Intransigeantisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’intransigeantisme, ou catholicisme intransigeant, est un courant de l'Église catholique romaine, apparu au XIXe siècle, refusant de transiger avec les données culturelles extérieures au modèle catholique originel[1], et qui, totalement fidèle aux enseignements et commandements de l'Église, est hostile à faire des concessions aux idées provenant du modernisme et à la sécularisation issus des Lumières et de la Révolution française.

La tendance zelante est la matrice du catholicisme intransigeant.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La locution catholicisme intransigeant, apparue en français en 1870 avec une valeur purement heuristique, a pris son acception actuelle sous la plume de l'historien et sociologue Émile Poulat qui a bientôt parlé d'intransigeantisme - « en attendant mieux[2] » - traduit d'un terme usité par les historiens italiens vers la fin des années 1950.

Concept[modifier | modifier le code]

Il se distingue de l’intégralisme, parfois appelé intégrisme[3], qui englobe tout acte et toute pensée dans le champ religieux, tandis que l'intransigeantisme conserve un souci pastoral cherchant à sauver les individus sans toutefois céder sur les principes. Les intransigeants catholiques refusent de faire des concessions sur leur foi et leurs pratiques religieuses ainsi que sur la doctrine sans pourtant appartenir à des courants dissidents comme le lefebvrisme.

L'intransigeantisme obéit théoriquement à l'intégralité des enseignements et des prescriptions de l'Église catholique, à sa vérité, et s'oppose au modernisme et au catholicisme libéral qui accorde la foi avec la morale privée et le libre-arbitre. Émile Poulat explique que toute l'histoire du catholicisme depuis la Révolution française se résume à l'opposition entre ces deux tendances de fond de l'Église, l'une défendant le droit de l'Église et l'autre réclamant le droit à la conciliation et à l'adaptation[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intransigeantisme apparait en réaction à la Révolution française qui coupe le lien entre pouvoir temporel et spirituel jusque là étroitement liés. L'Église perd alors, en outre, sa domination intellectuelle et les bouleversements scientifiques au XIXe siècle finissent de mettre à bas l'ancien ordre. L'Église se divise alors en deux courants, l'un libéral - minoritaire - qui prend acte des évolutions et du monde moderne, désirant l'accompagner en christianisant ce mouvement inexorable, l'autre intransigeant qui refuse tout pragmatisme et toute concession à ce monde moderne[5].

On retrouve le catholicisme intransigeant chez le pape Pie IX (notamment dans le Syllabus en 1864, devenu le symbole de l'hostilité de l'Église au monde moderne), ainsi que dans la société civile, chez les premiers démocrates chrétiens et les catholiques sociaux corporatistes. L'intransigeantisme s’adapte ensuite à la démocratie tentant d'en faire une réalité chrétienne pour conquérir le peuple afin de réaliser son propre projet, s'opposant à ceux du libéralisme bourgeois et du socialisme, tout en luttant contre la montée du modernisme[6]. Toutefois cette troisième voie ne s'étant jamais doté d'une véritable économie politique n’a pas réussi à inspirer de stratégie politique d’ensemble[7] et une théologie proprement politique ne sera ainsi que le fait des courants d’extrême droite inspirés de nostalgies « réactionnaires »[8].

La postérité de l'intransigeantisme se diversifie par la suite dans des courants qui deviennent parfois farouchement opposés à l'instar de l'Action catholique et des intégristes catholiques, en France[9].

Certains auteurs contestent l’emploi du terme pour caractériser le catholicisme contemporain[10], car, pour ceux-ci, ce dernier accepte désormais les données de la modernité politique, notamment la liberté religieuse et la « légitime autonomie des réalités terrestres »[11] tandis que d'autres, au contraire, pointent que l'Église - en tout cas dans sa hiérarchie - n'a renoncé ni à la présentation d'une vérité immuable ni à ses dogmes incontestables, estimant que Vatican II n'était qu'un tournant tactique démenti par le pontificat de Jean-Paul II[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.-M. Donegani, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, éd. Presse de Science-Po, 1993
  2. Émile Poulat, L'Église, c'est un monde. L'ecclésiosphère, éd. cerf, 1986, p. 14
  3. J.-M. Donegani, op. cit; Émile Poulat utilise lui indistinctement les trois termes dans ses travaux
  4. Émile Poulat, Des catholiques contre le monde moderne, in L'Histoire, no 224, 1998, p. 39, cité par Laurent Frölich (cf bibliographie)
  5. Laurent Frölich, Les catholiques intransigeants en France, éd. L'Harmattan, 2002, p. 10
  6. Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, éd. Casterman, coll. Religion et Sociétés, 1977, ch. IV et VI
  7. Émile Poulat, Église contre bourgeoisie…, op. cit. cité par Henry-Jérôme Gagey et Jean-Louis Souletie, Sur la théologie politique, in Raisons politiques, no 4, 2001-4, p. 168-187, article en ligne
  8. Henry-Jérôme Gagey et Jean-Louis Souletie, op. cit.
  9. Jean-Louis Jadoulle, Intransigeatisme, intégralisme et réformisme social, in Jacques Paquet, Gaston Braive, Jean-Marie Cauchies, La Critique historique à l'épreuve, éd. Publications des Facultés St-Louis, 1989, p. 209
  10. Henry-Jérôme Gagey et Jean-Louis Souletie, , op. cit.
  11. J.-M. Donegani, op. cit.; cité par Henry-Jérôme Gagey et Jean-Louis Souletie, op. cit.
  12. Laurent Frölich, op. cit., p. 8

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Mayeur, Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations  Année 1972  Volume 27  Numéro 2 pp. 483-499. article en ligne
  • Laurent Frölich, Les catholiques intransigeants en France, éd. L'Harmattan, 2002, ouvrage en ligne
  • Hilaire Multon, Catholicisme intransigeant et culture prophétique : l’apport des archives du Saint-Office et de l’Index, in Revue historique, no 621, éd. P.U.F, 2001, p. 109-137, article en ligne
  • Émile Poulat, Catholiques sans église: que reste-t-il aujourd'hui de «l'intransigeantisme», in Ricerche di storia sociale e religiosa, 1994, no 46, p. 45-94, 117-125, présentation en ligne
  • Jean-Marie Donegani, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, éd.Presses de Sciences-Po, 1993
  • Jean-Louis Jadoulle, « Intransigeatisme, intégralisme et réformisme social », in Jacques Paquet, Gaston Braive, Jean-Marie Cauchies, La Critique historique à l'épreuve, éd. Publications des Facultés St-Louis, 1989, p. 205-215
  • Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, éd. Casterman, coll. Religion et Sociétés, 1977
  • Jean-Marie Mayeur, Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne, in Annales ESC, mars-avril 1972, p. 483-499
  • Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, éd. Casterman, 1969
  • Yves Congar, L’ecclésiologie de la Révolution française au concile du Vatican, sous le signe de l’affirmation de l’autorité, in R. Aubert, J. Audinet et al., L’ecclésiologie au XIXe siècle, éd. Cerf, 1960, p. 77-114

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]