Isaac Dobrinsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isaac Dobrinsky
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Isaac Dobrinsky, né à Makariv (Ukraine) en 1891 et mort à Paris en 1973, est un peintre de l'École de Paris.

Isaac Dobrinsky est à peine âgé de sept ans lorsque son père, homme religieux, meurt subitement. Après un apprentissage dans une école talmudique, il s'installe à Kiev pendant six ans et commence à modeler des figures en terre. Il étudie à l'École d'Art de Sabatovski et gagne sa vie chez un fabricant de boîtes de conserves.

En 1912, Dobrinsky arrive à Paris, où il est chaleureusement accueilli par le sculpteur Marek Szwarc. Il s'installe à la Ruche et partage pendant deux ans son atelier avec Chaïm Soutine. Un an après son arrivée en France, Dobrinsky tombe malade et délaisse alors la sculpture pour la peinture.

En 1914, il s'engage dans la Légion étrangère, mais se fait finalement exempter pour des raisons de santé. De retour à la vie parisienne, il fréquente l'Académie Colarossi et rencontre Vera Kremer (son père, Arkadi Kremer, fut un des fondateurs du Bund) qui devient sa femme en 1926. Après avoir habité vingt-sept ans à la Ruche, Dobrinsky déménage en 1934 pour la rue d'Odessa.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Puech est le premier biographe d’Isaac Dobrinsky par son livre : « De l’autre à soi, Rencontre, Isaac Dobrinsky artiste de l’école de Paris ». (ISBN 978-2-917999-00-4). Il s’agit de la seule biographie de référence sur cet artiste puisque l’auteur tient ses informations, souvent inédites, du propre fils de l’artiste (ancien professeur des Universités) qui a validé le contenu de l’ouvrage.

Biographie express : Isaac Dobrinsky est né en 1891 à Makaroff . Son père très religieux chante dans les synagogues mais décède alors qu’Isaac n’a que sept ans. Quelques années plus tard Isaac commence à façonner des figures avec l’argile qu’il ramasse aux alentours. À 15 ans sa mère le confie à un oncle qui habite Kiev où il suit les cours de l’école Sabatovski, tout en gagnant sa vie comme apprenti dans une usine de boîtes de conserves. Il arrive à Paris en 1912. Ne cherchant ni la fortune, ni la gloire, il rêve simplement d’un espace de liberté pour réaliser sa vocation et goûter au bonheur d’être soi-même. À la Ruche, refuge des artistes cosmopolites impécunieux de Montparnasse, il apprend à survivre et nous dit : " Mes valeurs ne sont pas celles du monde ». En effet : où est la vraie liberté de choix de vie et d’expression ? Que sommes-nous devenus ? Quelle devrait être la place et le rôle de l’homme en ce monde ? Son humanité le pousse vers le rencontre de l’Autre, dont il livre sa vision des états d’âme. C’est son unique moyen d’expression, d’extériorisation par le biais de l’art. Mais l’autre qui est-il ? Double, triple !!! Un clair obscur de lumière, d’aveuglement et d’immanence. Qui est-il, quand c’est aussi lui-même que l’artiste cherche à travers l’Autre, comme la plupart d’entre nous. Il héberge deux ans Soutine à la Ruche que lui dira : " Dobrinsky tu as été mon maître », et fréquente Modigliani dont un dessin lui sauvera la vie en 1942. En 1926 il épouse Vera Kremer dont le père est l’un des fondateurs du Bund. Les peintures d’Isaac Dobrinsky sont un hymne à la beauté, à la valeur et à la qualité de la vie dans le matérialisme de l’époque. Cette éloquente fresque d’actualité et le sens de la vie inédite de l’artiste mis en perspective par Christian Puech émeut le spectateur jusque dans ses tréfonds. Elle est sans pareille dans l’École de Paris » (Extrait de la 4e de couverture de la biographie).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Page consacrée à Isaac Dobrinsky, site de Nadine Nieszawer.