Louis Gérardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Gérardin
Louis Gérardin.jpg
Louis Gérardin en 1932.
Informations
Surnom
TotoVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes professionnelles
1946La Gazelle
1948Peugeot-Dunlop
1949Follis-Dunlop
Principales victoires

Louis Gérardin, dit « Toto » (né le à Billancourt, mort le à Paris), est un cycliste sur piste, champion du monde en 1930.

Biographie[modifier | modifier le code]

Révélé au championnat de vitesse de Paris en 1929, sa victoire au championnat du monde amateurs l'année suivante à Bruxelles, le détermine en 1931 à entreprendre une carrière de coureur professionnel. Le spectacle de ses duels sur les pistes des vélodromes avec Lucien Michard ou Lucien Faucheux fascine le public qui le surnomme Toto. C'est l'un des pistards les plus titrés des six jours de Paris[1].

Malgré son âge, grâce à son expérience, il réussit après guerre à défendre son titre de champion de France à plusieurs reprises.

À la fin de l'année 1951, Édith Piaf, endeuillée par la mort de Marcel Cerdan et perdue d'alcool, s'amourache de lui. Bien que celui-ci interrompe leur liaison dès février 1952, elle continue de lui adresser une correspondance passionnée jusqu'en septembre[2]. Cela a été révélé lors de la vente aux enchères de lettres inédites de Piaf en 2009[3].

Devenu entraîneur national -notamment du jeune amateur champion olympique Michel Rousseau-, cette aventure, reprise par la presse, ne cessera pas de le poursuivre.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • MaillotFra.PNG Champion de France d'hiver de vitesse : 1931
  • MaillotFra.PNG Champion de France de vitesse : 1932, 1935, 1936, 1938, 1941, 1942, 1943, 1945, 1946, 1949, 1950 et 1953

Source[modifier | modifier le code]

Ch. Penot, La France cycliste, LNC, Rosny sous Bois, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point du 21 avril 2011, p.101
  2. Mon amour bleu, lettres de Piaf à Louis Gérardin, Grasset, 200p.
  3. http://www.lesoir.be/culture/livres/2011-03-29/des-lettres-inedites-de-la-mome-piaf-831055.php

Liens externes[modifier | modifier le code]