Ligne de Forcalquier à Volx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ligne Forcalquier - Volx)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Forcalquier à Volx
Image illustrative de l’article Ligne de Forcalquier à Volx
Entrée en gare de Forcalquier au début du XXe siècle
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Forcalquier
Historique
Mise en service 1890
Fermeture 1956
Concessionnaires PLM (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1970)
Ligne déclassée (à partir de 1970)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 921 000
Longueur 14,8 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 30,2 
Nombre de voies Voie unique

La ligne de Forcalquier à Volx est une ancienne ligne de chemin de fer française à écartement standard et à voie unique de la Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle reliait les communes de Volx et Forcalquier et a été déclassée.

Elle constituait la ligne 921 000 du RFN.

Description[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté Forcalquier, elle franchit le Viou sur un viaduc de 136m, traverse un tunnel avant la gare de Mane puis arrive en gare de Saint-Maime - Dauphin où elle est rejointe par l'ancienne ligne de Cavaillon à Saint-Maime - Dauphin. Après trois ponts sur le Largue, elle traverse un court tunnel sous le rocher de Volx pour rejoindre la ligne Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles (Via Grenoble) en gare de Volx.

Historique[modifier | modifier le code]

La loi du portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 132, une ligne de « Volx à Apt, avec embranchement sur Forcalquier »[1].

La déclaration de l'utilité publique de l'établissement de la ligne est prononcée par la loi n° 10.275 du [2]. La loi précise que la ligne doit passer « par ou près Mane (sic) et Saint-Maime-Dauphin ». La ligne est concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le . Cette convention est approuvée par une loi le suivant[3]. Elle est ouverte le .

Pendant son exploitation, la ligne sert à transporter le lignite de la mine de Saint-Maime vers les usines du département[réf. souhaitée] et le calcaire de la carrière de la Roche-Amère à Villeneuve vers les fours à chaux de Saint-Auban[4].

La ligne est fermée au trafic voyageurs de Volx à Forcalquier le , et à tout trafic le .

L’emprise de la voie est utilisée pour le passage de route dans différents secteurs :

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le Viaduc des Latins[modifier | modifier le code]

Viaduc des Latins

Le viaduc à l'entrée de Forcalquier, d'une longueur de 136 mètres, a été bâti de 1882 à 1887, sous la direction des ingénieurs Jourdan et Soclet. Le viaduc compte 7 arches, la portée de l'arc est d'environ 13 mètres et le tablier d'une largeur de 11 mètres. Depuis 1960 il est utilisé par la route nationale 100 (déclassée en départementale depuis 2007) [6].

La cérémonie de pose de la première pierre, le [7], coïncide avec l'organisation cette année des Fêtes latines à Forcalquier, ce qui explique la présence à cette inauguration du poète Vasile Alecsandri[8]. À cette occasion, Léon de Berluc-Pérussis fait de ce pont le symbole des liens qui unissent les peuples latins ; encore visible aujourd'hui, une dédicace est déclinée sur le pont en latin, français, provençal, italien, languedocien, ladin, aquitain, espagnol, catalan et roumain[9]. Il porte également une plaque en mémoire de toutes les personnes qui s’y sont suicidées[10].

Le tunnel de Mane[modifier | modifier le code]

Il est aujourd'hui utilisé par les champignonnières de Mane.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  2. Bulletin des lois de la République française, imprimerie nationale, 1881, p. 66 lire (consulté le 08/10/2009).
  3. « N° 14213 - Loi qui approuve les conventions passées, les 26 mai et 9 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 325 - 333 (lire en ligne).
  4. « À la découverte de la carrière de granulats de la Roche-Amère », La Provence, 16 octobre 2012, p. 8
  5. « Bulletin municipal »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Saint-Maime, no 13, mars 2003, p. 3
  6. Les informations techniques sur le viaduc sont issues du site « Structurae » (consulté le 11 octobre 2009), qui renvoie à Philippe Auran, D'une rive à l'autre, Les Alpes de lumière, Forcalquier, (ISBN 2906162817) pp. 80-81
  7. "Fêtes latines internationales de Forcalquier et de Gap", Gap, 1882, page 135. Les fêtes elles-mêmes durèrent du 13 au 17.
  8. Valeriu Rusu, Le roumain: langue, littérature, civilisation, Ophrys, (ISBN 270800669X), p. 55
  9. « Ville de Forcalquier, découvrir Forcalquier, patrimoine » (consulté le 11 octobre 2009)
  10. dont récemment un ancien conseiller municipal, « Forcalquier : Pierre Macina n’est plus », La Marseillaise, 4 février 2013, p. 8.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Lévy, « Le Transluberonais de Cavaillon à Volx et à Forcalquier », Connaissance du Rail, no 144,‎ , p. 9-16

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres sites[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]