Marcel Trillat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marcel Trillat, né le (77 ans)[1] à Seyssinet-Pariset (Isère), est un journaliste, réalisateur de films documentaires et auteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Trillat devient journaliste à l'ORTF en 1965 en collaborant au magazine Cinq colonnes à la Une. Il participe également à des entreprises collectives militantes comme UNICITE ou le CREPAC (Centre de Recherche sur l'Education Permanente et l'Action Culturelle) qu'il transformera en société de production avec Roger Louis. En 1976 dans le cadre d'une formule rajeunie de L'Humanité Dimanche, il y ouvre avec Marcel Bluwal une rubrique de reportages, Une vie. Il a publié depuis lors plusieurs articles dans L'Humanité. En 1979-1980, il participe, avec un autre journaliste, Jacques Dupont à la radio libre Lorraine Cœur d’Acier mise en place par la CGT au moment des luttes syndicales du bassin sidérurgique de Longwy.

Il entre à Antenne 2 en 1981 et y gravit les échelons de la rédaction pour devenir directeur adjoint de l’information en 1989. Il est administrateur, élu CGT, de France Télévisions[2] de 2001 à son départ en retraite en 2006. Il réalise actuellement des documentaires. En 2007, il a reçu le Grand Prix de la SCAM pour l'ensemble de son œuvre[3].

Ses principes éthiques et convictions franches lui ont valu des déboires : licenciement en 1968, mise à l'index par la CGT en 1980[4], « mis au placard » de France 2 en 1986 (par la droite) et en 1991 (par la gauche).

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Marcel Trillat est un soutien de longue date du PCF ainsi que du Front de gauche aux élections européennes de 2009[5]. En 2011, il soutient publiquement Jean-Luc Mélenchon candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle [6].

Le 30 novembre 2015, il est parmi les signataires de l'Appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence »[7],[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Trillat, Marcel », notice d'autorité sur le catalogue Bn-Opale Plus de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Charlie Kmiotek, voir sur acrimed.org.
  3. Voir sur le-temps-du-jt-marcel-trillat.fr.
  4. http://www.franceculture.fr/emissions/jeux-darchives-07-08/marcel-trillat
  5. S. Z., « Le soutien des intellectuels divise la gauche de la gauche », Le Monde du 4 juin 2009, p. 11.
  6. « Ils et elles votent Front de gauche » sur humanité.fr].
  7. Collectif, « L'appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence » », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  8. AFP, « État d'urgence : 58 personnalités revendiquent la liberté de manifester », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]