Laurent Thévenot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thévenot.

Laurent Thévenot (né en 1949) est un sociologue et économiste français, initiateur avec Luc Boltanski du courant pragmatique à partir des « économies de la grandeur » étendues aux « régimes d'engagement ». Il est en outre fondateur de l’économie des conventions avec Jean-Pierre Dupuy, François Eymard-Duvernay, Olivier Favereau, André Orléan et Robert Salais. Il est directeur d'études à l'EHESS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de École polytechnique (promotion X 1968) et de l'ENSAE (en 1973), il prend d'abord part avec Alain Desrosières, en tant qu'administrateur de l'Insee, à la création de la nouvelle classification des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS). Ses travaux sur les classifications et le codage social conduisent à la publication de l'ouvrage Les catégories socioprofessionnelles avec Alain Desrosières, et le rapprochent de Pierre Bourdieu, puis de Luc Boltanski. L'analyse de la production statistique deviendra un axe de recherche sur la « politique des statistiques »[1].

À partir d'enquêtes sur le travail et les organisations – certaines menées en collaboration avec l'économiste François Eymard-Duvernay –, il propose une notion d'« investissement de forme » qui rend compte de l'établissement de formes d'équivalence (codes, standards, coutumes, etc.) dotées d'un pouvoir de coordination[2]. Ce sera une des origines, avec le travail de Boltanski sur les dénonciations dans la presse, des « économies de la grandeur » qui inaugure un nouveau courant de sociologie pragmatique. Avec Boltanski, il fonde le Groupe de Sociologie Politique et Morale[3] (CNRS-EHESS) – nom suggéré par Albert Hirschman – en se séparant du groupe et de la sociologie de Bourdieu pour développer une sociologie qui traite des capacités critiques des acteurs et de leurs limites[3]. De la Justification. Les économies de la grandeur, écrit avec Boltanski, distingue et analyse les répertoires d'évaluation visant la légitimité du bien commun dans la vie publique, qu'il s'agisse des relations de pouvoir politique, des relations sociales ou de la vie économique.

Thévenot étend ensuite ce cadre d'analyse dans deux directions. En complément des critiques et justifications prétendant à une légitimité publique à partir du modèle des grandeurs, le modèle des régimes d'engagement et de leurs pouvoirs associés élargit la perspective en-deçà du public, jusqu’à atteindre l'intime familier. D’autre part, il propose d’analyser la construction politique des communautés selon des grammaires de la mise en commun – incluant le traitement des différends – qui ne passent pas seulement par des justifications publiques ; à la faveur de programmes comparatifs internationaux qu'il a codirigés avec des sociologues américains[4] puis russes, ont été mises en évidence une « grammaire libérale du public » et une « grammaire d'affinités personnelles à des lieux communs pluriels ».

Cette sociologie pragmatique de la justification et des engagements a été mise en œuvre dans des domaines très divers : action politique, critique, mouvements sociaux, participation et reconnaissance ; mise en valeur et évaluation ; quantification, information, cognition et émotions ; travail et organisations; agroenvironnements ; droit et gouvernement par les standards ; art et littérature.

Thévenot est membre titulaire de l'Académie d'agriculture de France (section 4. Sciences humaines et sociales) et membre du comité de rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (dir.) Conventions économiques, Paris, Centre d'études de l'emploi - PUF, 1986
  • Le travail : marchés, règles, conventions, codirection avec R. Salais, Insee - Economica, 1986
  • Les économies de la grandeur, avec L. Boltanski, Centre d'études de l'emploi - PUF, 1987
  • Les catégories socioprofessionnelles, avec A. Desrosières, La Découverte, 1988
  • Justesse et justice dans le travail, codirection avec L. Boltanski, Centre d'études de l'emploi - PUF, 1989
  • De la justification. Les économies de la grandeur, avec L. Boltanski, Gallimard (traduit en anglais, allemand, japonais, russe), 1991
  • Les objets dans l'action, codirection avec B. Conein et N. Dodier, Ed. de l'EHESS (Raisons pratiques 4), 1993
  • Cognition et information en société, codirection avec B. Conein, Ed. de l'EHESS (Raisons Pratiques 8), 1997
  • Rethinking Comparative Cultural Sociology: Repertoires of Evaluation in France and the United States, co-direction avec Michèle Lamont, Cambridge University Press, 2000
  • L'action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, La Découverte, 2006

Chapitres récents[modifier | modifier le code]

  • 2016 : « Le pouvoir des conventions », in Batifoulier P. et alii (eds.), Dictionnaire des conventions, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 203-207
  • 2015 : « Autorités à l’épreuve de la critique. Jusqu’aux oppressions du ‘gouvernement par l’objectif' », in Frère Bruno (dir.), Le tournant de la théorie critique, Desclée de Brouwer, pp. 216-235
  • 2015 : « Making commonality in the plural, on the basis of binding engagements », in Dumouchel Paul and Gotoh Reiko (eds.), Social Bonds as Freedom: Revising the Dichotomy of the Universal and the Particular, Berghahn, pp. 82-108
  • 2015 : « Certifying the World. Power Infrastructures and Practices in Economies of Conventional Forms », in Aspers Patrick and Nigel Dodd (eds.), Re-Imagining Economic Sociology, Oxford University Press, pp. 195-223
  • 2015 (avec J. Stavo-Debauge) : « Sociologie pragmatique », in Le Digol Christophe (ed.), Dictionnaire de la sociologie, Paris, Encyclopedia Universalis[4]
  • 2014 : « Engaging in the Politics of Participative Art in Practice » in Zembylas Tasos (ed.), Artistic Practices, Routledge, pp. 132-150
  • 2014 : « Une vie éprouvée. Entre migration postcoloniale, discrimination à l’embauche, maternité affectée et adoption salvatrice: quelle ‘identité forgée’ ? », in Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain, Presses de l’Université de Laval, pp. 139-160
  • 2014 : « Enlarging Conceptions of Testing Moments and Critical Theory. Economies of Worth, On Critique and Sociology of Engagements », in Simon Susen and Turner Brian S. (eds.), The Spirit of Luc Boltanski. Essays on the ‘Pragmatic Sociology of Critique’, Anthem Press, pp. 245-261
  • 2013 : « The Human Being Invested in Social Forms. Four Extensions of the Notion of Engagement », in Archer Margaret and Maccarini Andrea (eds.), Engaging with the World. Agency, Institutions, Historical Formations, Routledge, pp. 162-180
  • 2012 : « At Home and in a Common World, in a Literary and a Scientific Prose: Ginzburg’s Notes of a Blockade Person », in Van Buskirk Emily and Zorin Andrei (eds.), Lydia Ginzburg’s Alternative Literary Identity, Peter Lang, pp. 283-304
  • 2011 : « Die Person in ihrem vielfachen Engagiertsein », in Diaz-Bone Rainer (Hg.), Soziologie der Konventionen. Grundlagen einer pragmatischen Anthropologie, Campus Verlag, pp. 231-254

Articles récents[modifier | modifier le code]

  • 2016 : « From Social Coding to Economics of Convention: A Thirty Years Perspective on the Analysis of Qualification and Quantification Investments », Historical Social Research, 41(2): pp. 96-117
  • 2015 : « Vous avez dit ‘capital’ ? Extension de la notion et mise en question d’inégalités et de pouvoirs de domination », Annales Histoire Sciences Sociales, 70(1) pp. 69-80 « You Said ‘Capital’? Extended Conceptions of Capital and the Analysis of Inequalities and Dominant Powers », Annales Histoire Sciences Sociales in English.
  • 2014 : « Voicing Concern and Difference. From Public Spaces to Common-places », European Journal of Cultural and Political Sociology, 1(1): pp. 7-34
  • 2012 : « Des institutions en personne. Une sociologie pragmatique en dialogue avec Paul Ricœur », Études ricœuriennes / Ricœur studies, vol. 3, no 1, pp. 11-33 [5]
  • 2012 : « Convening the Company of Historians to go into Conventions, Powers, Critiques and Engagements », Historical Social Research, 37(4): pp. 22-35
  • 2012 : « Law, Economies and Economics. New Critical Perspectives on Normative and Evaluative Devices in Action », Economic Sociology, 14(1): pp. 4-10
  • 2011 : « Powers and Oppressions Viewed from the Sociology of Engagements: in Comparison with Bourdieu’s and Dewey’s Critical Approaches of Practical Activities », Irish Journal of Sociology, 19(1): pp. 35-67
  • 2011 : « Grand résumé de L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006 », SociologieS[6]
  • 2011 : « Conventions for Measuring and Questioning Policies. The Case of 50 Years of Policies Evaluations through a Statistical Survey », 36(4): pp. 192-217

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Depuis l'article de 1990 « La politique des statistiques : les origines sociales des enquêtes de mobilité sociale » dans Annales E.S.C. no 6 pp. 1275-1300[1], jusqu'à l'article de 2011 « Conventions for Measuring and Questioning Policies. The Case of 50 Years of Policy Evaluations through a Statistical Survey », in Historical Social Research, vol. 36, no 4, pp. 192-217[2]
  2. Voir l'article "Les investissements de forme", ainsi que celui co-écrit avec Eymard-Duvernay, "L'économiste et son modèle", tous les deux publiés dans l'ouvrage dirigé par Thévenot, Conventions économiques, Centre d'Etudes de l'Emploi - PUF, 1986
  3. Sur l'histoire du mouvement dans lequel prend place cette rupture, voir : François Dosse, L'empire du sens. L'humanisation des sciences humaines, La Découverte, 1995
  4. Laurent Thévenot et Michèle Lamont, Rethinking Comparative Cultural Sociology: Repertoires of Evaluation in France and the United States, Cambridge University Press, 2000

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]