakar, à l'École nationale d'administration[1].

Le il est nommé ministre de l'Intérieur. Dans ses mémoires, son Premier ministre Habib Thiam le décrit comme un « excellent ministre de l'Intérieur »[2]. Tous deux ont eu à affronter une situation particulièrement tendue au moment des élections législatives du et de l'assassinat[3], quelques jours plus tard, le , de Me Babacar Sèye, le vice-président du Conseil constitutionnel.

Madieng Khary Dieng devient ministre des Forces armées dans le second gouvernement de Habib Thiam formé en . Le [4], à Ziguinchor, il signe avec l'abbé Augustin Diamacoune Senghor, secrétaire général du MFDC, l'un des nombreux accords de cessez-le-feu qui émaillent l'histoire du conflit en Casamance. Le , Cheikh Hamidou Kane Mathiara lui succède au Ministère des Forces armées.

Après son départ du gouvernement, Madieng Khary Dieng est nommé ambassadeur du Sénégal à Banjul (Gambie), une fonction qu'il occupe de 1996 à 1998[5]. Le général Mamadou Diop lui succède.

Une cité de Guédiawaye porte le nom de Madieng Khary Dieng.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Translations on Sub-Saharan Africa, United States. Joint Publications Research Service, nos 1137-1143, 1972, p. 101
  2. Habib Thiam, Par devoir et par amitié : essai, Éd. du Rocher, Monaco, Paris, 2001, p. 155 (ISBN 2-268-04009-7)
  3. Abdou Latif Coulibaly, Sénégal, affaire Me Sèye : un meurtre sur commande, L'Harmattan, 2005, 211 p. (ISBN 2-7475-9892-6)
  4. Centre d'étude d'Afrique noire (Institut d'études politiques de Bordeaux), L'Afrique politique, Karthala, Paris, 1994, p. 72
  5. Ambassade du Sénégal en Gambie [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Babacar Ndiaye et Waly Ndiaye, Présidents et ministres de la République du Sénégal, Dakar, 2006 (2e éd.), p. 147 Document utilisé pour la rédaction de l’article