Jules Michel Alexandre Hardouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jules Hardouin, Hardouin, Ardouin et Arduin.
Jules Michel Alexandre Hardouin
Présentation
Décès 1737
Nationalité Royaume de France Royaume de France
Mouvement architecture classique
Activités contrôleur des Bâtiments du roi
Œuvre
Réalisations Château d'Herbault (Loir-et-Cher), 1720
Château de Meslay (Loir-et-Cher), 1732-1735
Distinctions Académie royale d'architecture (1720)
Entourage familial
Père Michel Hardouin
Mère Nicole Genevière Nanteuil
Famille Robert Nanteuil (grand-père)
Jules Hardouin-Mansart (oncle)
Pierre-Charles Delespine (beau-frère)

Jules Michel Alexandre Hardouin est un architecte français mort en 1737, neveu du Premier architecte du roi, Jules Hardouin-Mansart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Michel Hardouin et de Nicole Geneviève Nanteuil, fille de Robert Nanteuil[1], et le frère de Françoise-Pierrette Hardouin, elle-même mariée en 1703 à Pierre Delespine (1676-1745), fils de Nicolas Delespine, qui a été contrôleur des bâtiments du roi demeurant à la Machine de Marly.

Jules Michel Alexandre Hardouin est nommé pensionnaire du roi à l'Académie de France à Rome grâce à la protection de son oncle, Jules Hardouin-Mansart, Premier architecte du roi. Il doit quitter précipitamment la Ville Éternelle en 1706, recherché par la police pontificale à la suite d'une rixe dans une auberge[2].

Il épouse en 1710 Anne Françoise Thérèse Delespine, fille de Pierre-Nicolas Delespine (1661-1719) et de Marie-Anne Dionis. Il devient contrôleur des Bâtiments du roi, est admis à l'Académie royale d'architecture en 1720 et devient membre de la première classe de cette compagnie en 1728.

En 1720, il remplace Armand-Claude Mollet comme architecte du comte d'Évreux au Palais de l'Élysée à Paris[3].

En 1722,il donne les plans des Maisons Prévost qui se trouvaient 3 et 5 rue Louis-le-Grand[4].

Un arrêt du Conseil d'État du le désigne pour reconstruire la ville de Châteaudun après l'incendie qui la ravagea le . Au début du mois de et après un séjour de 32 jours sur place, avec l'assistance de 4 dessinateurs, il présente à Louis XV et à son conseil le nouveau plan de la ville[5]. Son beau-frère, Pierre-Charles Deslespine, collabore pendant dix ans à ces travaux.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jehan Mansart (maître maçon)
 
 
 
Jacques Le Roy
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Absalon Mansart (charpentier)
 
 
 
Michelle Le Roy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Germain Gaultier[8]
(sculpteur et architecte)
 
 
 
Marie Mansart
 
François Mansart
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frémin de Cotte
(ingénieur, architecte du roi)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Edme Delisle
(peintre)
 
Michelle Gaultier
 
 
 
Marie Gaultier
 
 
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Nicolas Bodin
(Conseiller du roi, Trésorier de la Prévôté de l'Hôtel)
 
Madeleine Adam
 
Charles de Cotte
 
Anne Du Fay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Delisle-Mansart
(architecte)
 
Marie Delisle
 
Jacques IV Gabriel
(architecte)
 
Michel Hardouin
(architecte)
 
Jules Hardouin-Mansart
(architecte)
 
Anne
Bodin
 
Catherine Bodin
 
Robert de Cotte
(architecte)
 
Louis de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques V Gabriel
(architecte)
 
 
 
Jules Michel Alexandre Hardouin
(architecte)
 
 
 
Jacques Hardouin-Mansart
(Président au Parlement)
 
 
 
 
 
Jules-Robert de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Jacques Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
Jean Hardouin-Mansart de Jouy
(architecte)
 
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Antoine Gabriel
(architecte)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : Robert Nanteuil : portraitiste rémois au siècle de Louis XIV
  2. a, b, c, d et e Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle, p. 252
  3. Jules-Michel Hardouin sur Structurae, consulté le 2 septembre 2010.
  4. Jean-François Cabestan, La conquête du plain-pied. L'immeuble à Paris au XVIIIe siècle, p. 172, 175 et planche 46, éditions A. & J. Picard, Paris, 2004 (ISBN 2-7084-0726-0)
  5. Simon Robert et Evelyne Grunberg, Châteaudun - 1723-1914, de l'incendie à la Belle Époque. Deux siècles d'urbanisme, Ville de Châteaudun, , 191 p. (ISBN 978-2-95223-631-7), p. 21-22
  6. Notice no PA00086039, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Notice no PA00135298, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Note : Germain Gaultier est un neveu de Germain Pilon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bonnet, « Le Château de Meslay », Connaissance des Arts,‎
  • Michel Gallet, « Trois décorateurs parisiens, Michel II Lange, J.-B. Boiston, Joseph Métivier », Bulletin de la société d'histoire de Paris et de l'Ile-de-France,‎
  • Mireille Rambaud, « Une famille d'architectes, les Delespine », Bulletin de la Société d'Histoire de l'Art Français,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]