Ange-Antoine Gabriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gabriel.
Ange-Antoine Gabriel
Présentation
Naissance
Versailles
Décès (à 45 ans)
Vichy
Nationalité Drapeau du royaume de France Royaume de France
Activités Architecte, contrôleur des Bâtiments du roi au château de Marly
Œuvre
Distinctions Académie royale d'architecture (1761)
Entourage familial
Père Ange-Jacques Gabriel
Mère Catherine-Angélique de La Motte
Famille Ange-Charles Gabriel (frère)

Ange-Antoine Gabriel est un architecte français, né à Versailles le , et mort à Vichy en (à 45 ans)[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi en 1742, président de l'Académie royale d'architecture, marié le 2 février 1728 à Catherine-Angélique de La Motte (1711-1802). Il est le frère d'Angélique Catherine Jeanne Gabriel (1732-1803), mariée à Michel Pignon (1722-1787), conseiller et secrétaire du roi, fermier général, et d'Ange-Charles Gabriel (1738-1793), qui se fait appeler Gabriel de Saint-Charles, commissaire des guerres et de la Marine, intendant général des finances de la reine, Maître de la garde-robe de Madame.

Élève de Nicolas Marie Potain, il est admis à concourir au grand prix de l'Académie d'architecture, le 12 mai 1760, et obtient le troisième prix[2].

Il a été contrôleur des Bâtiments du roi au château de Marly entre 1761 et 1775[3].

Il est admis architecte de la 2e classe de l'Académie royale d'architecture, le 14 mai 1763, grâce à l'appui de son père.

En 1769, Louis XV offre le château de Louveciennes à sa maîtresse, Madame Du Barry. Il participe à sa modernisation[4].

Il est mort en allant prendre les eaux à Vichy, en 1781.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jehan Mansart (maître maçon)
 
 
 
Jacques Le Roy
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Absalon Mansart (charpentier)
 
 
 
Michelle Le Roy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
François Gabriel
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frémin de Cotte
(ingénieur, architecte du roi)
 
 
 
 
 
 
François Mansart
(architecte)
 
Marie Mansart
 
 
 
Germain Gaultier[5]
(sculpteur et architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques I Gabriel
( -1628)
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anne Du Fay
 
Charles de Cotte
 
 
Nicolas Bodin
(Conseiller du roi, Trésorier de la Prévôté de l'Hôtel)
 
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Marie Gaultier
 
Michelle Gaultier
 
Edme Delisle
(peintre)
 
 
 
Jacques II Gabriel
(1605-1662)
(maître maçon)
 
 
Maurice I Gabriel
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis de Cotte
(architecte)
 
Robert de Cotte
(architecte)
 
Catherine Bodin
 
Anne
Bodin
 
Jules Hardouin-Mansart
(architecte)
 
Michel Hardouin
(architecte)
 
Pierre Delisle-Mansart
(architecte)
 
Marie Delisle
 
Jacques IV Gabriel
(1630-1686)
(architecte)
 
Jacques III Gabriel
(1637-1697)
(maître maçon)
 
Maurice II Gabriel
(1632-1693)
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jules-Robert de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
Jacques Hardouin-Mansart
(Président au Parlement)
 
 
 
Jules Michel Alexandre Hardouin
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
Jacques V Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Hardouin-Mansart de Jouy
(architecte)
 
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Jacques Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Antoine Gabriel
(architecte)
 

La descendance de Gabriel[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, la famille de Gabriel s'est perpétuée dans la famille De Gayardon de Fenoyl.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Note : sa mort est annoncée au cours de la séance du 13 août 1781 de l'Académie royale d'architecture (Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome IX 1780-1793, p. 53, Librairie Armand Colin, Paris, 1926 (lire en ligne)).
  2. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome VII 1759-1767, p. 60, Librairie Armand Colin, Paris, 1922 (lire en ligne)
  3. État général de la France, enrichi de gravures, tome 1, p. 115, Paris, 1789 (lire en ligne)
  4. Voir : Michel Gallet, p. 212.
  5. Note : Germain Gaultier est un neveu de Germain Pilon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Pérouse de Montclos, Ange-Jacques Gabriel (coll. « Monographies d'architectes »), Paris, Éd. du Patrimoine, 2012, 152 p., 170 ill. en couleurs (Voir)
  • Michel Gallet, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, p. 212, Éditions Mengès, Paris, 1995 (ISBN 2-8562-0370-1)
  • Henry Lemonnier, W. Viennot, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome X Table générale, p. 112, Librairie Armand Colin, Paris, 1926 (lire en ligne)
  • Adolphe Lance, Dictionnaire des architectes français, tome 1, p. 289-290, Vve A. Morel et Cie éditeurs, Paris, 1872 (lire en ligne)
  • G. Despierres, Les Gabriel, recherches sur les origines provinciales de ces architectes, p. 468-517, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, Paris, 1895 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]