Bataille de Wofla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre Adal-Éthiopie
Description de cette image, également commentée ci-après

Mort de Christophe de Gama (en haut) et mort d'Ahmed Ibrihim al-Ghazi (en bas)

Informations générales
Date Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu Lac Ashangi, Ofla (actuelle Tigré, en Éthiopie)
Issue Victoire décisive d'Adal
Belligérants
Ethiopian Pennants.svg Empire éthiopien
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Flag of Adal.png Sultanat d'Adal
Commandants
Ethiopian Pennants.svg Atsnaf Sagad Ier
Flag Portugal (1521).svg Christophe de Gama
Flag of Adal.png Ahmed Ibn Ibrahim Al-Ghazi
Forces en présence
290 mousquetaires portugais
23 combattants éthiopiens
600-900 mousquetaires
20 cavaliers
Plusieurs milliers de combattants
Pertes
160 portugais tués
8 éthiopiens tués
Inconnues

La Bataille de Wofla a eu lieu le à Ofla près du lac Ashangi à Ofla (ou Wofla). Cette bataille opposa les forces combinées éthiopiennes et portugaises, dirigées par l'empereur Gelawdewos à l'armée somali de l'imam Ahmed Gragne. Elle fut marquée par la mort de Christophe de Gama ainsi que d'une bonne partie du corps expéditionnaire portugais.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1527, le sultanat d’Adal dirigé par l'imam somali Ahmed envahit l'Ethiopie, il réussit, en deux ans, à contrôler une grande partie du pays : il occupe le Daouaro et le Shewa, l’Amhara et le Lasta, soumet au passage Balé, Hadiya et Sidamo et efface la chrétienté du Cambata. Il dévaste les hauts-plateaux, brûle les églises, pille les villes et les monastères. Seuls le Tigray, le Bégemeder et le Godjam sont épargnés. En 1533, Gragn lance toutes ses forces contre les provinces du nord. Il envahit le Tigré et rencontre une résistance dans la province de Seraye, qui fait partie du royaume du Medri Bahri, menée par Adkamé Melaga qui résiste jusqu'à la fin de la guerre[1]. Il achève la conquête de l’Abyssinie, à l’exception de quelques régions montagneuses où se sont réfugiés le negus Dawit II et ses partisans. Le pays est dévasté à tel point que les envahisseurs eux-mêmes souffrent de la famine.

Un corps expéditionnaire portugais dirigées par Christophe de Gama débarque à Massawa, au nord de l'Éthiopie, en 1541 pour soutenir le negus Gelawdewos, successeur de Dawit II. Ils remportent un premier succès en franchissant l’Amba-Sénéïti, puis arrivent début avril 1542 au sud de Macallé où ils se retranchent devant le gros des troupes de Gragn.

Déroulement[modifier | modifier le code]

le à Ofla près du lac Ashangi l'armée somali de l'imam obligea les Portugais à fuir leur campement fortifié et à laisser leurs armes derrière-eux. Deux cents survivants se replient vers le Simien avec la reine Sabla Wengel et le prêtre catholique João Bermudes.

En fuyant le champ de bataille avec 14 soldats, Gama a été capturé par des adeptes de l'Imam Ahmad[2], Il a ensuite été amené devant ce dernier qui l'a torturé puis décapité[3].

Joseph François Lafitau, chroniqueur jésuite du XVIIe siècle, relate ces événements : « Conduit en la présence du roi vainqueur, Grada Ahmed lui demanda ce qu'il aurait fait de lui en pareille occasion s'il l'avait pris. Gama sans s'étonner lui répondit fièrement : “je t'aurais fais trancher la tête, couper ton corps en quartiers que j'aurais fait suspendre en divers endroits, pour y servir d'exemple et d'épouvantail aux tyrans" […] il lui coupa la tête de sa propre main, et exécuta sur lui le reste de la sentence qu'il avait prononcé contre lui-même. […] »[4]

À la suite de cette bataille, les forces de l'Adal progressent jusqu'à leur arrêt lors de la bataille de Wayna Daga et la mort d'Ahmed al-Ghazi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Doresse, L'empire du Prêtre-Jean : L'Éthiopie médiévale, vol. 2, Plon, (présentation en ligne)
  2. (en) R.S. Whiteway, The Portuguese Expedition to Abyssinia in 1441-1543, , p. 66
  3. (en) Whiteway, The Portuguese Expedition, p. 68
  4. Joseph François Lafitau, Histoire des découvertes et conquestes des Portugais dans le Nouveau Monde, vol. 2, Saugrain, , 790 p. (lire en ligne), p. 311