Louis-François Thourou de Moranzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis-François Thourou de Moranzel
Présentation
Nom de naissance Louis-François Thourou
Autres noms Louis-François Thourou de Verneuil
Naissance
Paris
Décès
Nationalité Royaume de France Royaume de France
Activités Architecte
Contrôleur des Bâtiments du roi au château de Fontainebleau
Ses élèves Jean-Augustin Renard
Œuvre
Réalisations Ermitage Pompadour
Distinctions Académie royale d'architecture (1756)
Entourage familial
Père Charles Louis Thourou
Mère Marie Anne Catherine de Cotte
Famille Robert de Cotte (grand-père)
Jules-Robert de Cotte (oncle)

Louis-François Thourou de Moranzel[1], seigneur de Cangey, est un architecte français né à Paris le et mort en 1785.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est inspecteur au Château de Fontainebleau de 1728 à 1741. Afin de pouvoir accueillir toute la cour, Louis XV décide de réaménager le château de Fontainebleau. Louis-François Thourou de Moranzel dirige la construction de l'aile sud, ou aile Louis XV, du château sur la cour des Adieux, ou cour du Cheval Blanc, à partir du Gros pavillon à l'emplacement du pavillon des Poêles, sur les plans de Jacques V Gabriel et d'Ange-Jacques Gabriel. La partie orientale de l'aile Louis XV a été construite en 1739-1740 et la partie occidentale en 1773-1774. En 1738, Jacques V Gabriel a construit l'aile la plus à l'est de la cour de la Conciergerie, appelée aussi cour des Princes, pour recevoir les princes[2].

En janvier 1749, il remplace son grand-oncle, Louis de Cotte[3], dans la fonction de contrôleur des Bâtiments du roi au palais de Fontainebleau qu'il quitte en 1776. Le roi fait réaménager les appartements.

Le , Thourou de Moranzel demande aux Carmes qui possèdent l'ermitage de la Madeleine, dans la forêt de Fontainebleau, de le lui céder en concession viagère. Il y restait une chapelle dans laquelle les Carmes disaient la messe. Thourou de Moranzel a agrandi la propriété et édifié un pavillon d'habitation et des communs[4],[5]. L'architecte habitait l'hôtel de la Coudre, à Fontainebleau, en hiver, et l'ermitage en été.

Il a construit en 1753, sur les plans d'Ange-Jacques Gabriel, le pavillon de l'Ermitage pour Madame de Pompadour, à Fontainebleau, dont il a été l'architecte avec Lassurance et Jean-Charles Garnier d'Isle[6],[7].

Le 13 mai 1754, il écrit au marquis de Vandières que M. Slotz et le sieur Giraut, décorateur et menuisier des menus plaisirs sont venus à la salle des machines du théâtre[8].

Il est nommé architecte de la 2e classe de l'Académie royale d'architecture en 1756[9]. Il est promu à la 1re classe en 1773, et à la vétérance en 1776[10].

Comme ancien contrôleur des Bâtiments du roi, il reçoit une pension de 3 000 livres de la Maison du Roi par décision du 25 novembre 1775. Par la même décision, cette pension doit être de 1 500 livres au profit de sa veuve, Marie-Anne Robusse (née en 1715).

Famille[modifier | modifier le code]

  • Robert de Cotte est marié à Catherine Bodin,
    • Jules-Robert de Cotte, seigneur de Château-Gontier, suivra les pas de son père comme architecte du roi, intendant des bâtiments, jardins, arts et manufactures, directeur de la monnaie, conseiller amateur à l’Académie royale en 1710.
      • Jules-François de Cotte (1721-1811), conseiller au parlement, marié le 17 octobre 1741 avec Anne Claude Mouslier
        • Pierre Paul de Cotte (Paris, 1759-Riom, 1812), procureur général du roi au supérieur de Saint-Domingue, mariée le 2 janvier 1806 à Caroline de Conway (1775-1862)
          • Jules Charles Conway de Cotte (1807-1859), général de division[11].
      • Marie-Suzanne de Cotte, mariée le 25 février 1729 à Charles-Étienne Le Peletier seigneur de Beaupré, intendant de la généralité de Châlons en 1739, conseiller d'État en 1749, président du Grand conseil entre 1753 et 1761[12],
      • Marie-Marthe de Cotte, mariée le 4 février 1739 avec Pierre Paul Gilbert de Voisins (juillet 1715 - 15 mai 1754), conseiller ordinaire du roi en ses conseils, président du parlement, reçu avocat du roi au Châtelet en 1736, avocat général au parlement en janvier 1739, président à mortier sur démission de Germain-Louis Chauvelin, ancien Garde des Sceaux de France, en juin 1746, reçu le 15 juillet 1746[13].
    • Jean-Armand de Cotte fut prêtre, docteur de Sorbonne, chanoine de l'église de Paris et abbé des abbayes de Saint-Seurinet de Lonlay (actes d'état civil Saint-Germain-l'Auxerrois).
    • Marie Anne Catherine de Cotte, mariée à Charles Louis Thourou, conseiller du roi, trésorier receveur général et payeur des rentes de l'Hôtel-de-Ville de Paris,
      • Louis-François Thourou de Moranzel (né à Paris le 11 janvier 1709 - 1785), architecte, membre de l'Académie royale d'architecture en 1756[14]. Il est mort en 1785. Son épouse, Marie-Anne Robusse, reçoit cette année-là une pension de 1 500 livres de la Maison du Roi en considération de feu son mari, ancien contrôleur des bâtiments du roi à Fontainebleau[15].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jehan Mansart (maître maçon)
 
 
 
Jacques Le Roy
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Absalon Mansart (charpentier)
 
 
 
Michelle Le Roy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Germain Gaultier[16]
(sculpteur et architecte)
 
 
 
Marie Mansart
 
François Mansart
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frémin de Cotte
(ingénieur, architecte du roi)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Edme Delisle
(peintre)
 
Michelle Gaultier
 
 
 
Marie Gaultier
 
 
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Nicolas Bodin
(Conseiller du roi, Trésorier de la Prévôté de l'Hôtel)
 
Madeleine Adam
 
Charles de Cotte
 
Anne Du Fay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Delisle-Mansart
(architecte)
 
Marie Delisle
 
Jacques IV Gabriel
(architecte)
 
Michel Hardouin
(architecte)
 
Jules Hardouin-Mansart
(architecte)
 
Anne
Bodin
 
Catherine Bodin
 
Robert de Cotte
(architecte)
 
Louis de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques V Gabriel
(architecte)
 
 
 
Jules Michel Alexandre Hardouin
(architecte)
 
 
 
Jacques Hardouin-Mansart
(Président au Parlement)
 
 
 
 
 
Jules-Robert de Cotte
(architecte)
 
Marie-Anne Catherine de Cotte
 
Charles Louis Thourou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Jacques Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
Jean Hardouin-Mansart de Jouy
(architecte)
 
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis-François Thourou de Moranzel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Antoine Gabriel
(architecte)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Note : Le nom est parfois écrit Thouroux ou Thouron. Il s'est d'abord appelé Louis-François Thourou de Verneuil.
  2. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Fontainebleau, p. 220, éditions Scala, Paris, 1998 (ISBN 978-2-866561758)
  3. Michel Gallet, Yves Bottineau, Les Gabriel, p. 215, Picard, Paris, 1982 (ISBN 978-2-7084-0086-3)
  4. Albert Bray, Les ermitages de la forêt de Fontainebleau, p. 107-109, Bulletin Monumental, 1957, volume 115, no 2 (lire en ligne)
  5. Ernest Bourges, Recherches sur Fontainebleau, p. 423-426, Maurice Bourges imprimeur, Fontainebleau, 1896 (lire en ligne)
  6. Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Île-de-France, p. 310, Hachette, Paris, 1992 (ISBN 978-2-01-0168116)
  7. Comité de défense, d'action et de sauvegarde de Fontainebleau : visite de l'hôtel de Pompadour
  8. Vincent Droguet, Marc-Henri Jordan, Théâtre de cour : les spectacles à Fontainebleau au XVIIIe siècle, p. 44, Réunion des musées nationaux, Paris, 2005 (ISBN 9782711848867)
  9. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome VI 1744-1758, p. XXIII, 301, Édouard Champion, Paris, 1920 (lire en ligne)
  10. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome VIII 1768-1779, p. 149,277, Librairie Armand Colin, Paris, 1924 (lire en ligne)
  11. Amis et passionnés du Père-Lachaise : Conway de Cotte, Jules-Charles
  12. Jacques Destrées, Mémorial de Chronologie, généalogique et historique pour l'année 1754, tome 3, p. 277-278, imprimerie de Ballard, Paris, 1754 (lire en ligne)
  13. Jacques Destrées, Mémorial de Chronologie, généalogique et historique pour l'année 1754, tome 3, p. 252-253, imprimerie de Ballard, Paris, 1754 (lire en ligne)
  14. Actes d'état-civil d'artistes français tirés des Archives nationales pour la première fois , p. 85, Bulletin de la Société de l'art français, 1re année, 1875-1878, octobre 1876 (lire en ligne)
  15. Suite de l'État des Pensions sur le Trésor royal, tome 2, p. 460, Imprimerie nationale, Paris, 1790 (lire en ligne)
  16. Note : Germain Gaultier est un neveu de Germain Pilon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, p. 435, Librairie générale de l'architecture et des travaux publics, Paris, 1887 (lire en ligne (vue 455))
  • Adolphe Lance, Dictionnaire des architectes français, tome 2, L - Z, p. 156, Vve A. Morel et Cie, éditeurs, Paris, 1872 (lire en ligne (vue 167)
  • Michel Gallet, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, p. 370-371, Éditions Mengès, Paris, 1995 (ISBN 2-8562-0370-1)
  • Henry Lemonnier, W. Viennot, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome X Table générale, p. 174, Librairie Armand Colin, Paris, 1926 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]