Ligne de L'Aigle à La Hutte - Coulombiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
L'Aigle à La Hutte-Coulombiers
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies L'Aigle, Tourouvre, Mortagne-au-Perche, Bellême, Mamers
Historique
Mise en service 1881
Fermeture Ligne fermée
Concessionnaires État (1875 – 1883)
Ouest (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1994)
Ligne déclassée (à partir de 1994)
Caractéristiques techniques
Longueur 100,8 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne ferroviaire de L'Aigle (Laigle) à La Hutte-Coulombiers est une ancienne ligne de chemin de fer française, se trouvant dans le département de l'Orne et de la Sarthe et les régions Basse-Normandie et Pays de la Loire.

Cette ligne traversait l'Est du département de l'Orne, c'est-à-dire le Perche ornais et le pays d'Ouche méridional, ainsi que le nord-est du département de la Sarthe, c'est-à-dire la région du Saosnois. Elle reliait entre elles la gare de L'Aigle à la gare de La Hutte-Coulombiers en passant par le nœud ferroviaire de Mortagne-au-Perche et desservait au passage les villes de Tourouvre, Bellême et Mamers, raccordant ces dernières au reste du réseau ferré.

La gare, tout comme la commune, s'écrivait Laigle jusqu'en 1961.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier tronçon de la ligne, composée de l'assemblage des itinéraires de Mamers à Mortagne-au-Perche et de Mortagne-au-Perche à L'Aigle, est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt général, par une loi le [1],[2].

La ligne « de La Hutte à Mamers, sur la ligne de Mamers à Saint-Calais » est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 31 décembre 1875. La convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare la ligne d'utilité publique[3].

Les lignes de Mamers à Mortagne-au-Perche et de Mortagne-au-Perche à L'Aigle sont cédées par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[4].

  • Le , mise en service de la section entre Bellême–Saint-Martin et Mamers
  • Le , mise en service de la section entre Mortagne-au-Perche et Bellême–Saint-Martin
  • Le , mise en service de la section entre L'Aigle et Mortagne-au-Perche
  • Le , grave accident en gare de Randonnai–Irai, collision frontale de deux trains, 5 morts et une vingtaine de blessés.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Plan de la ligne[modifier | modifier le code]

Voir schéma de ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 4891 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de plusieurs chemins de fer dans la région Ouest : 16 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 285,‎ , p. 1281 - 1283 (lire en ligne).
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, 1875, pp. 625–626 [lire en ligne]
  3. « N° 4907 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de plusieurs chemins de fer et approuve la convention passée avec la Compagnie de l'Ouest pour la concession desdits chemins de fer : 31 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 286,‎ , p. 1310 - 1315 (lire en ligne).
  4. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée, le 17 juillet 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 359 - 367 (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]