Louis-Auguste de Bourbon (1700-1755)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire image illustrant le Royaume de France
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire et le Royaume de France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis-Auguste de Bourbon.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Louis-Auguste de Bourbon (1700-1755)

Louis-Auguste de Bourbon, prince souverain de Dombes, comte d'Eu, est un militaire français né le à Versailles et mort le à Fontainebleau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné du duc du Maine et de la duchesse née Louise-Bénédicte de Bourbon, il sert dans l'armée du prince Eugène contre les Turcs en 1717 et prend part à la guerre de Succession de Pologne (1733–1734) et à la guerre de Succession d'Autriche (1742-1747).

Il est colonel général des Cent-Suisses et Grisons en survivance de son père en 1710, puis en propre en 1736, gouverneur du Languedoc et grand veneur de France.

À la mort de son père, il lui succède comme souverain de Dombes et comte d'Eu.

En 1751, sa mère lui fait donation de la principauté d'Anet et du comté de Dreux. Fréquentant peu la cour, il s'installe au château d'Anet et procède à de nombreuses acquisitions foncières pour agrandir le domaine. Il fait construire une machine hydraulique afin d'amener l'eau de l'Eure dans les jardins. Il fait également de fréquents séjours à Eu où il aime chasser.

Il reste célibataire et n'a pas de postérité. Sa tante, Françoise-Marie de Bourbon, l'épouse du Régent voulut le marier à sa fille mademoiselle d'Orléans, puis à mademoiselle de Valois, mais aucune ne voulut épouser le fils d'un prince légitimé[1]. Comme son père et sa mère, il est impliqué dans la Conspiration de Cellamare[2]. Il est tué en 1755 dans un duel en forêt de Fontainebleau et est inhumé dans la crypte de la collégiale Notre-Dame d'Eu. Ses biens et titres reviennent à son frère Louis-Charles.

Titres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires, fragmens historiques et correspondance de la duchesse d'Orléans.
  2. Mémoires de Saint-Simon.
  3. [1]