Le Dernier Problème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Dernier Problème
Publication
Auteur Arthur Conan Doyle
Titre d'origine The Final Problem
Langue Anglais
Parution Drapeau : Royaume-Uni Décembre 1893,
Strand Magazine (mensuel)
Recueil Les Mémoires de Sherlock Holmes
Intrigue
Date fictive 1891
Personnages Sherlock Holmes
Docteur Watson
Professeur Moriarty
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Le Traité naval La Maison vide Suivant

Le Dernier Problème, aussi traduit Le Problème final (The Final Problem en version originale), est l'une des cinquante-six nouvelles d'Arthur Conan Doyle mettant en scène le détective Sherlock Holmes. Elle est parue pour la première fois dans la revue britannique Strand Magazine en décembre 1893, avant d'être regroupée avec d'autres nouvelles dans le recueil Les Mémoires de Sherlock Holmes (The Memoirs of Sherlock Holmes).

Le Dernier Problème est l'un des textes des plus importants du Canon holmésien. On apprend dans ce récit l'existence du professeur Moriarty, un personnage cynique à la tête du crime organisé londonien : Holmes le combat et les deux hommes périssent dans les chutes du Reichenbach à la fin du récit. Conan Doyle décidera dix ans plus tard de « ressusciter » son personnage dans l'aventure de La Maison vide, où le lecteur apprend que Holmes a en réalité gagné le combat contre Moriarty et s'est volontairement laissé passer pour mort auprès de son ami le docteur Watson[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Holmes et Moriarty luttant aux chutes du Reichenbach. Illustration de Sidney Paget.

Par une soirée d'avril 1891, Holmes arrive chez son vieil ami le docteur Watson visiblement mal en point, après une enquête en France. Holmes entreprend alors de faire le récit à son ami du duel qui l'opposa au professeur Moriarty, un diabolique génie du crime. Le détective a entrepris de faire disparaître l'organisation dirigée par le professeur. Après un long affrontement, Holmes réussit finalement à mettre au point un piège pour appréhender les membres de l'organisation, mais cela ne peut avoir lieu avant trois jours. Un matin, Moriarty en personne vient voir Holmes dans son appartement de Baker Street. Les deux hommes ont une conversation où Moriarty avertit Holmes de ne plus se mettre en travers de sa route. Holmes refuse, il est ensuite attaqué plusieurs fois dans la journée. Il propose alors à Watson de l'accompagner sur le continent pour échapper au professeur. Le docteur accepte, et après une longue épopée Watson et Holmes se retrouvent en Suisse, au village de Meiringen. Holmes, toujours en compagnie de Watson, fait une petite promenade près des terrifiantes chutes du Reichenbach. Watson est alors appelé à retourner au village : une jeune femme anglaise, à l'agonie, souhaitait voir un médecin anglais à son chevet. Le docteur retourne donc au village, et apprend alors qu'on l'a trompé : il n'y a jamais eu d'Anglaise malade. Watson se rend compte de l'horreur de la situation : il retourne alors vers les chutes et trouve un petit mot de Holmes. La scène était trop simple à imaginer : Moriarty avait retrouvé son adversaire, ils s'étaient battus et ils étaient tombés dans les chutes, enlacés. Finalement, le reste de la bande fut arrêtée grâce aux actions de Holmes. On apprendra dans La Maison vide que Holmes n'est jamais tombé dans les chutes et qu'il avait simulé sa mort pour échapper au second de Moriarty, le colonel Moran.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Bayle, « Le Dernier problème, La Maison vide », sur magazine-litteraire.com