Louis Jugnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis Jugnet, né le à Villefranche-sur-Saône et mort le à Toulouse[1], est un philosophe et professeur de philosophie français. Enseignant en classes préparatoires littéraires au lycée Pierre-de-Fermat et à l’Institut d'études politiques de Toulouse, il a peu écrit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Jugnet a été formé à la faculté de Lille. Il a obtenu un diplôme d’études supérieures de philosophie (mémoire : Essai sur les rapports entre la philosophie suarézienne de la matière et la pensée de Leibniz). « Je suis un quasi converti de l’adolescence, et [...] c’est par un hasard apparent que j’ai alors découvert la philosophie thomiste, étant un pur produit de l’enseignement universitaire, matériellement parlant. »[2].

Agrégé en 1942[3], il enseigne à Châteauroux.

Idées[modifier | modifier le code]

Louis Jugnet, qui se réclamait de l'intransigeantisme, se définissait lui-même comme « philosophe réaliste », « métaphysicien », « disciple d'Aristote et saint Thomas », « catholique contre-révolutionnaire et de formation scolastique ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pour connaître la pensée de saint Thomas d’Aquin, Paris, Bordas, 1949[4].
  • Un psychiatre-philosophe, Rudolf Allers ou l’Anti-Freud, Paris, Cèdre, 1950[5].
  • Catholicisme, foi et problème religieux, Saint-Cénéré (Mayenne), éd. Saint-Michel, 1951[6].
  • Doctrines philosophiques et systèmes politiques, Institut d’Études Politiques de Toulouse, 1965[7].
  • Problèmes et grands courants de la philosophie, Toulouse, 1970[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cyrille Dounot, « Louis Jugnet et les réseaux intellectuels catholiques intransigeants. Ce que révèle sa correspondance inédite », Revue d’histoire de l’Église de France, Société d’histoire religieuse de France, 2015, n°101, p. 325-347 ( Lire en ligne )
  • Cyrille Dounot, « Pour la résistance catholique. La participation de Louis Jugnet aux débats liturgiques post-conciliaires, d’après sa correspondance inédite », dans Jean-François Galinier-Pallerola, Philippe Foro, Augustin Laffay (éd.), Les laïcs prennent la parole : la participation des laïcs aux débats ecclésiaux après le concile Vatican II, actes du colloque organisé par le Centre Histoire et théologie, laboratoire Histoire, théologie, religions, à l’Institut catholique de Toulouse, du 30 janvier au 1erfévrier 2014, 2014, p. 61-93
  • Hommage à Louis Jugnet (1913-1973), Lecture et Tradition, n° 25 (nouvelle série), mai 2013
  • Vu de Haut, nº 16 (printemps 2010) : Actualité de Louis Jugnet, actes du colloque du 17 octobre 2009 à l'Institut universitaire Saint-Pie X (Paris)
  • Le Sel de la terre, nº 47 (hiver 2003-2004) — Avec une bibliographie commentée, la reproduction de quelques textes de Louis Jugnet et les témoignages de Gustavo Corbi (Louis Jugnet vu d'Argentine) et Michel Brignol (confession d'un disciple).
  • L’Ordre français, nº 174 (septembre-octobre 1973) — Avec notamment les témoignages de Jean de Quissac (« Témoignage d’un ancien “khâgneux” ») et Jean de Viguerie (« Témoignage d’un ancien élève de philosophie »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb126154736
  2. lettre à Julien Crépin, 26 juin 1969
  3. http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire_laureats_old
  4. Pour connaître la pensée de saint Thomas d’Aquin, 1re éd., Paris, Bordas, 1949. – 2e éd., 1964. – 3e éd. (sous le titre : « La pensée de saint Thomas d’Aquin »), avec préface de Claude Rousseau, Paris, Nouvelle Aurore, 1975. – 4e éd., Bordeaux, Ulysse, 1979 (réimpression de la 2e édition avec ajout, au début, de la préface faite par Claude Rousseau pour la 3e édition). – 5e éd. (sous le titre : « La pensée de saint Thomas d’Aquin ») revue et corrigée par Jean-Claude Absil, Paris, N.E.L., 1999.
  5. Rudolf Allers ou l’Anti-Freud 1re édition : Paris, Cèdre, 1950. — Réimpression en 2002 par les Éditions Saint-Remi. — Traduction espagnole en 1974.
  6. Catholicisme, foi et problème religieux, 1re édition : Saint-Michel, 1951. — 2e éd. (augmentée d’un avant-propos de l’auteur), 1970. – 3e éd., Paris, Nouvelle Aurore, 1975. — Traduction espagnole en 1982.
  7. Doctrines philosophiques et systèmes politiques, 1re édition : Toulouse, 1965. – 2e éd. préfacée par Jean Faure, Castres, Éd. Cahiers du Présent, 1977. — 3e éd., Bordeaux, Ulysse, 1980. – 4e éd. préfacée par Jean de Viguerie et postfacée par Louis Millet, Chiré-en-Montreuil, Ed. de Chiré, 2013.
  8. Problèmes et grands courants de la philosophie, 1re édition : Toulouse, 1970. – 2e éd., revue et augmentée de plusieurs chapitres et préfacée par Marcel De Corte, Paris, Les Cahiers de l’Ordre français (7e cahier), 1974. — Traduction espagnole en 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]