Lucien Harmegnies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucien et Harmegnies.
Lucien Harmegnies
Lucien Harmegnies-Ministère de l'Intérieur.jpg
Lucien Harmegnies, ministre de l'intérieur en mars 1971.
Fonctions
Bourgmestre de Charleroi
-
Secrétaire d'État
Belgique et coopération au développement (en)
-
Ministre de l'Intérieur de Belgique
-
Herman Vanderpoorten (en)
Bourgmestre
Marcinelle
-
Député
Arrondissement administratif de Charleroi
-
Échevin
Marcinelle
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Parti politique

Lucien Harmegnies est un homme politique belge, membre du Parti socialiste, né à Flawinne le , mort à Saint-Nicolas-la-Chapelle (Savoie, France), le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Harmegnies est issu d’une famille socialiste, fils d'un enseignant qui fut député socialiste de Namur. Il est engagé très jeune en qualité de rédacteur au Journal de Charleroi alors qu'il poursuit des études de journalisme. Ce journal est dirigé par les frères Marius et Marcel Bufquin des Essarts, dont il devient rapidement le bras droit.

Résistant armé dans la presse clandestine (Front de l'Indépendance) pendant l'occupation, il s'engage dans l'action politique à la libération et devient président national des Jeunes gardes socialistes, une formation incarnant alors l'aile gauche du Parti socialiste belge. Un temps secrétaire national de l'Union professionnelle de la presse belge, il poursuit ensuite une carrière politique honorable, assumant des mandats de bourgmestre, de député et de ministre.

Fervent défenseur d'un fédéralisme de concorde et l'un des principaux animateurs du Mouvement populaire wallon, il reprend la plume dans les colonnes de La Wallonie, dans une longue joute éditoriale l'opposant au président du Parti socialiste belge, Léo Collard.

Plongé dans le désastre humain de la catastrophe minière du Bois du Cazier à Marcinelle et profondément affecté par la condition des travailleurs de la mine et de la sidérurgie, dont de nombreuses familles originaires de Flandre et d'Italie, il conçoit un projet social leur ouvrant d'autres horizons. Ainsi naît dans la petite commune savoyarde de Saint-Nicolas-la-Chapelle le centre social de « Marcinelle-en-Montagne », composé de quatre chalets destinés principalement à l'accueil des classes de neige de l'enseignement primaire, tous réseaux confondus.

En 1961, il est l'un des rares mandataires PSB de Charleroi à soutenir André Renard et à adhérer au Mouvement populaire wallon.

En tant que ministre de l’intérieur, il est à l'origine des lois favorisant le remembrement du territoire en 1971, projet qui aboutit à la fusion des communes de 1976 (une réforme dont on parlait déjà avant la Seconde Guerre mondiale).

Au Parlement européen, Lucien Harmegnies remplace Ernest Glinne pour la durée du mandat ministériel de celui-ci mais c'est principalement dans le cadre du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe qu'il trouvera à s'exprimer. Il est considéré comme le principal artisan de la Charte européenne de l'autonomie locale.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Niveau local[modifier | modifier le code]

Niveau national[modifier | modifier le code]

  • Député à la Chambre des Représentants de 1958 à 1978.
  • Ministre de l’Intérieur sous le gouvernement Gaston Eyskens IV du 17 juin 1968 au 21 janvier 1972.
  • Secrétaire d’État adjoint au Ministre des Affaires Étrangères, chargé de la coopération au développement sous le gouvernement Gaston Eyskens V du 21 janvier 1972 au 23 novembre 1972.

Niveau international[modifier | modifier le code]

  • Membre de l'assemblée parlementaire des Communautés européennes de 1973 à 1974 (le futur Parlement européen).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Andreux, « Harmegnies, Lucien, René, Joseph, Ghislain », dans Nouvelle biographie nationale, t. 8, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, (lire en ligne [PDF]), p. 188-190.
  • Paul Delforge, Lucien Harmegnies, dans Connaître la Wallonie – Wallons Marquants.
  • Francis Poty et Jean-Louis Delaet, Histoire des fédérations, Charleroi, 1885-1985, Coll. Mémoires ouvrières, Présence et action culturelle, Bruxelles, 1985, 197 p.
  • Jacques Guyaux, Lucien Harmegnies, Le socialisme du cœur et de la raison, Bruxelles, Éditions Labor, coll. « Ceux d'hier et d'aujourd'hui » (no 9), , 148 p.
  • Pierre-Jean Schaeffer, Charleroi 1830-1994, Histoire d'une Métropole, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Quorum, , 466 p. (ISBN 2-930014-42-3).
  • Politiek Biografisch Lexicon, H. Gaus ed., Antwerpen 1989, 1284p. (ISBN 978-90-021-6112-4) p. 552-558.
  • Noël de Winter, Elections et gouvernements : éléments de l'histoire politique de la Belgique, Bruxelles, Créadif, , 233 p. (ISBN 2-802-20078-X), p. 160-168.
  • La Charte européenne de l'autonomie locale - 20e anniversaire, Conseil de l'Europe, Strasbourg, 2006, 88p. (ISBN 978-92-871-5963-2), p. 35-36.

Liens externes[modifier | modifier le code]