Louis Jugnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Jugnet, né le à Villefranche-sur-Saône et mort le à Toulouse, est un philosophe et professeur de philosophie français. Enseignant en classes préparatoires littéraires au lycée Pierre-de-Fermat et à l’Institut d'études politiques de Toulouse, il a peu écrit.

Préférant consacrer l'essentiel de son temps à ses élèves plutôt qu'à la rédaction d'ouvrages, il aimait citer le mot de Platon :

« L'homme de génie doit viser à former des disciples, et non figer sa pensée par l'écriture[réf. nécessaire]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Idées[modifier | modifier le code]

Louis Jugnet se définissait lui-même comme « philosophe réaliste », « métaphysicien », « disciple d'Aristote et saint Thomas », « catholique contre-révolutionnaire et de formation scolastique ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pour connaître la pensée de saint Thomas d’Aquin, Paris, Bordas, 1949[1].
  • Un psychiatre-philosophe, Rudolf Allers ou l’Anti-Freud, Paris, Cèdre, 1950[2].
  • Catholicisme, foi et problème religieux, Saint-Cénéré (Mayenne), éd. Saint-Michel, 1951[3].
  • Doctrines philosophiques et systèmes politiques, Institut d’Études Politiques de Toulouse, 1965[4].
  • Problèmes et grands courants de la philosophie, Toulouse, 1970[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’Ordre français, nº 174 (septembre-octobre 1973) Avec notamment les témoignages de Jean de Quissac (« Témoignage d’un ancien “khâgneux” ») et Jean de Viguerie (« Témoignage d’un ancien élève de philosophie »).
  • Le Sel de la terre (Avrillé), nº 47 (hiver 2003-2004) Avec une bibliographie commentée, la reproduction de quelques textes de Louis Jugnet et les témoignages de Gustavo Corbi (Louis Jugnet vu d'Argentine) et Michel Brignol (confession d'un disciple).
  • Vu de Haut, nº 16 (printemps 2010) : Actualité de Louis Jugnet, actes du colloque du 17 octobre 2009 à l'Institut universitaire Saint-Pie X (Paris)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour connaître la pensée de saint Thomas d’Aquin, 1re éd., Paris, Bordas, 1949. – 2e éd., 1964. – 3e éd. (sous le titre : « La pensée de saint Thomas d’Aquin »), avec préface de Claude Rousseau, Paris, Nouvelle Aurore, 1975. – 4e éd., Bordeaux, Ulysse, 1979 (réimpression de la 2e édition avec ajout, au début, de la préface faite par Claude Rousseau pour la 3e édition). – 5e éd. (sous le titre : « La pensée de saint Thomas d’Aquin ») revue et corrigée par Jean-Claude Absil, Paris, N.E.L., 1999.
  2. Rudolf Allers ou l’Anti-Freud 1re édition : Paris, Cèdre, 1950. — Réimpression en 2002 par les Éditions Saint-Remi. — Traduction espagnole en 1974.
  3. Catholicisme, foi et problème religieux, 1re édition : Saint-Michel, 1951. — 2e éd. (augmentée d’un avant-propos de l’auteur), 1970. – 3e éd., Paris, Nouvelle Aurore, 1975. — Traduction espagnole en 1982.
  4. Doctrines philosophiques et systèmes politiques, 1re édition : Toulouse, 1965. – 2e éd. préfacée par Jean Faure, Castres, Éd. Cahiers du Présent, 1977. — 3e éd., Bordeaux, Ulysse, 1980. – 4e éd. préfacée par Jean de Viguerie et postfacée par Louis Millet, Chiré-en-Montreuil, Ed. de Chiré, 2013.
  5. Problèmes et grands courants de la philosophie, 1re édition : Toulouse, 1970. – 2e éd., revue et augmentée de plusieurs chapitres et préfacée par Marcel De Corte, Paris, Les Cahiers de l’Ordre français (7e cahier), 1974. — Traduction espagnole en 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]