Pierre–Firmin Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre–Firmin Martin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité
Activité
Collectionneur d'artVoir et modifier les données sur Wikidata
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Martin et Martin.

Pierre-Firmin Martin, appelé le Père Martin, né le 17 février 1817 à Salins-en-Jura (Salins-les-Bains) et mort le 30 septembre 1891, est un marchand de tableaux français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeu de carte chez "le Père Martin", Adolphe-Félix Cals, 1859

Fils d'un cultivateur installé au 26 rue de la Chaussée Clignancourt, à Montmartre, comme marchand de vins, Pierre–Firmin Martin eu plusieurs activités. Il fut ouvrier sellier et jouait parfois l'acteur dans les théâtres du quartier.

En 1837 il épousa Victoire Adèle Davy une couturière, puis il ouvre une boutique 20 rue de Mogador avec Stanislas Cloche un brocanteur. Il se spécialise dans la vente de tableaux et sa boutique prend le surnom de "Cercle Mogador". Il devient le marchand et le soutien des peintres de Barbizon et de Saint-Siméon à Honfleur et vend les toiles de Adolphe-Félix Cals, d'Eugène Boudin de Johan Barthold Jongkind qu'il fera exposer au Salon en 1859, et également de Lépine, Millet, Pissarro, Ribot, Théodore Rousseau, Sisley, Troyon...

Il habite alors rue Mansart, mais en 1859 il s'installe 52 rue Laffitte, ensuite 29 rue Saint-Georges. C'est à cette adresse que Nicolas François Octave Tassaert lui vendit tout son atelier avant de cesser de peindre.

Il sera le premier à s’intéresser aux pré-impressionnistes et aux impressionnistes.

En 1870, Monet, soucieux de collectionner les toiles de ses amis troque auprès de Martin sa Vue de Bougival, aussi appelé Le Pont de Bougival aujourd'hui au Currier Museum of Art, et cinquante francs contre une peinture de Cézanne[1].

En 1874, La Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs dont il est le gérant provisoire, organise la première exposition impressionniste, boulevard des Capucines à Paris, dans l'atelier de Nadar.

Martin s'entoure d'une clientèle de riches collectionneurs: Henri Rouart, Gustave et Achille Arosa, Jean Dollfuss, Nicolas Auguste Hazard, Victor Chocquet [...] ou le comte Armand Doriat rencontré en 1858. Ce dernier l'accueille avec un grand nombre de peintres dans son château d’Ourry.

Il meurt en 1891 et au cours d'une des ventes qui suivirent en 1899, on dénombra 36 œuvres de Adolphe-Félix Cals, 69 de Jean-Baptiste Camille Corot, 2 de Gustave Courbet, 10 d'Honoré Daumier, 4 d'Eugène Delacroix, 9 de Théodore Rousseau.

Bibliographie et liens[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Lobstein, Monet, p. 34-35
  • Jacques-Sylvain Klein, La Normandie, berceau de l'Impressionnisme, p. 45, éditions Ouest-France, 1996
  • Dominique Lobstein "Monet" éditions Jean Paul Gisserot. 2002.
  • [1]Site culture