Louise Renée de Penancoët de Keroual

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louise de Keroual)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louise Renée de Penancoët de Keroual
Mignard, Louise de Kérouaille.jpg
Louise de Keroual.
(Portrait de Pierre Mignard.)
Fonction
Membre de la Chambre des Lords
Titre de noblesse
Duchesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Aristocrate, espionneVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Louise Renée de Penancoët de Keroual[1] (1649-1734), duchesse de Portsmouth et d'Aubigny, originaire de Bretagne, fut la maîtresse du roi d'Angleterre Charles II pendant une quinzaine d'années, mais aussi l'agent secret du roi de France, Louis XIV.

Saint-Evremond a dit à son propos : « Le ruban de soie qui serrait la taille de Mlle de Keroualle unit la France et l’Angleterre ». Saint-Simon la considérait comme une aventurière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Manoir de Keroual, près de Brest, propriété de Louise Renée ; elle y vit le jour en 1649

Louise Renée de Penancoët de Keroual est née en , au château de Keroual en Guilers, près de Brest. Elle est la fille de Guillaume de Penancoët de Keroual et de Marie de Plœuc, dont le mariage avait été célébré en 1645. La famille compte deux autres enfants : Sébastien (1646-1671), capitaine de vaisseau mort à 25 ans, et une sœur, Henriette Mauricette (1655-1728). Les deux époux sont nobles : les Penancoët (patronyme qui signifie « bout du bois » en breton) sont originaires du Léon, les Plœuc sont une branche des Kergorlay sans doute issue des comtes de Poher. Mais les revenus ne sont pas en rapport avec leur rang, et la vie au château est modeste. Louise suit des études au couvent Sainte-Ursule de Lesneven où une de ses tantes est religieuse.

Elle est remarquée par le duc de Beaufort, cousin du roi qui l'a nommé grand maître de la navigation et il lui fait vainement la cour[2], s'engageant même à ce qu'elle devienne demoiselle d'honneur de Madame, la duchesse d'Orléans et belle-sœur de Louis XIV.

De Versailles à Londres[modifier | modifier le code]

Louis XIV par Hyacinthe Rigaud
Charles II.

La promesse du duc de Beaufort sera tenue post-mortem. En 1669, Louise Renée arrive au château de Versailles pour se mettre au service de « Madame », c'est-à-dire la duchesse d'Orléans, qui est aussi la sœur du roi d'Angleterre, Charles II.

Elle est remarquée par le roi, dont la favorite officielle est la duchesse de La Vallière mais la favorite officieuse Madame de Montespan ; plutôt que d’en faire sa maîtresse, il juge qu'elle lui sera diplomatiquement plus utile. Aux côtés de "Madame", mal mariée et qui, au début de son mariage, avait eu un début de liaison avec le roi, Louise Renée perd sa réserve et apprend vite les us et coutumes de la cour.

En 1670, à la suite de Madame, chargée d'une mission diplomatique par le roi, elle embarque pour l'Angleterre. Charles II n'a pas vu sa sœur depuis neuf ans. Il a peu de sympathie pour le royaume de France et guère plus pour son souverain et cousin. En revanche, à l'instar de son cousin français, il apprécie beaucoup la compagnie des dames, ce que Louis XIV n'est pas sans savoir. Le roi accueille sa sœur au château de Douvres. La réception est somptueuse, outre les retrouvailles familiales, et la curiosité du roi a été piquée par les propos du duc de Buckingham, au sujet de la nouvelle dame de compagnie de celle-ci.

La signature du Traité de Douvres rapproche les deux royaumes : Charles II se convertit au catholicisme et fournit des troupes, en échange de quoi, Louis XIV lui verse une rente annuelle de 200 000 livres. En remerciement des cadeaux reçus, la duchesse d'Orléans propose à son frère de choisir un bijou dans sa cassette et c'est Louise Renée qui doit le lui remettre ; posant sa main sur celle de la jeune fille, le roi aurait dit : « Voilà le seul bijou que je désire ! ».

De retour à Versailles, la jeune fille aurait émis le souhait de rentrer au couvent, ce dont on l'aurait dissuadé. Elle repart donc pour l'Angleterre.

Favorite royale[modifier | modifier le code]

Louise de Kéroualle par Sir Peter Lely (1671).

Logée dans un immense appartement du palais de Whitehall, le roi d'Angleterre vient lui faire sa cour tous les soirs. Du reste, supervisée par le marquis de Croissy, l'ambassadeur de France, Louise Renée connaît parfaitement les impératifs de sa mission.

Au mois d'octobre 1671, elle est invitée à une réception donnée par la comtesse d'Arlington, en présence du roi et de nombreux invités. Le roi, marié à l'infante Catherine de Bragance qu'il a vite délaissée car elle ne lui a pas donné d'enfant, arrive à la fête sans la reine. Un faux mariage est organisé, mais la nuit de noces a bien lieu avec Louise Renée de Penancoët de Keroual. Celle-ci devient la maîtresse du roi d'Angleterre. Elle est officiellement nommée demoiselle d'honneur de la reine Catherine : le roi peut ainsi visiter son épouse et voir sa maîtresse.

Louis XIV est informé par son ambassadeur que son agent a beaucoup de pouvoir sur son amant. En 1672, elle donne naissance à un garçon, Charles Lennox, créé duc de Richmond (1675). La mère reçoit des terres et est titrée duchesse de Portsmouth, comtesse de Fareham et baronne de Patersfield, avec une pension annuelle de 138 000 livres. Si son influence dure environ une quinzaine d'années, jusqu'à la mort du roi le , sa position n'est pas sans inspirer des haines et des jalousies farouches. En effet, le retour du roi au catholicisme est attribué à sa maîtresse ce qui la rend d'autant plus impopulaire.

En 1684 Louis XIV, à la demande de Charles II qui fait valoir que cette terre avait appartenu à ses ancêtres les Stuarts, la fait duchesse d'Aubigny (Aubigny-sur-Nère, petite cité berrichonne en Sologne) et pair de France. Cette même année, elle fait l'acquisition du château de Trémazan (Finistère), auquel elle joint les terres de Keroual. Elle possède aussi un château à Évry dit « château du Mousseau », détruit en 1860.

Après avoir résidé au château de La Verrerie, « la bonne Dame d'Aubigny », comme l'appelaient les habitants, meurt à Paris, rue des Saints-Pères, le , ayant perdu une partie de sa fortune.

Postérité[modifier | modifier le code]

La princesse de Galles, Lady Diana Spencer, était l'une des descendantes du fils que Louise de Keroual avait eu du roi Charles II (Charles Lennox, le duc de Richmond).

Le petit-fils de Louise, duc de Richmond, créa en 1735, soit l'année suivant la mort de sa grand-mère, la célèbre Loge maçonnique d'Aubigny où furent initiés le duc d'Antin et Montesquieu. C'est une des premières loges maçonniques créées en France.

Selon Honoré de Balzac, Louise de Keroual aurait apporté en France la mode des robes à panier :

« Les paniers apportés par une anglaise à Paris furent inventés à Londres, on sait pourquoi, par une Française, la fameuse duchesse de Portsmouth; on commença par s'en moquer si bien que la première anglaise qui parut aux Tuileries faillit être écrasée par la foule; mais ils furent adoptés[3]. »

Une rue d'Aubigny-sur-Nère, une rue d'Évry dans l'Essonne et une rue de Brest située dans le quartier St-Marc portent son nom[4]. L'écrivain breton Joël Raguénès lui consacre le roman Lady Louise publié en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de Keroual a été orthographié sous de nombreuses formes : Keroual, Kéroual, Keroualle, Keroualze, Querouailles, Querouvaille, etc. C'est la première forme qui est maintenant généralement retenue. La forme « Kérouaille » est usitée en anglais.
  2. Elle seraient cependant devenue sa maîtresse selon Michel Vergé-Franceschi dans Le masque de fer, Fayard 2009 p.213-217
  3. Albert Savarus, édition Furne de 1845, vol. I, p.409
  4. www.wiki-brest.net/index.php/Louise_de_Kéroual

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Loup Avril, Mille Bretons, dictionnaire biographique, p. 228-229, Les Portes du large, Saint-Jacques-de-la-Lande, 2002, (ISBN 2-914612-10-9).
  • Emmanuel Salmon-Legagneur, Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, p. 206, Coop Breizh/Institut culturel de Bretagne, 1997, (ISBN 2-84346-032-8) (ISBN 2-86822-071-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]