Lizabeth Scott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scott.
Lizabeth Scott
Description de cette image, également commentée ci-après

Photographiée en 1947

Naissance
Scranton (Pennsylvanie)
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 92 ans)
Los Angeles (Californie)
États-Unis
Profession Actrice
Films notables En marge de l'enquête
Pitfall
Fais-moi peur
Amour frénétique

Lizabeth Scott est une actrice américaine née le à Scranton, Pennsylvanie (États-Unis), de parents slovaques[1] et décédée le 31 janvier 2015 à Los Angeles d'une insuffisance cardiaque à l'âge de 92 ans[2].

Scott a essentiellement bâti sa notoriété sur ses rôles de femme fatale lors de l'époque classique hollywoodienne. Ses regards jugés "étouffants" et sa voix enrouée lui ont valu d'être souvent comparée à Lauren Bacall[2]. Jouissant d'une telle popularité, son image fut utilisée pendant les années 1940 dans des publicités publiées dans les magazines pour la Royal Crown Cola[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît sous le nom d'Emma Matzo. Son père était un épicier d'origine russe[3].

Très active dans les années 1940 et les années 1950, Lizabeth Scott s'est surtout illustrée dans le registre du film noir, dans le rôle type de la femme fatale. Elle a notamment joué aux côtés de Humphrey Bogart, Burt Lancaster, Barbara Stanwyck, Van Heflin et d'autres. Elle tient le rôle principal dans des films comme En marge de l'enquête (Dead Reckoning, 1947), Pitfall (1948), ou encore dans Too Late for Tears (1949).

Scott décide, pour un temps, de se tourner vers d'autres projets comme la comédie Fais-moi peur (Scared Stiff, 1953) avec le duo Dean Martin/Jerry Lewis mais aussi le film musical Amour frénétique (Loving you, 1957) avec en vedette Elvis Presley.

Néanmoins, sa carrière s'essouffle en corrélation avec la lassitude du public américain pour le film noir.

Ironiquement, sa dernière apparition cinématographique est dans une parodie d'un film noir, le genre qui l'a révélée, du nom de Retraite mortelle (Pulp, 1972)[2].

Politiquement, Lizabeth Scott s'est toujours engagée auprès des républicains conservateurs. Elle a d'ailleurs affiché publiquement son soutien pour Ronald Reagan à trois reprises tout au long de sa carrière politique[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Son unique album jazz enregistré dans les années 1950 montre un talent certain pour la chanson. Il est ressorti en 2009 en version CD.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les fiches de Monsieur Cinéma, Images et Loisirs
  2. a, b et c (en) « Film noir actress Lizabeth Scott dies at 92 », sur LA Times,‎
  3. a, b, c et d (en) « Lizabeth Scott - Biography », sur IMDb (consulté le 7 février 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Julien Gester, « Lizabeth Scott, une autre femme fatale met les voiles », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Antoine Sire, « Lizabeth Scott, mieux qu'une Lauren Bacall du pauvre », Slate,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]