Louis-Victor Emmanuel Sougez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis-Victor Emmanuel Sougez
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Louis-Victor Emmanuel Sougez, né à Bordeaux (Gironde) le et mort à Paris le , est un photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fils d'un vannier, Emmanuel Sougez est élève en 1904 à l'École des beaux-arts de Bordeaux, qu'il quitte peu après pour se consacrer à la photographie.

Après avoir étudié en Allemagne, en Autriche et en Suisse, Sougez est l'introducteur en France d'un nouveau mouvement qui rejette la photographie sentimentale et picturale du passé en faveur d'une esthétique plus austère, plus « pure » et plus réaliste. En Allemagne, ce mouvement s'appelle Neue Sachlichkeit (Nouvelle objectivité).

En 1919, il travaille comme photographe publicitaire pour de grandes entreprises comme Dunhill, Roquefort-Société, Nestlé ou Rodier.

Il fonde le service photographique du journal L'Illustration en 1926. Il adhère au Groupe des XV en 1946[1]. Il est également membre du groupe 30 x 40.

Emmanuel Sougez était considéré par Dora Maar comme son mentor[réf. nécessaire].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Bièvres, musée français de la photographie :
    • La Rose, pendant la nuit s'est magnifiquement ouverte, 1931[2] ;
    • Regarde, 1931[3] ;
    • Château de carte, récompense la patience, et la peine, 1931[4] ;
    • Satin et plumes, 1933, gélatino-bromure d'argent[5] ;
    • Roquefort, 1935[6] ;
    • Cosmétique, 1935[7] ;
    • Les Angelots, dans les terres cuites, 1936[8] ;
    • Lutrin à l'église Saint-Gervais]], 1943[9] ;
    • Une porte à l'aube, 1947, gélatino-bromure d'argent[10] ;
    • Segovia : El navio de Piedra, 1956[11].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 24e exposition de la Société des artistes normands, Rouen, 1934.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Notre-Dame de Paris, éd. Tell, 1932.
  • Rodin, éd. Tell, 1933.
  • La Sculpture grecque et la sculpture du Moyen Âge, Albums Illustration.
  • L'Alphabet, éd. Tell, 1932.
  • Regarde !, éd. H. Jonquières.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aux côtés de Marcel Bovis, Doisneau, Pierre Jahan, Lucien Lorelle, Willy Ronis et René Jacques.
  2. n° 80.3590.173.
  3. n°inv.80.3590.173.
  4. n°80.3590.173.
  5. n°inv.80.3590.144.
  6. n°inv. 70.1324.13
  7. n°inv.80.3590.186.
  8. n°inv. 80.3590.175.
  9. n°inv.70.1324.11.
  10. n°inv. 80.3590.64.
  11. n°80.3590.176.1.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mary Ann Caws, Les vies de Dora Maar : Bataille, Picasso et les surréalistes, Paris, Thames & Hudson, (ISBN 9782878111859), p. 24.
  • Michel Frizot, Nouvelle histoire de la photographie, Paris, Adam Biro & Bordas, (ISBN 9782040199760).

Liens externes[modifier | modifier le code]