Le Père (Florian Zeller)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Père (Zeller))

Le Père
Auteur Florian Zeller
Date de création en français septembre 2012
Lieu de création en français théâtre Hébertot
Metteur en scène Ladislas Chollat
Rôle principal Robert Hirsch
Adaptations

Le Père est la septième pièce de théâtre de Florian Zeller. Elle a été créée en au théâtre Hébertot, avec Robert Hirsch et dans une mise en scène par Ladislas Chollat. Elle s'est jouée jusqu'en 2014 et a reçu plusieurs Molières, dont celui de la meilleure pièce en 2014. Elle est reprise en 2015 à la Comédie des Champs-Élysées.

Elle a par la suite été jouée dans le monde entier et a reçu de nombreux prix. Elle est, selon The Guardian, « la pièce la plus acclamée de la décennie »[1] et, selon The Times, l'une des meilleures pièces de la décennie[2].

Elle fait partie d'une trilogie théâtrale, qui compte également La Mère et Le Fils.

Une première adaptation au cinéma est écrite en 2015 par Philippe Le Guay et Jérôme Tonnerre pour le film Floride avec Jean Rochefort et Sandrine Kiberlain. En 2019, Florian Zeller écrit sa propre adaptation en compagnie de Christopher Hampton et dirige personnellement le film en tant que réalisateur. Sous le titre The Father, sa première réalisation sera récompensée en 2021 par de très nombreux prix, dont deux Oscars, celui du meilleur acteur pour Anthony Hopkins et celui du meilleur scénario adapté pour le tandem Zeller-Hampton[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

André, vieil homme autrefois triomphant, présente les premiers signes d'une dégénérescence mentale. Sa fille Anne, qui l'héberge dans son appartement où se déroule toute la pièce, ne cherche qu'à l'aider et à le protéger, mais l'avancée de sa maladie devient inexorable. À la fois colérique et désemparé, il perd peu à peu la raison et retombe en enfance sous son regard embué.

Par des trouvailles scéniques surprenantes, la mise en scène embarque le spectateur dans les méandres d'un cerveau malade : les rôles des acteurs permutent et deviennent interchangeables, des changements de mobiliers s’opèrent d’une scène à l’autre, les dialogues évoquent un disque rayé... Le spectateur est véritablement dans la tête du père, d'où les quiproquos et le sentiment d'être sans cesse entre le vrai et le faux, le cauchemar et la réalité. 

Au fur et à mesure de la déliquescence du père, le décor s'agrandit et l'espace se vide, le laissant avec sa solitude, son propre néant et sa fin prochaine[4],[5].

Distribution initiale (2012)[modifier | modifier le code]

icône image Images externes
Affiches de la pièce
Au théâtre Hébertot à Paris.
Au Gate Theatre de Londres.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La pièce a été, selon Le Journal du dimanche « la grande réussite de la rentrée théâtrale[6] » en 2012, « Magistral » selon Le Point[7], « Inoubliable » selon La Croix[8], « Bouleversant » selon Le Nouvel Obs[9].

Selon France Inter, « Un trésor national vivant, voilà ce que vous devez aller voir toutes affaires cessantes, si vous passez par Paris, si vous aimez le théâtre, si vous aimez les émotions, si vous aimez les rires qui se dissolvent en larmes, si vous aimez les larmes qui se métamorphosent en rires, si de près ou de loin l'humanité vous concerne... »[10]

Lors de sa création en Angleterre, la pièce a été élue "meilleure pièce de l'année" par The Guardian[11].

Selon The Times, elle est l'une des meilleures pièces de la décennie[2] et, selon l'Evening Standard, l'une des « meilleures pièces du XXIe siècle »[12].

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The most acclaimed new play of the decade transfers to the West End for 8 weeks only THE FATHER at the Wyndham’s Theatre, London », sur Londontheatredirect.com, (consulté le ).
  2. a et b The Sunday Times, « The best of the decade », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. [vidéo] Robert Hirsch joue Le Père sur YouTube. Bande-annonce officielle de la pièce.
  4. Les deux « pères » de Florian Zeller : avant Anthony Hopkins, il y eut Robert Hirsch, Jérôme Garcin, 12 avril 2021, dans L'Obs.
  5. Robert Hirsch: Le Père au théâtre Hébertot, Veronique Guichard, sur Tout pour les femmes.
  6. fauteuil-d-orchestre.blog.lejdd.fr, 12 octobre 2012
  7. lepoint.fr, 5 octobre 2012
  8. la-croix.com, 9 novembee 2012
  9. bibliobs.nouvelobs.com, 19 octobre 2012
  10. dailymotion.com
  11. theguardian.com, 23 octobre 2014
  12. (en) Nick Curtis, Jessie Thompson, « The 50 best plays of the 21st century », Evening Standard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. [vidéo] THE FATHER Bande Annonce VF (2021) sur YouTube. Bande-annonce officielle du film (version française).
  14. « Louis d'Or voor Hans Croiset in De Vader! / KIK Productions », sur kikproductions.nl (consulté le ).
  15. (en) « All the winners from the Manchester Theatre Awards », sur British Theatre, (consulté le ).
  16. (en) « Kazuo Kikuta Theatre Awards Announced - 48/46 J-POP & Showbiz News », sur jshowbiz.com (consulté le ).
  17. « 2020 Jessie Award Winners Announced Virtually », sur Broadwayworld.com, (consulté le ).