Louis Latouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Latouche
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau de la France Français
Activité
Peintre, marchand de couleurs, encadreur, marchand de tableaux
Mouvement

Louis Latouche est un peintre marchand de couleurs, encadreur, marchand de tableaux[1],[2] né le à La Ferté-sous-Jouarre[3] et mort le à l'hôpital de Saint-Dié-des-Vosges[4]. Ami et fournisseur des peintres avec lesquels sa femme, Madame Latouche, négociait, il avait installé sa boutique au coin de la rue Laffitte et de la rue La Fayette[5].

Il a été toute sa vie l'ardent défenseur du mouvement impressionniste

Le personnage[modifier | modifier le code]

Louis Latouche a pour clients Camille Pissaro, Paul Gachet, Amand Gautier qui sont aussi ses amis. Il se rend souvent à Berck avec eux. Il soutient les jeunes peintres, expose leurs tableaux, les réunit le soir chez lui. Et il leur montre aussi ses œuvres. C'est chez lui que naît l'idée d'un nouveau salon des refusés, soutenue par Alfred Sisley, Camille Pissarro, Frédéric Bazille, Auguste Renoir qui déposent une pétition en 1867[5]. Il est parfois surnommé le « Père Latouche[6] » en référence au Père Tanguy et à une autre marchand : le Père Martin qui est un voisin, rue Laffitte.

De 1871 à 1872, Latouche achète plusieurs Vue de Hollande à Monet et dès 1874, il participe à la première exposition impressionniste chez Nadar où il expose aussi ses propres tableaux[7]. Mais dès que Durand-Ruel prend de l'importance, il cesse d'exposer chez lui pour se consacrer aux expositions d'autres peintres chez Durand-Ruel qui est alors très affaibli par la maladie, et pour qui l'exposition de 1876 a été un fiasco[8].

Le magasin de Latouche est situé dans ce qui tient lieu de quartier général de la peinture de 1870 à 1900 : un espace qui va de la rue Lafitte à la rue Le Peletier . Ceci permet aux peintres, collectionneurs et critiques qui fréquentent les cafés du boulevard des Italiens, de se tenir au courant des nouveautés.

Le peintre[modifier | modifier le code]

Dès 1866, et les années suivantes, Latouche expose au Salon avec des paysages de banlieue de Paris ou du bord de mer. Approche de l'orage à la pointe de l'île de Saint-Ouen (1868), Le cours d'eau, effet du matin (1869), Le Pont d'Asnières (1870), La Seine à Asnières 1870, Marée basse à Berck 1871, La Mer à Cayeux (1876), Départ pour la pêche soleil couchant (1880)[5].

Il ne présent plus de tableaux à l'exposition de 1876 chez Durand Ruel, ni aux expositions suivantes

À la Première exposition des peintres impressionnistes de 1874 chez Nadar, il présente Clocher de Berck (n°67), Vue des quais, Paris (n°68), La Plage, marée basse,à Berck (n°69), Sous bois (n°70). Les numéros 71, 72 et 73 sont inscrits manquants dans le livret de l'exposition [9].

Lionello Venturi défini le style de Latouche comme « proche de Sisley, Monet, et Pissarro[10]. »

Le marchand[modifier | modifier le code]

Latouche est parmi les premiers, avec le père Martin, à acheter les œuvres des peintres de l'École de Barbizon à un moment où ceux-ci étaient rejetés de tous. Peu ambitieux, mais doué d'un goût très sûr, il est surtout le premier à attirer l'attention sur Monet, auquel il achète des toiles qu'il place dans sa vitrine, notamment une Vue de paris (1867)[11]. En 1875, lors de la vente organisée par Renoir, Berthe Morisot, Monet, et Sisley à l'Drouot, Latouche achète Paysage d'hiver de Monet pour 280 francs[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]