Luis Arconada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Luis Arconada
Image illustrative de l’article Luis Arconada
Luis Arconada en 1981.
Biographie
Nom Luis Miguel Arconada Etxarri
Nationalité Espagnol
Naissance (67 ans)
Saint-Sébastien (Espagne)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 1973-1989
Poste Gardien de but
Parcours junior
Années Club
0 Lengokoak
0000 -1972 Real Sociedad
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1972-1974 Real Sociedad B
1973-1989 Real Sociedad 551 (0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1976 Espagne olympique 02 (0)
1977-1985 Espagne 068 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Luis Miguel "Lord" Arconada Etxarri est un footballeur espagnol, né le à Saint-Sébastien au Pays basque. Fidèle au Real Sociedad, refusant les offres des plus grands clubs espagnols, il est considéré comme l'un des meilleurs gardiens de but de son époque. Champion d'Espagne à deux reprises en 1980-1981 et 1981-1982 avec son club de cœur, le gardien basque est l'un des principaux artisans de ces titres, son équipe terminant meilleure défense du championnat lors des deux sacres. Sa sûreté, son placement, ses réflexes et sa détente étonnante lui permettent d'être international espagnol de 1977 à 1985. Après de brillantes performances au Championnat d'Europe de football 1984, une erreur en finale de la compétition sur un coup franc de Michel Platini en fait le symbole de la défaite espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Évoluant au poste de gardien de but, Luis Arconada commence sa carrière professionnelle en 1973 au sein du club espagnol de la Real Sociedad. À la fin des années 1970, le club basque connaît des succès inattendus que beaucoup attribuent aux performances du gardien Arconada[1]. Qualification européenne pour la Coupe UEFA 1979-1980, vice-champion d'Espagne en 1979-1980, le club basque grimpe dans la hiérarchie espagnole en même temps que son gardien qui devient l'incontournable numéro un international espagnol[1].

Au cours de cette période, le club basque termine deux fois premier de la Liga (en 1981 et 1982). Les prestations d'Arconada sont déterminantes dans l'obtention de ces titres[2]. Luis Arconada remporte trois fois de suite, en 1980, 1981 et 1982, le Trophée Zamora récompensant le meilleur gardien du championnat[3]. Au niveau continental, la Real Sociedad atteint la demi-finale de la Coupe des clubs champions européens 1983.

Le , Arconada se blesse gravement au ligament croisé antérieur du genou lors de la première journée du championnat espagnol[4]. Le , il est opéré à Madrid par le docteur Pedro Guillén[4]. Pouvant reprendre la compétition, il dispute trois dernières saisons avec son club. Il atteint en 1987 la finale de la Coupe d'Espagne. Face à l'Atlético Madrid, Arconada est décisif pour son équipe en arrêtant le dernier tir au but de Quique Ramos, la Real Sociedad s'impose 4-2 aux tirs aux but et remporte la coupe que peut soulever le capitaine Arconada[5]. L'année suivante, la Real Sociedad est à nouveau en finale mais est cette fois battue par le FC Barcelone 1-0.

Arconada dispute un total de 414 matches en championnat d'Espagne, n'encaissant pas de but lors de 164 rencontres[2]. Ses 551 matches officiels avec la Real Sociedad fait de lui le quatrième joueur le plus capé du club basque[3]. Adulé des supporters du club, ceux-ci créent un chant en son honneur repris par les tribunes lors des matches « No pasa nada, tenemos a Arconada »[3].

En sélection[modifier | modifier le code]

La première sélection en équipe nationale de Luis Arconada a lieu à Alicante le contre la Hongrie qui se solde par un match nul 1-1[6]. De 1977 à 1985, Arconada a également été le gardien de but titulaire de la sélection espagnole, dont il a plusieurs fois porté le brassard de capitaine. Il a été le premier Espagnol à obtenir 50 sélections en équipe nationale[3]. Il est sélectionné pour disputer la Coupe du monde 1978, l'Euro 1980, la Coupe du monde 1982 et l'Euro 1984.

En finale de l'Euro 84, contre la France, alors qu'il a effectué jusqu'alors une brillante compétition notamment face à l'Allemagne et au Danemark, il semble parvenir à arrêter un coup franc de Michel Platini, mais laisse maladroitement le ballon lui glisser sous le corps et rentrer dans sa cage, ce premier but contribuant ainsi à la défaite finale de son équipe par 2 à 0. Sa dernière sélection à lieu à l'extérieur le contre le Pays de Galles qui se termine par une victoire galloise 3-0[6]. Ses 68 sélections en équipe nationale se soldent par 27 victoires, 23 matchs nuls et 18 défaites avec 62 buts encaissés[6]. Il porte le brassard de capitaine à 48 reprises[7].

International espagnol le plus capé, il perd sa place dans les buts de la sélection nationale à la suite de sa blessure au ligament croisé antérieur au profit d'Andoni Zubizarreta. Lorsqu'il revient sur les terrains au début de l'année 1986, le sélectionneur espagnol Miguel Muñoz le laisse à la marge de l'équipe nationale, jusqu'à l'exclure pour des raisons extra sportives en 1988[4],[8].

Arconada fait également partie de la sélection olympique participant au tournoi de football des Jeux olympiques de 1976. Il y dispute et perd les deux rencontres jouées par son pays.

Après-carrière[modifier | modifier le code]

Arconada devient administrateur de l'entreprise Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles, réélu à plusieurs reprises à ce poste. Som nom est régulièrement cité comme possible candidat à la présidence de la Real Sociedad[3].

Lien de famille[modifier | modifier le code]

Il est le frère de l'entraîneur Gonzalo Arconada.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Arconada est reconnu pour ses capacités à être un leader sur le terrain, son courage et sa constance. Il est considéré comme un des meilleurs gardiens espagnols de l'histoire. Son physique, sa capacité à arrêter les tirs, ses réflexes et son jeu de jambes sont mis en avant. Au cours de sa carrière, Iker Casillas est comparé à Arconada et s'inspire de lui[9],[10],[11],[12],[13],[14].

Mesurant 1,78 m, Arconada est surnommé El Pulpo durant sa carrière en raison de ses multiples arrêts[15],[16]. Superstitieux, il garde le même jeu de maillot en match tant qu'il n'a pas perdu de match avec[3]. Il choisit également de jouer en sélection en gardant sur le terrain ses chaussettes de la Real Sociedad[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Arconada est lauréat du Trophée Zamora (récompensant le meilleur gardien du championnat d'Espagne) en 1980, 1981 et 1982[3].

Arconada est désigné par la FIFA meilleur joueur espagnol des 25 dernières années en 1998[3]. Il est élu « joueur historique » de la Real Sociedad en août 2021 par un vote des supporters du club. Il devance Xabi Prieto et Darko Kovačević[2].

Héritage[modifier | modifier le code]

Pendant près de deux décennies après sa fameuse erreur, Arconada devient synonyme de ridicule, de bourde ultime[17]. « Faire une arconada » devient une expression régulièrement utilisée par les observateurs francophones pour désigner, pour un gardien, une boulette similaire[18]. Le quotidien espagnol El Pais qualifie son geste manqué « d'erreur la plus infantile jamais commise par un gardien dans toute l'histoire de l'Euro »[17].

En 2008, l'Espagne remporte le championnat d'Europe, mettant fin à la disette de l'équipe nationale en compétitions internationales depuis la Coupe d'Europe des nations 1964. En allant recevoir la médaille de vainqueur des mains de Michel Platini, président de l'UEFA, Andrés Palop rend hommage à Luis Arconada en portant son maillot de la finale 1984[19],[20].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Luis Arconada durant sa carrière de joueur professionnel[6],[21].

Statistiques de Luis Arconada
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Sélection Total
Division M B M B M B M B C M B Équipe M B M B
1973-1974 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 0 0 - - - - - - - - - - - - 0 0
1974-1975 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 0 0 - - - - - - - - - - - - 0 0
1975-1976 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 9 0 6 0 - - - - C3 1 0 Espagne olympique 2 0 18 0
1976-1977 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 3 0 - - - - - - - Espagne 1 0 38 0
1977-1978 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 30 0 10 0 - - - - - - - Espagne 5 0 45 0
1978-1979 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 7 0 - - - - - - - Espagne 2 0 43 0
1979-1980 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 10 0 - - - - C3 2 0 Espagne 12 0 58 0
1980-1981 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 4 0 - - - - C3 6 0 Espagne 12 0 56 0
1981-1982 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 10 0 - - - - C1 2 0 Espagne 12 0 58 0
1982-1983 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 34 0 5 0 4 0 2 0 C1 8 0 Espagne 6 0 59 0
1983-1984 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 28 0 6 0 - - - - - - - Espagne 12 0 46 0
1984-1985 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 33 0 8 0 2 0 - - - - - Espagne 6 0 49 0
1985-1986 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 1 0 - - 6 0 - - - - - - - - 7 0
1986-1987 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 40 0 10 0 - - - - - - - - - - 50 0
1987-1988 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 38 0 9 0 - - - - C2 4 0 - - - 51 0
1988-1989 Drapeau de l'Espagne Real Sociedad Primera División 31 0 4 0 - - - - C3 8 0 - - - 43 0
Total sur la carrière 414 0 92 0 12 0 2 0 - 31 0 - 70 0 621 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Luis Arconada » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (es) « Arconada, nuevo numero uno del fútbol español », El País,‎ (lire en ligne).
  2. a b et c (es) « Luis Miguel Arconada, elegido jugador histórico de la Real Sociedad », sur laliga.com, .
  3. a b c d e f g et h (es) Daniel Miranda, « ¿Qué fue de Arconada?: Mito de la Selección y la Real Sociedad », sur as.com, As, .
  4. a b et c (es) Gorza Reizabal, « Arconada vuelve a los entrenamientos », El País,‎ (lire en ligne).
  5. (es) « 2-2 : la Real entono el aliron », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, El Mundo Deportivo, .
  6. a b c et d (es) « Arconada », sur futboll.sportec.es (consulté le ).
  7. (en) « Arconada », sur eu-football.info (consulté le ).
  8. (es) Oscar Urretavizcaya, « Luis Arconada se niega rotundamente a opinar sobre su exclusión en la selección de Muñoz », El País,‎ (lire en ligne).
  9. (it) Vanni Spinella, « EuroStorie: 1984, la "papera" di Arconada », sur sport.sky.it, .
  10. (en) Alfredo Rodríguez, « Casillas carrying the torch for his fellow keepers », sur uefa.com, .
  11. (en) Lucas Brown, « Spanish legends salute Casillas », sur uefa.com, .
  12. (it) « Real Sociedad ’81: la Liga conquistata allo scadere », sur storiedicalcio.altervista.org (consulté le ).
  13. a et b (en) Chris Clements, « Spotlight Season: The Basque conquest of La Liga begins – 1980/81 », sur centrocampista.com, .
  14. (en) Guillem Balagué, « Casillas names his top ten No1s », sur uefa.org, .
  15. (es) « Éxtasis galo tras el error de Arconada », sur es.uefa.com, .
  16. (es) « Pulpo eres, en 'polbo' te convertirás... y así te mueves », sur elcorreogallego.es, El Correo Gallego, .
  17. a et b Thomas Goubin, « 1984 : le traumatisme Arconada », sur sofoot.com, (consulté le ).
  18. Julie Degrenier, « Souvenez-vous : La bourde malheureuse de Luis Arconada lors de l'Euro 1984 », sur labeautedufootball.fr, (consulté le ).
  19. Éric Bruna, « Les histoires de l'Euro : Arconada, l'erreur d'une vie », Le Parisien, (consulté le ).
  20. José Angél Risco, « Palop explique son hommage à Arconada en 2008 », sur uefa.com, (consulté le ).
  21. (en) « Fiche de Luis Arconada », sur BDFutbol.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]