Quatre étranges cavaliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Quatre étranges cavaliers
Réalisation Allan Dwan
Scénario Karen de Wolfe
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 81 min
Sortie 1954

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Quatre étranges cavaliers (Silver Lode) est un film américain d’Allan Dwan sorti en 1954.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la petite ville de Silver Lode, le jour de son mariage, Ballard est accusé de meurtre par quatre cavaliers inconnus, dont l’un, nommé Ned Mac Carthy se dit « federal marshall ». Progressivement, Ballard, au départ largement soutenu par la population de Silver Lode, voit ses appuis se défaire, ses amis douter puis se retourner contre lui. Une chasse à l'homme s'ensuit. Ballard parvient à établir son innocence et Mac Carthy est tué d'une balle ricochant sur une cloche de la liberté. Mais, amer, Ballard indique qu’il se retranchera avec son épouse dans une claustration conjugale étroitement apparentée à un retrait volontaire de la vie sociale de Silver Lode.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Analyse[modifier | modifier le code]

Ce western de 1954, fit longtemps partie du panthéon de la critique française (cf. le Western, sources, mythes, auteurs, acteurs, filmographies, sous la dir. de Raymond Bellour, UGE, 1966) en raison de sa mise en cause du maccarthysme. Un des accusateurs de Ballard se nomme précisément Mac Carthy et mourra très symboliquement d'une balle ricochant sur une cloche de la liberté. Le film évoque Le Train sifflera trois fois mais en diffère par sa fin, nettement plus pessimiste. Dans Le Train sifflera trois fois, Gary Cooper et Grace Kelly quittent la ville qui les a rejetés, mais le film leur ouvre la possibilité de construire et de se reconstruire ailleurs. Dans Quatre étranges cavaliers, le choix de Ballard de rester dans la ville qui était prête à le lyncher, dans un repli conjugal amer, représente un retrait volontaire de la communauté dont il a pu éprouver le caractère factice.

Allan Dwan s’appuie sur une distribution solide où, parmi de nombreux seconds rôles, émerge la figure de Dan Duryea (Mac Carthy), habitué aux rôles de crapules cyniques (Fritz Lang l’utilisa dans Espions sur la Tamise, la Rue rouge et La Femme au portrait par exemple). Dans un petit rôle, on retrouve Harry Carey Jr. que John Ford fit tourner à maintes reprises.

Influence[modifier | modifier le code]

  • La première scène de Quatre étranges cavaliers (des enfants jouent dans la rue, ils lèvent les yeux, des cavaliers arrivent) annonce celle de La Horde sauvage de Sam Peckinpah, celui-ci utilisant à peu de chose près les mêmes cadrages que son prédécesseur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]