Lorraine cœur d'acier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lorraine Cœur d'Acier
Description de l'image LCA.CGT.jpg.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social avant 1981 Longwy
Langue Français
Historique
Création 17 mars 1979
Disparition 1981
Diffusion
AM  Non
FM  Non
Numérique  Non
Numérique terrestre  Non
Satellite  Non
ADSL  Non
Streaming  Non
Podcasting  Non

Lorraine Cœur d'Acier est une radio pirate qui fut fondée le 17 mars 1979[1] par la CGT dans la ville de Longwy, en Meurthe-et-Moselle, pour lutter contre les fermetures d'usines dans le milieu sidérurgique[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Animée par les journalistes Marcel Trillat et Jacques Dupont, la radio diffuse quelques heures par jour, illégalement, à partir de la mairie de Longwy-Haut, l'émetteur étant placé sur le sommet du clocher de l'église voisine. À chaque tentative d'évacuation par les CRS, on y sonne le tocsin et des milliers de personnes viennent protéger la radio. La chanson Le Chiffon rouge de Michel Fugain et Maurice Vidalin en constitue l'emblème musical[3].

À l'été 1980, les nouveaux dirigeants de la CGT évincent les deux journalistes et en modifient le contenu. La radio perd de son influence et finit par être évacuée par les CRS début 1981.

La particularité de cette radio résidait dans son ouverture : la parole n'était pas réservée qu'aux syndicats. Quiconque voulait intervenir le pouvait. La porte du "studio" était ouverte à tous : ouvriers, militants ou sympathisants de gauche comme de droite (sauf d'extrême-droite), habitants, du communiste à la religieuse. C'était une radio véritablement libre et fondée sur la solidarité. Des témoignages existent, un livre a par ailleurs décrit cette lutte ("Lorraine cœur d'acier" de David Charrasse, Rodolphe Di Sabatino, Denis Pierron), ainsi qu'un film (« Une radio dans la ville » de Alban Poirier et Jean Serres).

Dans l'ouvrage De Colère rouge, Guy-Joseph Feller affirme que « Lorraine Cœur d’Acier reste l’un des événements les plus considérables des luttes sociales de Longwy (avec les Flammes de l’Espoir ou la première télé pirate, SOS Emploi de la CFDT) en 1978/1979 lors de la crise de la sidérurgie consécutive au premier plan acier (Raymond Barre, premier ministre). Elle aura permis à beaucoup de gens de prendre la parole et de dire leurs vies, de se rassembler aussi autour d’un projet fédérateur et fraternel.»

LCA accueillera aussi beaucoup de politiques comme Georges Marchais, Daniel Cohn-Bendit, Alain Krivine, Françoise Giroud, Jean-Jacques Servan-Schreiber, etc. LCA diffusait aussi de la poésie, de la musique (du jazz) et des histoires de vies.

De 2007 à 2009 un groupe punk rock de Longwy avait repris ce nom en hommage. Les membres du groupe portaient des bleus de travail noirs de suie ainsi qu'un casque d'ouvrier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Charrasse, Rodolphe Di Sabatino, Denis Pierron, Lorraine cœur d'acier, F. Maspero, , p. 33
  2. Lorraine Cœur d'Acier 100 ans de radio, consulté le 2 août 2014.
  3. Radio « Lorraine cœur d’acier » sur Institut d'histoire sociale du Val-de-Marne, consulté le 2 août 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]