Le Sorcier de Terremer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Sorcier de Terremer
Auteur Ursula K. Le Guin
Pays États-Unis
Genre Fantasy, roman d'apprentissage
Distinctions Boston Globe-Horn Book Award
Version originale
Langue anglais
Titre A Wizard of Earthsea
Éditeur Parnassus Press
Date de parution 1968
Version française
Éditeur OPTA
Collection Aventures fantastiques
Date de parution 1977
Nombre de pages 205 (éd. originale)
Série Cycle de Terremer
Chronologie

Le Sorcier de Terremer est un roman de fantasy pour jeunes adultes, écrit par l'auteur américain Ursula K. Le Guin, publié en 1968 par Parnassus Press. Considéré comme un classique de la fantasy et de la littérature de jeunesse, le roman a largement influencé le genre de la fantasy.

Situé dans l'archipel fictif de Terremer, l'histoire tourne autour d'une jeune mage, nommé Ged (en), né dans un village sur l'île de Gont. Il fait preuve d'une grande puissance, dès son enfance, et il rejoint une école de magie où sa nature susceptible provoque un conflit avec l'un de ses semblables. Au cours d'un duel magique, le sort de Ged tourne mal et libère une créature de l'ombre qui l'attaque. Le roman suit son parcours pendant qu'il cherche à se libérer de la créature.

Le livre a souvent été décrit comme un roman d'apprentissage, une histoire sur le passage à l'âge adulte, puisqu'il explore le parcours d'apprentissage de Ged afin de savoir manier ses pouvoirs et se réconcilier avec la mort. Le roman comporte également des thèmes Taoïstes sur un équilibre fondamental qui existe dans l'univers de Terremer, que les sorciers sont chargés de maintenir. Cela est étroitement lié à l'idée que la langue et les mots ont le pouvoir d'influer le monde matériel et de modifier cet équilibre. Bien que la structure de l'histoire soit celle d'une épopée traditionnelle, les critiques l'ont également décrit comme une subversion du genre, par de nombreuses aspects. Par exemple, le protagoniste de l'histoire a la peau noire, en comparaison aux héros plus typiques à la peau blanche.

Le Sorcier de Terremer a reçu des critiques très positives, d'abord en tant qu'œuvre pour enfants et, plus tard, pour un public plus étendu. Il a remporté le Boston Globe-Horn Book Award en 1969 et a été l'un des derniers bénéficiaires du Lewis Carroll Shelf Award en 1979. Parlant de sa grande influence, Margaret Atwood a considéré le livre comme l'une des « sources » de la littérature fantastique[1]. Le Guin a, plus tard, écrit cinq livres qui, avec celui-là, forment le Cycle de Terremer : Les Tombeaux d'Atuan (1971), L'ultime rivage (1972), Tehanu (1990), Le vent d'ailleurs (2001), et Les Contes de Terremer (2001). George Slusser a décrit la série comme « une œuvre de haut style et imagination »[2], tandis qu'Amanda Craig a déclaré que c'était « le livre de jeunesse le plus palpitant, sage et beau de tous les temps[3]. »

Contexte d'écriture[modifier | modifier le code]

Refer to caption
Le Guin, donnant une lecture en 2008.

Les premières idées pour le cadre de Terremer sont développées dans deux histoires courtes, La Règle des Noms (en) (1964) et Le Mot de la Déliaison (en) (1964), publiées dans le magazine Fantastic[4]. Les histoires sont rassemblées plus tard dans l'anthologie Le Vent de Douze Trimestres (1975)[5]. Terremer est également utilisé comme cadre pour une histoire écrite en 1965 ou 1966, mais qui n'a jamais été publiée[6]. En 1967, Hermann Schein, l'éditeur de Parnassus Press et le mari de Ruth Robbins, l'illustratrice du livre[7], demande à Le Guin d'essayer d'écrire un livre pour « les enfants plus âgés », ce qui donne à Le Guin une liberté totale par rapport au sujet et à l'approche[8],[4]. Le Guin n'a aucune expérience particulière de la littérature pour jeunes adultes, un genre qui gagne en importance vers la fin des années 1960[9]. En utilisant ses histoires courtes comme inspiration, Le Guin commence à travailler sur Le Sorcier de Terremer. Le Guin a dit que le livre était, en partie, une réponse à l'image des sorciers comme anciens et sages et à ses propres questions sur leurs origines[10]. Elle a dit plus tard qu'elle avait choisi le genre de la fantasy et le thème du passage à l'âge adulte car elle visait un public adolescent[6].

Les histoires courtes publiées en 1964 introduisent le monde de Terremer et ses idées centrales, telle la magie. Elles introduisent également Yevaud, un dragon qui apparaît brièvement dans Le Sorcier de Terremer[4]. La représentation de Terremer par Le Guin a été influencée par les légendes des Amérindiens et la mythologie nordique[11],[12]. Sa connaissance des mythes et légendes, ainsi que son intérêt familial pour l'anthropologie, lui ont permis, selon Donna White, de créer « des cultures entières » pour les îles de Terremer[9]. L'influence des traditions nordiques se retrouve dans les personnages des Kargues, qui sont blonds aux yeux bleus, et qui vénèrent deux dieux frères[11]. L'influence de la pensée Taoïste est visible dans l'idée d'un « équilibre cosmique » dans l'univers de Terremer[11].

Contexte de la narration[modifier | modifier le code]

La création d'Éa

Il n’est de mot que dans le silence,
de lumière que dans l’obscurité,
et de vie que dans la mort :
radieux est le vol du faucon
dans l’immensité du ciel.

Poème par lequel commence l'ouvrage.

Selon l'histoire fictive de ce monde, Terremer est un archipel dont les îles furent soulevées au-dessus de l'océan par Segoy, un dieu ancien ou un héros. Des humains et des dragons habitent ce monde, et plusieurs parmi les humains sont des sorciers ou des magiciens. Le monde est fondé sur un équilibre délicat, dont la plupart des habitants sont conscients, mais qui est perturbé par un protagoniste dans chacun des romans de la première trilogie[6]. Le cadre de Terremer est préindustriel et il existe de nombreuses cultures dans l'archipel. La plupart des personnages appartiennent au peuple Hardique, à la peau noire, qui habite la majeure partie des îles[5]. Certaines des îles de l'est sont peuplées par les Kargues (en), qui ont la peau blanche, et qui considèrent le peuple Hardique comme composé de mauvais sorciers ; les Kargues, en retour, sont considérés par les Hardiques comme des barbares. Les dragons vivent à l'extrême ouest de l'archipel[5].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman suit le parcours d'un garçon qui s'appelle, à l'origine, Duny (en), surnommé l'Épervier, né sur l'île de Gont. Quand sa tante découvre que le garçon possède de grands pouvoirs, elle le fait s'entraîner à la magie[4]. Lorsque des envahisseurs Kargues attaquent son village, Duny utilise ses pouvoirs pour invoquer un brouillard qui dissimule le village[11]. Le puissant mage Ogion (en) entend parler de cela, il prend Duny comme apprenti, et lui donne son « vrai nom », Ged[4]. Ogion tente d’instruire Ged sur « l’équilibre », l’idée que la magie peut bouleverser l’ordre naturel du monde si on ne l’utilise pas de manière correcte. En essayant d’impressionner une fille, Ged cherche dans les livres de sorts d’Ogion et, involontairement, appelle une ombre étrange, qu'Ogion chasse. Ogion ressent l’impatience qu'a Ged d’apprendre, et il l'envoie dans l'école pour magiciens de Terremer, sur l’île de Roke.

À l'école, les compétences de Ged inspirent l'admiration parmi les enseignants et les étudiants. Il se lie d'amitié avec un étudiant plus âgé, Vesce, mais il reste généralement à l'écart de ses compagnons. Un autre étudiant, Jasper, traite Ged de manière condescendante. Après que Jasper ait tourmenté le fier Ged au cours d'un festin, ce dernier le défie en duel[11]. Il lui jette un sort avec l’intention de réveiller l’esprit d’une femme morte, mais le sort tourne mal et fait surgir une créature de l’ombre, qui attaque Ged et lui laisse une cicatrice sur le visage. L’Archimage Nemmerle chasse l’ombre et sauve la vie de Ged, au prix de sa propre vie[4],[5] .

Ged passe de nombreux mois en convalescence avant de reprendre ses études. Le nouvel Archimage, Gensher, décrit l'ombre comme un mal ancien qui souhaite posséder Ged, et l'avertit que la créature n'a pas de nom. Ged reçoit finalement son bâton de sorcier[11] et s’installe sur les îles Ninety. Il protège les villageois des dragons qui habitent sur l’île voisine de Pendor, mais il découvre qu’il est poursuivi par la créature de l’ombre. Il part à la voile jusqu’à Pendor et utilise sa connaissance du vrai nom du dragon pour le menacer. Le dragon offre de révéler à Ged le nom de l’ombre mais, au lieu de cela, Ged lui arrache la promesse qu'il ne menacera jamais plus l’archipel.

Poursuivi par l'ombre, Ged s'enfuit à Osskil, pour se rendre à la Pierre de Terrenon, lieu de communication entre les anciennes puissances et les Hommes[13]. L'ombre l'attaque en chemin et détruit son bâton, mais Ged se réfugie à la Cour de Terrenon. Serret, la dame du château, lui montre la Pierre de Terrenon et incite Ged à lui parler, affirmant que cette dernière peut lui donner la connaissance et une puissance illimitée. Ged refuse, puisqu'il croit que la pierre abrite un esprit malin. Quand il se rend compte que les serviteurs de la pierre souhaitent l'asservir, il s'enfuit. Il est poursuivi par les serviteurs, mais il se transforme en faucon et s'envole.

Ged vole jusqu'à Gont, où se trouve Ogion, lequel lui fabrique un nouveau bâton. Contrairement à Gensher, Ogion insiste sur le fait que toutes les créatures ont un nom, et lui conseille d'affronter la créature de l'ombre[11]. Ged poursuit la créature dans un petit bateau, jusqu’à ce qu’il soit attiré dans un brouillard par la créature, ce qui provoque le naufrage du bateau sur un récif. Ged se remet avec l’aide d’un vieux couple abandonné sur l’île ; il lui donne en cadeau un morceau d’un bracelet cassé. Ged répare son bateau et s’échappe de l’île, poursuivant la créature dans le « Lointain Est ». Sur l’île d’Iffish, il rencontre son ami Vesce, qui insiste pour le rejoindre[5]. Ils voyagent vers l’est, au-delà des terres connues, avant de retrouver finalement l’ombre. À ce moment, Ged se rend compte que l’ombre a toujours fait partie de son propre esprit. Il donne son propre nom à la créature, et fusionne avec celle-ci. Il la comprend et l’accepte comme partie de lui-même, ce qui amène sa guérison[4],[5].

Édition[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

La première édition du livre, en 1968, est illustrée par Ruth Robbins. L'illustration de la couverture est en couleur, et l'intérieur du livre offre une carte de l'archipel de Terremer. En outre, chaque chapitre contient une illustration en noir et blanc, à l'imitation d'une gravure sur bois. Les images représentent les thèmes de chaque chapitre ; ainsi, la première image représente l'île de Gont, tandis que l'illustration pour le chapitre Le Dragon de Pendor montre un dragon en vol.

Publication[modifier | modifier le code]

Le Sorcier de Terremer est publié en 1968 par Parnassus Press à Berkeley[2], un an avant La Main gauche de la nuit, l’œuvre majeure de Le Guin[2]. C’est un évènement marquant pour Le Guin, car il représente sa première tentative d’écrire pour les enfants ; elle n’avait écrit que quelques romans et nouvelles avant cette publication[8]. Ce livre est aussi sa première tentative d’écrire de la fantasy, plutôt que de la science-fiction[4],[11]. C'est le premier livre de Le Guin à recevoir une attention critique considérable[9] et il est considéré comme son œuvre la plus connue dans la série de Terremer[14]. Le livre a été publié dans de nombreux éditions, y compris dans une édition illustrée pour la Folio Society en 2015[15]. Il a aussi été traduit dans plusieurs langues[16]. Une édition d’anthologie de toutes les œuvres consacrées à Terremer sera publiée à l'occasion du cinquantième anniversaire de la première publication, en 2018[17].

À l'origine, Le Guin avait prévu que l'ouvrage serait un roman isolé, mais elle décide d'écrire une suite après avoir considéré les détails inexpliqués dans le premier livre et Les Tombeaux d'Atuan est publié en 1971. L'ultime rivage est conçu comme un troisième volume et est publié en 1972[4],[6],[5]. Les Tombeaux d'Atuan raconte l’histoire de la tentative de Ged pour reconstituer l’anneau d’Erreth Akbe, dont une moitié est enterrée dans les tombeaux d’Atuan, sur les terres des Kargues. Là, il rencontre la prêtresse enfant Tenar, sur qui le livre se focalise[4],[5]. Dans L’ultime rivage, Ged, devenu archimage, essaye de combattre la décroissance de la magie dans Terremer, accompagné d’Arren, un jeune prince[4]. Les trois premiers ouvrages sont considérés comme « la trilogie originale »[6],[5],[4] ; dans chacun, Ged essaye de guérir une sorte de déséquilibre dans le monde [5]. Ils sont suivis de Tehanu (1990), Contes de Terremer (2001), et Le vent d’ailleurs (2001), appelés parfois « la deuxième trilogie »[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anna Russell, « Margaret Atwood Chooses ‘A Wizard of Earthsea’ », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne)
  2. a, b et c (en) George Edgar Slusser, The farthest shores of Ursula K. Le Guin, Borgo Press, (ISBN 9780893702052, OCLC 2423766, lire en ligne)
  3. (en) Amanda Craig, « Classic of the month: A Wizard of Earthsea by Ursula Le Guin », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Mike Cadden, Ursula K. Le Guin Beyond Genre Fiction for Children and Adults, Routledge, (ISBN 0415995272, OCLC 227922489)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Susan M. Bernardo, Ursula K. Le Guin : a critical companion, Greenwood Press, (ISBN 0313332258, OCLC 230345464)
  6. a, b, c, d et e (en) Elizabeth Cummins, Understanding Ursula K. Le Guin, University of South Carolina Press, (ISBN 9780872496873, OCLC 20722139)
  7. (en) The Horn Book Magazine, Horn Book, Incorporated, (lire en ligne)
  8. a et b (en) Margaret P. Esmonde, « The Good Witch of the West », Children's Literature, vol. 9, no 1,‎ , p. 185–190 (ISSN 1543-3374, DOI 10.1353/chl.0.0112, lire en ligne)
  9. a, b et c (en) Donna R. White, Dancing with dragons : Ursula K. Le Guin and the critics, Camden House, (ISBN 1571130349, OCLC 39533164)
  10. (en) Ursula K. Le Guin, The Language of the Night: Essays on Fantasy and Science Fiction, Ultramarine Publishing, (ISBN 9780399504822, lire en ligne)
  11. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Jan M. Griffin, « Ursula LeGuin's Magical World of Earthsea », The ALAN Review, vol. 23, no 3,‎ (DOI 10.21061/alan.v23i3.a.5, lire en ligne)
  12. (en) Charlotte Spivack, Ursula K. Le Guin, Twayne Publishers, (ISBN 0805773932, OCLC 9970486)
  13. Viviane Bergue, « « What are they afraid of us for ? », Autre, exclue, monstre ou hybride, figures de la femme dans « Terremer » d’Ursula K. Le Guin », sur Litter@ Incognita,
  14. (en) John Clute, John Grant, Michael Ashley et David G. Hartwell, The encyclopedia of fantasy, Orbit, (ISBN 9781857233681, OCLC 37106061)
  15. (en) David Mitchell, « David Mitchell on Earthsea – a rival to Tolkien and George RR Martin », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  16. (en) Ursula K. Le Guin, A wizard of earthsea, Parnassus Press, (ISBN 9780689317200, OCLC 1210)
  17. (en) Alison Flood, « Ursula K Le Guin to publish Earthsea story in print for first time », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Susan M. Bernardo et Graham J. Murphy, Ursula K. Le Guin: A Critical Companion, Westport, Connecticut, US, Greenwood Press, (ISBN 0-313-33225-8)
  • (en) Catherine Butler, « Modern Children's Fantasy », dans James Edward et Farah Mendlesohn (éds.), The Cambridge Companion to Fantasy Literature, Cambridge, UK, Cambridge University Press, (ISBN 9780521429597, DOI 10.1017/CCOL9780521429597.021, lire en ligne)
  • (en) Mike Cadden, Ursula K. Le Guin Beyond Genre: Fiction for Children and Adults, New York, Routledge, (ISBN 0-415-99527-2)
  • (en) John Clute et John Grant, The Encyclopedia of Fantasy, Londres, Orbit Books, (ISBN 978-1-85723-368-1, lire en ligne)
  • (en) Amanda Craig, « Classic of the month: A Wizard of Earthsea », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  • (en) Elizabeth Cummins, Understanding Ursula K. Le Guin, Columbia, South Carolina, US, University of South Carolina Press, (ISBN 978-0-87249-687-3)
  • (en) Margaret P. Esmonde, « The Good Witch of the West », The Johns Hopkins University Press, vol. 9,‎ , p. 185–190 (DOI 10.1353/chl.0.0112, lire en ligne)
  • (en) Alison Flood, « Ursula K Le Guin to publish Earthsea story in print for first time », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  • (en) Jan M. Griffin, « Ursula LeGuin's Magical World of Earthsea », The ALAN Review, vol. 23, no 3,‎ (DOI 10.21061/alan.v23i3.a.5, lire en ligne)
  • (en) Len Hatfield, « From Master to Brother: Shifting the Balance of Authority in Ursula K. Le Guin's Farthest Shore and Tehanu », Children's Literature, vol. 21, no 1,‎ , p. 43–65 (DOI 10.1353/chl.0.0516)
  • (en) « Herman Schein », The Horn Book Magazine, vol. 38–39,‎ , p. 562 (lire en ligne)
  • (en) Peter Hollindale, « The Last Dragon of Earthsea », Children's Literature in Education, vol. 34, no 3,‎ , p. 183–193
  • (en) Maya Jaggi, « The magician », Guardian Unlimited, London, UK,‎ (lire en ligne)
  • (en) Marc Hairston, « The Reluctant Messiah: Miyazaki Hayao's Nausicaä of the Valley of the Wind Manga », dans Toni Johnson-Woods (éd.), Manga: An Anthology of Global and Cultural Perspectives, Londres, Bloomsbury Publishing, (ISBN 9781441107879, lire en ligne), p. 173–185
  • (en) Jake Kerridge, « The fantasy that inspired David Mitchell », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  • (en) Lois R. Kuznets, « 'High Fantasy' in America: A Study of Lloyd Alexander, Ursula Le Guin, and Susan Cooper », The Lion and the Unicorn, vol. 9,‎ , p. 19–35 (DOI 10.1353/uni.0.0075)
  • (en) Ursula K. Le Guin et Susan Wood, The Language of the Night: Essays on Fantasy and Science Fiction, London, UK, Ultramarine publishing, (lire en ligne)
  • (en) Ursula Le Guin, « A Whitewashed Earthsea – How the Sci Fi Channel wrecked my books », Slate.com, (consulté le 10 juillet 2011)
  • (en) Ursula Le Guin, « A First Response to Gedo Senki » [archive du ], sur ursulakleguin.com (consulté le 10 juillet 2011)
  • (en) Ursula K. Le Guin, A Wizard of Earthsea, New York, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 978-0-544-08437-7, lire en ligne)
  • (en) Ursula K. Le Guin, A Wizard of Earthsea, Berkeley, California, US, Parnassus Press, (OCLC 1210, lire en ligne)
  • (en) David Mitchell, « David Mitchell on Earthsea – a rival to Tolkien and George RR Martin », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  • Peter Nicholls, « Children's SF », dans The Encyclopedia of Science Fiction, New York, St. Martin's Griffin, (ISBN 9780312134860, lire en ligne), p. 195–198
  • (en) Peter Nicholls, « Le Guin, Ursula (Kroeber) », dans John Peter Clute (éd.), The Encyclopedia of Science Fiction, New York, St. Martin's Griffin, (ISBN 9780312134860, lire en ligne), p. 630–634
  • (en) Perry Nodelman, « Reinventing the Past: Gender in Ursula K. Le Guin's Tehanu and the Earthsea 'Trilogy' », Children's Literature, vol. 23,‎ , p. 179-201 (DOI 10.1353/chl.0.0246)
  • (en) David Pringle (dir.), The Ultimate Encyclopedia of Fantasy, London, UK, Carlton, (ISBN 1-84442-110-4, lire en ligne)
  • (en) David Pringle, Modern Fantasy: The 100 Best Novels, London, UK, Hatchette, (ISBN 9781473208063, lire en ligne)
  • (en) Ed Power, « Harry Potter and the boy wizard tradition », Irish Times,‎ (lire en ligne)
  • (en) Noriko T Reider, « Spirited Away: Film of the fantastic and evolving Japanese folk symbols », Film Criticism, vol. 29, no 3,‎ , p. 4
  • (en) Warren G. Rochelle, Communities of the Heart, Liverpool, UK, Liverpool University Press, (ISBN 9780853238867, lire en ligne)
  • (en) Anna Russell, « Margaret Atwood Chooses 'A Wizard of Earthsea' », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  • (en) George Edgar Slusser, The Farthest Shores of Ursula K. Le Guin, Wildside Press LLC, (ISBN 978-0-89370-205-2, lire en ligne)
  • (en) Charlotte Spivack, Ursula K. Le Guin, Boston, Massachusetts, US, Twayne Publishers, , 1re éd. (ISBN 0-8057-7393-2)
  • (en) Charlotte Spivack, « 'Only in Dying, Life': The Dynamics of Old Age in the Fiction of Ursula Le Guin », Modern Language Studies, vol. 14, no 3,‎ , p. 43–53 (DOI 10.2307/3194540, JSTOR 3194540)
  • (en) Donna White, Dancing with Dragons: Ursula K. Le Guin and the Critics, Columbia, South Carolina, US, Camden House, (ISBN 1-57113-034-9)

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Harold Bloom, Ursula K. Le Guin (Modern Critical Views), New York, Chelsea House, (ISBN 0-87754-659-2)
  • (en) Michael D. C. Drout, Of Sorcerers and Men: Tolkien and the Roots of Modern Fantasy Literature, Barnes & Noble, , 1re éd. (ISBN 978-0-7607-8523-2)
  • (en) Philip Martin, A Guide to Fantasy Literature: Thoughts on Stories of Wonder & Enchantment, Milwaukee, Wisconsin, US, Crickhollow Books, , 1re éd. (ISBN 978-1-933987-04-0)
  • (en) Richard Mathews, Fantasy: The Liberation of Imagination, New York, Routledge, (ISBN 0-415-93890-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]