Madeleines Bijou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Madeleines Bijou

Création 1845
Dates clés 1845, 1970, 1990, 2009
Fondateurs Antoine Dubois
Forme juridique SA à conseil d’administration
Slogan Tradition pâtissière depuis 1845
Siège social Saint-Yrieix-la-Perche
Drapeau de France France
Direction Jean-Philippe Dubois
Activité Agroalimentaire
Produits Madeleines, cakes, pâtisseries
SIRET 770 500 346 00018
Site web www.bijou.com

Bijou est une entreprise française, située aux Lacs, sur la commune de Saint-Yrieix-la-Perche dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine. Spécialisée depuis plus de 170 ans dans la fabrication de madeleines, elle est l’une des PME limousines positionnées sur les productions haut-de-gamme[non neutre].

La société[modifier | modifier le code]

La maison Bijou, pâtisserie confiserie biscuiterie artisanale, voit le jour en 1845. Elle tient son nom de celui de sa spécialité : les madeleinettes (petites madeleines de couleur dorée). L'entreprise, à caractère familial, est fondée par l'arrière-grand-père Antoine Dubois. En 1970, l’entreprise doit se moderniser et s’agrandir. Elle le fait en transférant ses locaux à l’extérieur de la ville, au lieu-dit « Les Lacs », qui est toujours son lieu actuel d’implantation. En 1990, l'automatisation fait son apparition sur les chaines de production, et les investissements suivants sont consacrés à l’agrandissement et à l’automatisation de l’enfournement, du défournement, et des enrobeuses.

En 2009 toute la charte graphique de l’entreprise, ainsi que son logo sont rénovés dans l’optique de valoriser la diversité des produits, tout en conservant l’image forte de la marque.

Les produits[modifier | modifier le code]

L’entreprise fabrique des madeleines, des pâtisseries traditionnelles (cakes, quatre-quarts, génois, financiers, moelleux au chocolat...), des gâteaux fourrés (à la fraise, au caramel, au chocolat...), et des biscuits (cigarettes fourrées, cookies, galettes, petits-déjeuners...).

Marchés[modifier | modifier le code]

Bijou présente la particularité d’avoir organisé la vente de ses produits par le canal presque exclusif de la vente à distance auprès des Comités d’entreprise et des Particuliers.

En dehors de ce mode de commercialisation, l'entreprise ne dispose, outre le magasin d’usine de Saint-Yrieix-la-Perche que de deux boutiques, toutes deux situées en Limousin. L’une est à Limoges, l’autre à Brive-la-Gaillarde[1]. Une nouvelle boutique doit ouvrir à Bordeaux en septembre 2016[2].

Un produit-partage en faveur du petit patrimoine[modifier | modifier le code]

En 2011, les Madeleines Bijou se sont associées à la Fondation du Patrimoine autour d’un mécénat, généreux et innovant. Une édition limitée de 30 000 boîtes métalliques a vu le jour, décorée par deux artistes choisis sur concours, Annick Redor et Dominique Monneraux. Pour chacune des boîtes vendues, un euro est reversé à la Fondation du Patrimoine pour soutenir des projets publics et associatifs dans la région d’achat du produit-partage[3].

Fa péto lou Bijou : une tradition enfantine limousine[modifier | modifier le code]

Les madeleines Bijou sont conditionnées en sachet fraicheur individuel. Il est d'usage, en les ouvrant, de s'assurer de leur bon conditionnement en prenant le paquet dans le creux de la main et en serrant jusqu'à le faire exploser. Le paquet s'ouvre alors dans un bruit de petite explosion, un "POP", qui garantit au consommateur la bonne conservation du produit. Faire ainsi péto lou Bijou est une tradition enfantine limousine, parfois portée en dérision[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Magasins Bijou », sur le site Bijou, tradition pâtissière (consulté le 24 mai 2012).
  2. Thierry Tible, « Les madeleines Bijou s'apprêtent à conquérir Bordeaux ! », sur lepopulaire.fr, (consulté le 7 juillet 2016)
  3. « La madeleine bijou défiscalisante », sur le site Directgestion.com, (consulté le 25 mai 2012)
  4. « La valse des madeleines - version Pop ! » (consulté le 26 mai 2012).