Lonsdaléite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lonsdaléite
Catégorie I : Éléments natifs[1]
Général
Classe de Strunz 1.CB.10b
Formule chimique C   [Polymorphes]
Identification
Masse formulaire[4] 12,0107 ± 0,0008 uma
C 100 %,
Classe cristalline et groupe d'espace dihexagonale-dipyramidale
Système cristallin hexagonal
Échelle de Mohs 3[2] ou 7-8[3]
Propriétés optiques
Indice de réfraction ω= 2,404, ε=2,404
Biréfringence Δ=2,404
Propriétés chimiques
Densité 3,3-3,52
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La lonsdaléite est un minéral qui est, avec le diamant et le graphite, l'une des trois formes cristallisées naturelles du carbone. C'est un élément natif très rare ; il a été découvert en 1967 dans le cratère météoritique de « Canyon Diablo » en Arizona. Le nom « lonsdaléite » vient de Kathleen Lonsdale (1903-1971), cristallographe anglaise.

La lonsdaléite est l'allotrope hexagonal du diamant. L'empilement des atomes de carbone dans la lonsdaléite est de type AABB, au lieu de AABBCC dans le diamant : ce sont deux polytypes, qui diffèrent par l'empilement des atomes de carbone. Dans les deux polytypes, ceux-ci ont une coordination tétraédrique.

En février 2009, une équipe internationale de chercheurs, menée par Zicheng Pan à l'université Jiao-tong de Shanghai, a montré que la lonsdaléite résiste à 58 % de pression de plus que le diamant[5].

Structure cristalline de la lonsdaléite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Lonsdaleite, sur mindat.org.
  3. Lonsdaleite Mineral Data.
  4. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  5. Maxime Lambert, « Le diamant n'est plus le matériau naturel le plus dur », Maxisciences, (consulté le 10 octobre 2017).