Limbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Limbourg (homonymie).

Le Limbourg est une région historique située aux environs des villes de Liège (Belgique), Maastricht (Pays-Bas) et Aix-la-Chapelle (Allemagne).
Divers lieux et entités politiques sont associés à cette appellation, les deux plus notoires étant actuellement :

Le nom évoque initialement le duché de Limbourg, fondé en 1101, succédant au Comté de Limbourg.

Toutes ces entités doivent leur nom à la ville de Limbourg.

Localités[modifier | modifier le code]

Entités politiques sous l’ancien régime[modifier | modifier le code]

Carte du Duché de Limbourg

Entités politiques dans la période révolutionnaire française et l’Empire[modifier | modifier le code]

Provinces après 1815[modifier | modifier le code]

  • Lors du Congrès de Vienne en 1815, au démantèlement de l’Empire français, l’ancien département français de la Meuse-Inférieure (1795-1814) est attribué (avec le reste de la Belgique sauf le Luxembourg qui devient un grand-duché indépendant allié dans la Confédération germanique) aux Pays-Bas, en compensation des pertes coloniales des Pays-Bas dans son alliance avec la France contre l’Angleterre, et l’ancien département français devient la province de Limbourg (néerlandaise) et l’une des dix-huit provinces du nouveau Royaume des Pays-Bas. Le nom de Limbourg est donné à cette province, bien qu'elle ne comprenne que quelques kilomètres carrés de l'ancien duché de Limbourg, à la demande expresse de Guillaume Ier, qui ne voulait pas voir disparaître ce nom prestigieux[1]. Toutefois cette province ne comprend pas les régions des Pays-Bas belges attribuées au royaume de Prusse. Son chef-lieu est Maastricht (l’ancienne préfecture française), les sous-préfectures sont conservées à Ruremonde et Hasselt).
  • En 1830, la Belgique se soulève et déclare son indépendance des Pays-Bas : la totalité du Luxembourg est alors belge (sauf la citadelle de Luxembourg, tenue par l'armée prussienne), de même que presque toute la province de Limbourg (belge, chef-lieu : Hasselt, sous-préfecture Ruremonde) sauf la forteresse de Maastricht qui reste sous contrôle néerlandais durant toute la guerre belgo-néerlandaise (1831-1839).
  • En 1839, après le Traité des XXIV articles signé à Londres, le Royaume des Pays-Bas reconnait l'indépendance du Royaume de Belgique, la Belgique doit cependant céder une partie du Luxembourg (le Grand-duché de Luxembourg reste indépendant en union personnelle avec les Pays-Bas) et de l'ancienne province de Limbourg (1815-1839) qui est alors scindée entre les deux actuelles provinces :
  • Aujourd’hui, le Limbourg allemand désigne la région historique de l’ancien Limbourg à l'est d’Aix-la-Chapelle, région historiquement accordée à la Prusse lors du Congrès de Vienne, et prise sur les anciens Pays-Bas autrichiens mais non restituée avec le reste de la Belgique lors de la création des Pays-Bas.

Anecdote[modifier | modifier le code]

La ville de Limbourg, à l'origine de l'appellation de ces différents territoires ou entités politiques, ne fait plus partie d'aucun d'entre eux. Elle se situe en effet en Province de Liège en Belgique, alors que les provinces néerlandaise et belge se trouvent au plus près à une vingtaine de kilomètres vers le nord et le nord-ouest.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, tome 1, Les Racines de la Belgique, éditions Racine, Bruxelles, 2000 (ISBN 978-2-87386-218-3), p. 45 et note 13.

Articles connexes[modifier | modifier le code]