Lygia Clark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lygia Clark
Lygia Clark, unknown portrait.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Mouvement

Lygia Clark (Belo Horizonte - Rio de Janeiro, le ) était une artiste brésilienne[1] principalement connue pour sa peinture et ses objets relationnels. Elle a été souvent associée au mouvement néo-concret brésilien et au mouvement tropicaliste. Avec les artistes brésiliens Amilcar de Castro, Franz Weissmann, Lygia Pape et le poète Ferreira Gullar, Lygia Clark a co-fondé le mouvement « Néo-concret ». Les néo-concrets pensaient que l'art devait être subjectif et organique.

Tout au long de son parcours, Lygia Clark aura cherché à redéfinir la relation entre l'art et la société. À partir des années 1965, ses œuvres ne trouvent plus vraiment de place dans les musées car son désir sera de faire fusionner l’art et la vie. Cela passera par un rapport très spécifique entre les objets et le spectateur,qui deviendra ensuite participant. Elle proposera des expérimentations avec ses objets dits « relationnels », frisant à la fin de son œuvre avec l'essai clinique.

Vie[modifier | modifier le code]

Lygia Clark est née en 1920 à Belo Horizonte, Minas Gerais, Brésil[2]. Elle est devenue artiste en 1947 quand elle est déménagée à Rio de Janeiro pour étudier avec le paysagiste Roberto Burle Marx[2]. Entre 1950 et 1952 elle a étudié à Paris avec Isaac Dobrinsky, Fernand Léger et Arpad Szenes. En 1953 elle est devenue un des membres fondateurs du groupe des artistes "Frente". En 1957, Clark a participé à la première Exposition Nationale d'Art Concret à Rio de Janeiro. Depuis cet événement elle voyageait souvent au Brésil pour exposer ses œuvres.

Durant la première décennie de sa carrière, Clark s'est concentrée sur la peinture et la sculpture. Après 1956, elle déclara ne plus avoir fait[3]. Elle était enseignante à la Sorbonne au début des années 1970[4]. C'est à ce moment qu'elle explora l'idée de perception sensorielle dans l'art. Son art est devenu une expérience multi-sensorielle dans laquelle le spectateur devient un participant actif. Entre 1979 et 1988, Clark est passée à l'art-thérapie, plutôt qu'à la création d'œuvres nouvelles. Elle utilisa l'art-thérapie pour soigner les personnes psychotiques modérément perturbées. Clark est rentrée à Rio de Janeiro en 1977. En 1988, elle est morte d'une crise cardiaque dans sa maison.

Quelques critiques voient son art comme précurseur de la Société de la Connaissance moderne[5]. Ses œuvres ultérieures sont plus abstraits et holistiques avec une concentration sur la psychothérapie et la guérison.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « In Search of the Body »
  2. a et b (en) Kristin G. Congdon et Kara Kelley Hallmark, Artists from Latin American Cultures: A Biographical Dictionary, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780313315442, lire en ligne)
  3. (en-US) « The Radical Brazilian Artist Who Abandoned Art », Hyperallergic,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Raven Row », sur www.ravenrow.org (consulté le 11 avril 2017)
  5. (en) Stephen Wilson, Information Arts: Intersections of Art, Science, and Technology, MIT Press, (ISBN 9780262731584, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]