Le Val d'enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Val d'enfer
Réalisation Maurice Tourneur
Scénario Carlo Rim
Acteurs principaux
Sociétés de production Continental-Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 88 minutes
Sortie 1943

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Val d'enfer est un film français réalisé par Maurice Tourneur et sorti en 1943.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Noël Bienvenu, patron d'une carrière en Haute-Provence, est veuf et vit avec ses parents. Son fils Bastien, qu'il méprise, a été condamné à six mois de prison pour vol. Noël va voir un ami mourant, Romieux, qui lui demande de s'occuper de sa fille Marthe, installée à Marseille. Noël s'y rend et découvre que Marthe est sans ressources (son amant Gaston étant un truand incarcéré) : il lui propose alors de venir vivre chez lui et bientôt, l'épouse...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Au moment d'une diffusion télévisée en 1990, Patrick Brion écrivait dans Télérama, sous le pseudonyme d'André Moreau :

« Le Val d'enfer est un drame réaliste, où s'entrecroisent les rapports d'un homme rude avec sa famille et l'influence maléfique d'une « femme fatale », à laquelle Ginette Leclerc prête sa sensualité à fleur de peau. Remarquablement dirigés par Tourneur, les protagonistes de ce conflit âpre et tragique vont aller jusqu'au bout de leur passion. Intéressant par sa construction dramatique, Le val d'enfer est un document passionnant sur la manière de vivre de l'époque et les relations entre Noël et ses parents. On remarquera notamment le comportement de la mère de Noël, réduite au silence par son mari et son fils, ne mangeant d'ailleurs même pas avec eux à table, comme une domestique. D'abord tendues, les relations entre Bastien et son père prennent peu à peu une nouvelle dimension et il est difficile de ne pas être ému lorsque le jeune homme, de retour chez son père, laisse simplement échapper : « J'ai faim ». Tourneur utilise avec beaucoup d'intelligence les décors rudes de cette carrière de pierre et de ses environs, un univers aussi impitoyable que le caractère de Noël, prisonnier d'habitudes et de traditions. Il crée autour de cet homme un monde familial et ouvrier parfaitement réussi. L'arrivée de Marthe, pulpeuse et provocante, ne peut que bouleverser cet univers qui paraissait immuable. Le val d'enfer, relativement peu connu, est un reflet inhabituel de la France au début des années 40 (dégagée ici de toutes préoccupations politiques) et le film d'un véritable auteur, aussi à l'aise dans le mélodrame historique[1] que dans l'affrontement réaliste. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Les Deux Orphelines, tourné par Maurice Tourneur en 1932, sorti en 1933.

Liens externes[modifier | modifier le code]