Les Conjurés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Conjurés
7e épisode de la série Le Décalogue
Scénario Frank Giroud
Dessin Paul Gillon
Genre(s) Historique

Langue originale Français
Éditeur Glénat
Première publication 2002
Nb. de pages 56
Albums de la série

Les Conjurés est une bande dessinée, genre historique, réalisée par Frank Giroud (scénario) et Paul Gillon (dessinateur), appartenant à la série Le Décalogue, et éditée en 2002 par Glénat.

C'est le septième tome de la série.

Analyse de l'épisode[modifier | modifier le code]

10 commandements de la Dernière Sourate[modifier | modifier le code]

La série "Le Décalogue" est basée sur les 10 commandement qui formeraient la dernière sourate. ils furent inscrites sur l'omoplate d'un dromadaire. Chaque épisode met en lumière un commandement:

"Tu ne tromperas ceux qui t'aiment."

Fait référence à la trahison de Benjamin Fleury envers sa belle mère, Hortense Fleury et son père , le général Fleury.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1822 à Paris, Hortense Fleury se retrouve, par l'entremise d'Odilon Vitrac, dans la Charbonnerie. Cette franc-maçonnerie qui veut renverser le pouvoir est pourchassée par la Sureté de l'État, dont l'inspecteur Bompaire.

Pour financer les activités de la société secrète, Hortense décide d'éditer un ouvrage exceptionnel en sa possession, ’´Nahik’´.

Les premières impressions de l'œuvre font l'admiration, en particulier les aquarelles de Desnouettes. Il sera publié. Mais un incendie de l'imprimerie anéanti tout.

A la fin de l'épisode, Benjamin Fleury, installé au Caire raconte sa trahison à Ferdinand de Lesseps. Par la suite, il quitte le Caire pour aller sur les traces de Feu son oncle Hector Fleury durant la Campagne de Bonaparte en Égypte.

Personnages fictifs[modifier | modifier le code]

  • Hortense Nadal, sœur cadette de Ninon Nadal, mariée à Alexandre Fleury, membre de la Charbonnerie.
  • Alexandre Fleury, Général invalide de guerre, veuf de Ninon Nadal, remarié à Hortense Nadal.
  • Benjamin Fleury, fils de Ninon Nadal.
  • Odilon Vitrac, lieutenant au 28ème Cavalerie, membre de la Charbonnerie, amant de Hortense Fleury.
  • Docteur Dupuy: Médecin de la famille Fleury
  • Bompaire, inspecteur de la Sûreté
  • Alban Jouvel, imprimeur éditeur, membre de la Charbonnerie
  • Armand Bailleul, graveur, membre de la Charbonnerie. c'est lui qui effectuera les reproductions des aquarelles par chromolithographie. Il mettra en contact Hortense avec Jaques Charles Brunet.
  • Maxime Cremieux, Superviseur à la Compagnie Royale d'Assurances, membre de la Charbonnerie. Suite à l'incendie de l'imprimerie de Jouvel, Il falsifiera le contrat d'assurances de Jouvel au profit de la Charbonnerie .
  • Philibert Cottereau, membre de la Charbonnerie
  • Jérôme Figueur, membre de la Charbonnerie
  • Marcelin Caudal, membre de la Charbonnerie

Synoptique de l'épisode[modifier | modifier le code]

Tableau synoptique
Chapitre Titre Résumé pg
1 Exécution des quatre sergents Hortense Fleury et son beau fils Benjamin vont rencontrer Le Lieutenant Vitrac lors d'une manifestation violente. C'est la première fois que l'on voit inspecteur Bompaire 1
2 Rencontre à l'Hôtel Fleury Le lieutenant Vitrac explique qui fait partie de la Charronnerie. Hortense mentionne sa volonté d'en faire partie. 8
3 Intronisation à la Charbonnerie Vitrac amène Hortense Fleury à une réunion secrète. Elle fera connaissance des différents membres de sa loge. 10
4 La soirée à l'opéra C'est un moment clé du livre. Le jeune Benjamin Fleury ressent de la jalousie envers Odilon Vitrac. Durant la soirée, il fait connaissance de l'inspecteur de la Sûreté Bompaire. Hortense mentionne qu'elle donnera le manuscrit du Nahik pour financer les projets de la Charbonnerie 16
5 Présentation du Nahik à la Charbonnerie Hortense donne les manuscrits du Nahik à la Charbonnerie. Le Nahik est encensé par la Charbonnerie, voyant en lui une œuvre qui sera vendue à de nombreux exemplaires. 22
6 L'incendie de l'imprimerie Suite à une émeute, l'imprimerie d'Alban Jouvel est incendiée. Toutes les copies du Nahik partent en fumée. L'œuvre ne sera jamais connue du grand public.

Ce soit là, le jeune Benjamin arrive en retard à la maison. sera t'il passé chez Bonpaire pour le tenir au courant des agissement de la Charronnerie ?

29
7 Le piège L'inspecteur Bompaire, au courant des prochains agissements de la Charbonnerie, prépare un piège. Sauvée de justesse à l'arrestation, Hortense revient chez elle. Se sentant trahi, le Général Fleury envoie sa femme et son enfant en sécurité en province. Mais Hortense, par amour, décide de rester à Paris pour sauver son amant. 32
8 L'évasion Hortense Fleury organise l'évasion de son amant. Cela se passe mal. L'inspecteur Bompaire au courant, leur tend un piège. Hortense et son amant meurent sous les balles de la police. 42
9 Épilogue Au Caire en 1869, année de l'inauguration du Canal de Suez, Benjamin avoue sa culpabilité à son ami et associé, Ferdinand de Lesseps. Benjamin décide de retourner sur les traces de feu son oncle, Hector, pour en savoir plus sur le Nahik. 50

Moment(s) clé[modifier | modifier le code]

Soirée à l'Opéra: Le jeune Benjamin Fleury ressent de la jalousie envers Odilon Vitrac. Durant la soirée, il fait connaissance de l'inspecteur de la Sûreté Bompaire. Par la suite, pour éliminer Vitrac, il trahira sa mère en révélant les activités de la Charbonnerie à Bompaire (pg 28).

Intrigue amoureuse[modifier | modifier le code]

L'épisode, sans la mentionner implicitement, décrit une relation platonique entre Hortense Fleury et Odilon Vitrac. La jeune Hortense mariée par devoir suite au décès de sa sœur explique son engagement (pg 21). Cela ne lui empêche d'avoir des fantasmes érotiques envers Odilon (pg 23). Elle avouera même qu'elle se consume pour lui (pg 27). Cette amour est soutenue par la narration du texte (pg 3-10-16-27-42). À la fin de l'épisode, avant de mourir sous les balles de la police, Hortense avouera son amour pour Odilon (pg 49). Le premier et dernier baisé.

Odilon, quand à lui, reste discret dans sa démarche amoureuse, mais présent.

Le Général Fleury se doute de la situation, mais ne dit rien (pg 36). Par contre, le jeune Benjamin réagit dans une crise de jalousie aux répercussions importantes dont la perte de sa deuxième mère (pg 51).

Mise en échec[modifier | modifier le code]

La mise en échec dans cet épisode survient avec l'incendie de l'imprimerie qui contient l'ensemble des reproductions du Nahik qui devait révéler l'œuvre au grand jour.

Seul survivent le premier exemplaire et le manuscrit de l'œuvre (pg 27).

Lien avec les autres épisodes[modifier | modifier le code]

L'épisode suit la saga de la famille Fleury-Nadal sur la trame du Nahik.

Interprétation du titre de l'épisode[modifier | modifier le code]

Les Conjurés désignent les Bons Cousins et Bonne Cousines de la Charbonnerie qui fomentent un complot visant à renverser le pouvoir établi.

Image de la page couverture[modifier | modifier le code]

L'image symbolise l'obsession de l'inspecteur Bompaire dans sa quête contre la Charbonnerie (La canne, le chapeau, les menottes) et la trahison du jeune Benjamin Fleury (la carte pointée du cercle par un crayon rouge).

Autour de l'épisode[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L'action de l'épisode se passe à Paris de 1822 à 1823 durant la fin de la 2ème Restauration, période qui suit les Cent-Jours de l'empereur Napoléon Ier avec sa chute à la bataille de Waterloo en 1815.

Le Roi Louis XVIII est au pouvoir. Les Bonapartistes essayent de le lui reprendre.

Le livre commence sur l'exécution des quatre sergents de La Rochelle sur la place de place de Grève, le 21 septembre 1822. Il met en scène la lutte entre les Libéraux par le biais de la Charbonnerie (francs maçonnerie) et les Royalistes par le biais de Louis XVIII. Cette lutte est aussi présente dans la campagne d'Espagne que Louis XVIII va effectuer en 1823.

Personnages historiques[modifier | modifier le code]

  • Louis XVIII. Roi de France. Il était surnommé le "Gros Louis" vu sa condition physique. On y fait souvent référence dans l'épisode.
  • Bourbons (pg 28): Un toast est portée part les Bonapartistes contre le Roi XVIII.
  • Joseph de Villèle (pg 9 et 39): Président du Conseil des ministres entre 1821 et 1828. Il est un très farouche opposant à la Charbonnerie. Royaliste convaincu, il soutient le Roi dans la campagne d'Espagne contre les Libéraux.
  • François-René de Chateaubriand (pg 15): Écrivain et ministre des affaires étrangères sous Louis XVIII. Il est ultra royaliste. Il est considéré comme un des pères de Romantisme français. Durant le repas d'intronisation d'Hélène Fleury à la Charbonnerie, Vitrac y fait référence en mentionnant l'approche de la campagne d'Espagne.
  • Khédive (pg 10): titre de sultan. Le jeune Benjamin Fleury explique qu'il sera plus tard un grand chevalier qui soutiendra le Khédive d'Égypte
  • Jacques Charles Brunet, (pg 27): Bibliographe. C'est un ami d Alban Jouvel, imprimeur. Il mentionne que le roman Nahik sera une œuvre littéraire marquante.
  • Étienne Nicolas Méhul (pg 19): Compositeur de l'opéra Joseph en Égypte. Il était assez proche de Napoléon Ier. Le Lieutenant Vitrac dit que pour la Sureté, beaucoup de personnes qui viennent voir son œuvre sont des nostalgiques de l'Empire.
  • Jean-François Champollion (pg 17): Savant qui perce en 1822 le secret des hiéroglyphes. Le Lieutenant Vitrac mentionne sa nouvelle découverte.
  • Victor Hugo (pg 22), école des Romantiques français. Alban Jouvel compare l'écrivain Alan D, père du Nahik à l'École du Romantisme.
  • Charles Nodier (pg 22), école des Romantiques français . A. Jouvel compare l'écrivain Alan D, père du Nahik à l'École du Romantisme.
  • Alfred de Vigny (pg 22), école des Romantiques français . A. Jouvel compare l'écrivain Alan D, père du Nahik à l'École du Romantisme.
  • Alphonse de Lamartine (pg 22), école des Romantiques français. A. Jouvel compare l'écrivain Alan D, père du Nahik à l'École du Romantisme.
  • Aloys Senefelder (pg 22): acteur, inventeur de la Chromolithographie et imprimeur allemand. Les aquarelles figurant dans le Nahik seront lithographiées.
  • Ferdinand de Lesseps (pg 54), entrepreneur français qui pilota le creusement du canal de Suez. Il est le confident de Benjamin Fleury.

Références historiques[modifier | modifier le code]

  • Charbonnerie (pg 8): Franc-maçonnerie.Le lieutenant Vitrac en fait partie. À la page 20, on explique comment elle fonctionne (Vente - Bons Cousin, ...)
  • Féminisme (pg 9 - 11): Hortense Fleury revendique la place des femmes dans la lutte politique en devenant membre de la Charbonnerie.
  • Les Gobelins (pg 10) : Armand Bailleul mentionne qu'il travaille dans la gravure pour les Gobelins
  • Campagne d'Espagne de Louis XVIII en 1823 (pg 15): Dans l'épisode, cela donnera à la Charbonnerie une opportunité de faire un coup d'état, car les garnisons des villes seront mobilisées en Espagne.
  • Opéra Joseph en Égypte (pg 15): Hortense et son fils Benjamin Fleury ainsi le Lieutenant Vitrac assiste à cet opéra.
  • Égyptomanie (pg 15): Cette référence est en toile de fond.
  • Bataille de Friedland (pg 17): Bataille de Napoléon en 1807 contre les Russes.
  • Avril 1822 (pg 29): Entrée en guerre de la France contre les Libéraux espagnols. Paris connait beaucoup de tensions sociales. L'imprimerie d'Alban Jouval passera au feu lors d'une émeute.
  • Chromolithographie. (pg 22); Ce principe qui est nouveau permettra de lithographier les aquarelles dans le Nahik
  • École des Romantiques (pg 22): On y fait référence pour comparer la majestueuse œuvre du Nahik.
  • Méditations de Lamartine (pg 22): Elles servent de référence pour comparer l'œuvre du Nahik.
  • 18 avril 1822 (pg 34): Manifestation populaire à Paris contre la campagne d'Espagne. La Charbonnerie veut en faire un coup d'état.
  • Percement du canal de Suez (pg 54): Il est mentionné à la fin de l'épisode que Benjamin Fleury a aidé à contribuer à cet ouvrage architecturale.

Lieux mentionnés[modifier | modifier le code]

  • Place de Grève, Paris (pg 01): Lieu de l'exécution des quatre sergents de la Rochelle. c'est là que se tenait les exécutions sous l'Ancien Régime.
  • Rue de l'Arbalète, Paris (pg 12) : siège du la confrérie d'une des loges maçonniques.
  • Opéra Comique, Paris (pag 15): Lieu où ils iront voir Opéra Joseph en Égypte .
  • Rue Mercière, Paris (pg 19): nom fictif. Rue où loge l'inspecteur Bompaire. L'hôtel Fleury se trouve à proximité.
  • Quartier de La Bièvre, Paris (pg 25): Endroit ou travail Armand Bailleul sur les aquarelles du Nahik
  • Rue du Fer à Moulin, Paris (pg 29): Imprimerie d'Alban Jouvel.
  • Angles des rue Saint Médard et Rue Mouffetard, Paris (pg 34): Endroit où se tiendra une escouade de Bompaire pour arrêter la Charbonnerie
  • Mourioux (Pg 39): Village dans la Creuze où la tante du Général Fleury possède une maison.
  • Prison Sainte-Pélagie, Paris (pg 43): Endroit où sera incarcéré le Lieutenant Vitrac.
  • Rue Gozlin, Paris (pg 46): Attrapés en sourcière par Bompaire, rue par laquelle Vitrac, Hortense , Bailleul tentent de fuir.

Publications en français[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]