Mekele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mékélé)
Aller à : navigation, rechercher
Mekele
መቀሌ
Image illustrative de l'article Mekele
Administration
Pays Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Région Tigré
Zone Debubawi
Woreda Mekele
Démographie
Population 177 090 hab. (est. 2007)
Densité 7 246 hab./km2
Géographie
Coordonnées 13° 30′ nord, 39° 28′ est
Altitude 2 084 m
Superficie 2 444 ha = 24,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte administrative d'Éthiopie
City locator 12.svg
Mekele

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte topographique d'Éthiopie
City locator 12.svg
Mekele

Mekele, parfois orthographié Meqelé (ou Mekelé ; Ge'ez: መቀሌ ) est la capitale de la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie. Elle est également un woreda. La ville comptait 169 207 habitants en 2005. Au XIXe siècle, le negusse negest Yohannes IV y avait installé sa résidence.

Mekele est une ville située dans la zone Tigré Sud de la région Tigré. Elle se trouve à 2 060 m d'altitude et à 780 km au nord d'Addis Abeba.

Partiellement détruite pendant la guerre contre Mengistu, Mekele a largement bénéficié des programmes de réhabilitation d'après-guerre ; c'est aujourd'hui un centre très actif, intéressant par ses monuments et plus encore par son marché bigarré du lundi qui réunit une foule innombrable. On y trouve également un aéroport et le quartier général de la mission de l'ONU en Éthiopie et Érythrée. Quelques petites auberges locales permettent de rayonner à partir de cette cité.

Selon les estimations de 2005 de l'Agence Centrale de la Statistique éthiopienne (CSA), Mekele compte 169 207 habitants (85 876 hommes et 83 331 femmes). Le woreda s'étend sur une superficie de 24,44 km2 et a donc une densité de 6 923, 4 habitants par km². Ces estimations sont basées sur le recensement de 1994. À cette époque, la population était de 96 938 habitants.

Des troupes portugaises débarquent à Massawa, au nord de l'Éthiopie, en 1541 pour soutenir le negus Gelawdewos, successeur de Dawit II. Ils remportent un premier succès en franchissant l’Amba-Sénéïti, puis arrivent début avril 1542 au sud de Macallé où ils se retranchent devant le gros des troupes de Gragn. En deux batailles au nord de l’Amba Alagi, ils débandent les musulmans, et blessent l’iman Ahmed. Mi-avril, ils atteignent la plaine d’Ofala, au sud du lac Achangui, alors que la saison des pluies arrive.

Pendant ce temps, Ahmed al Ghazi reconstitue ses troupes et y adjoint 900 mousquetaires et dix canons reçus d’Arabie, du pacha des Turcs de Zébid. Il reprend l’offensive avant la saison sèche et met les Portugais en déroute à la bataille de Wofla (29 août 1542) : deux cents survivants se replient vers le Simien avec la reine et le prêtre catholique João Bermudes. Leur chef, Dom Christophe de Gama, fils de Vasco de Gama, resté en arrière, est capturé et torturé avant d’être décapité.

En octobre, le negus Gelawdewos réussit à joindre ses troupes et les Portugais, tandis qu'Ahmed al Ghazi, sûr de son succès, a congédié ses alliés turcs et regagné ses quartiers près du lac Tana. L'année suivante, les troupes de Harar sont surprises et décimées par le négus Gelawdewos à Ouaïna-Dega, près du lac Tana, en février 1543. Ahmed al Ghazi y est tué d’une balle de mousquet par le Portugais Pero de Lian. Privés de leur chef, ses soldats se dispersent et sont taillés en pièces dans leur fuite vers l’Adal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Caquot et A. J. Drewes, « Les monuments recueillis à Maqallé (Tigré) », in Annales d'Éthiopie, I, 1955, p. 16-41
  • (en) Livio Sacchi, Architectural Heritage in Ethiopia. Two Imperial Compounds in Mekele and Addis Ababa, Skira, Milano, 2012, 160 p. (ISBN 9788857217192)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :