Louis de Cotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis de Cotte
Présentation
Naissance
Paris
Décès
Fontainebleau
Nationalité Drapeau du royaume de France Royaume de France
Activités Capitaine au régiment de Navarre
Ingénieur
Architecte du Roi
Contrôleur général du château de Fontainebleau
Œuvre
Distinctions Académie royale d'architecture (1718)
Entourage familial
Père Charles de Cotte
Mère Anne Du Fay
Famille Frémin de Cotte (grand-père)
Robert de Cotte (frère)
Jules-Robert de Cotte (neveu)
Louis-François Thourou de Moranzel

Louis de Cotte est un ingénieur, architecte français, né en 1665 à Paris, et mort à Fontainebleau le .

Il est le frère de Robert de Cotte, l'oncle de Jules-Robert de Cotte et le grand-oncle de Louis-François Thourou de Moranzel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans sa lettre d'anoblissement par le roi, on apprend qu'il a d'abord été capitaine au régiment de Navarre.

Il a ensuite été ingénieur du roi pendant les sièges de Suze, Veillance, Cony, Valence, Ath.

Il est architecte du roi, contrôleur général des bâtiments du château de Fontainebleau jusqu'en . Cette fonction est reprise par son petit-neveu, Louis-François Thourou de Moranzel[1].

Il a été anobli en .

Il est nommé architecte de 2e classe à l'Académie royale d'architecture en 1718, architecte de 1re classe en 1724, enregistré en 1725[2],[3].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jehan Mansart (maître maçon)
 
 
 
Jacques Le Roy
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Absalon Mansart (charpentier)
 
 
 
Michelle Le Roy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Germain Gaultier[4]
(sculpteur et architecte)
 
 
 
Marie Mansart
 
François Mansart
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frémin de Cotte
(ingénieur, architecte du roi)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Edme Delisle
(peintre)
 
Michelle Gaultier
 
 
 
Marie Gaultier
 
 
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Nicolas Bodin
(Conseiller du roi, Trésorier de la Prévôté de l'Hôtel)
 
Madeleine Adam
 
Charles de Cotte
 
Anne Du Fay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Delisle-Mansart
(architecte)
 
Marie Delisle
 
Jacques IV Gabriel
(architecte)
 
Michel Hardouin
(architecte)
 
Jules Hardouin-Mansart
(architecte)
 
Anne
Bodin
 
Catherine Bodin
 
Robert de Cotte
(architecte)
 
Louis de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques V Gabriel
(architecte)
 
 
 
Jules Michel Alexandre Hardouin
(architecte)
 
 
 
Jacques Hardouin-Mansart
(Président au Parlement)
 
 
 
 
 
Jules-Robert de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Jacques Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
Jean Hardouin-Mansart de Jouy
(architecte)
 
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Antoine Gabriel
(architecte)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Gallet, Yves Bottineau, Les Gabriel, p. 215, Picard, Paris, 1982 (ISBN 978-2-7084-0086-3)
  2. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, tome VI, p.XIX, 119, Société de l'histoire de l'art français, Édouard Champion, Paris, 1920 (lire en ligne)
  3. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, tome IV, p. 301 (lire en ligne)
  4. Note : Germain Gaultier est un neveu de Germain Pilon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Lemonnier, W. Viennot, Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, tome X, Table générale, p. 79, Librairie Armand Colin, Paris, (lire en ligne)
  • Louis de Grandmaison, Essai d'armorial des artistes français. Lettres de noblesse. Preuves pour l'Ordre de Saint-Michel, p. 306-307, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1903, 27e session (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]